Catégorie : Posters

0

Le diagnostic et rien d’autre. Retour d’expérience à partir de quelques villes de Normandie

Retour d’expérience sur la difficile mise en œuvre de « l’archéologie en ville » à travers quelques exemples normands où le diagnostic apparaît souvent comme le principal acte (et parfois le seul) nous renseignant sur les occupations passées et sur la dynamique de fabrication de la ville. Sont présentés, ci-après, des regards croisés sur des pratiques en évolution permanente et qui mêlent, en fonction des contextes et des projets à l’origine des prescriptions, une multitude de formes d’intervention.

0

Diagnostics des aires sauvages néolithiques et protohistoriques dans la moyenne vallée de la Vesle (Marne, Grand Est)

Reims et sa périphérie font, depuis de nombreuses années, l’objet d’un suivi archéologique particulier, avec plus de 1800 ha diagnostiqués et 160 ha fouillés (chiffres 2013, SRA Grand Est). Un type de vestige particulier, régulièrement mis au jour lors des opérations de diagnostics, mais aussi incidemment sur des fouilles, focalise ici notre attention : les pièges de chasse (fosses en I-U-V-Y et W). Il n’est pas question de discuter de la fonction, mais bien de l’intérêt de la prise en compte de ces fosses, dès le stade du diagnostic (qui constitue bien souvent la seule opération menée sur ces vestiges).

0

Apports du diagnostic à l’étude des cimetières paroissiaux : trois exemples du département de l’Indre

La multiplication, ces dernières années, d’interventions archéologiques au cœur des villages de la région Centre – Val de Loire offre l’occasion de renseigner l’histoire des petits centres paroissiaux. Ces interventions, classiquement décomposées en plusieurs sondages contraints distribués autour de l’église, produisent notamment une documentation élémentaire éclairant les aires funéraires médiévales et modernes. Elles apparaissent par ailleurs d’autant plus essentielles qu’elles constituent souvent la seule incursion archéologique dans ces espaces urbanisés.

0

Apport et place de la xylologie en archéologie préventive

Le bois est un matériau relativement rare en archéologie : à la fois écofact et artefact, il nous livre certains aspects d’un milieu et de son exploitation. Sous nos latitudes, le bois se retrouve sous quatre états de conservation soit, du moins visible au plus visible : bois trace, bois minéralisé, charbon de bois, bois gorgé d’eau. Matériau de prédilection pour l’homme, ressource disponible et renouvelable, les vestiges se font pourtant rare et seule une infime partie en est parvenue jusqu’à nous, du fait sans doute aussi que même devenu inutilisable, un élément en bois peut toujours fournir de l’énergie et être brûlé.

0

Potentiel bioarchéologique de l’analyse des micro‐fossiles non‐polliniques : résultats préliminaires issus de deux opérations d’archéologie préventive

Les micro‐fossiles non polliniques (MNP) constituent un vaste groupe de bioindicateurs (propagules ou forme de résistance, entre autres) issus de différents organismes (champignons, algues, plancton, bactérie, animaux, végétaux etc.). Si leur analyse est désormais fréquente dans les études palynologiques menées dans les milieux naturels (lacs ou zones humides), les MNP sont encore peu exploités en contexte archéologique. Leur potentiel bioarchéologique reste à évaluer mais l’enjeu est grand tant les informations qu’ils peuvent apporter sont nombreuses aussi bien sur le plan paléoenvironnemental que paléoécologique, géoarchéologique ou taphonomique. L’éventail de sites et de structures offert par les opérations d’archéologie préventive constitue le cadre idéal pour démarrer cette évaluation.

0

L’apport des puits aux études bio‐archéologiques : quelques exemples bretons

La fouille récente d’une douzaine de puits antiques sur des opérations Inrap en Bretagne est l’occasion de faire un retour d’expérience sur l’apport de nouvelles approches méthodologiques. La qualité de conservation des restes bioarchéologiques, ainsi que l’amplitude stratigraphique, constituent des arguments de poids pour le développement de ce type de fouilles manuelles et sécurisées. Celles‐ci autorisent de nombreux prélèvements au sein de structures archéologiques souvent difficilement accessibles. Depuis 2016, l’Inrap a mis en place une « Cellule d’Intervention sur les Structures Archéologiques Profondes » (CISAP) dans la continuité d’une activité développée par l’Association ArchéoPuits.

0

De l’utilisation de la bioarchéologie pour la compréhension des architectures funéraires dans les sépultures médiévales

Au cours des 15 dernières années, la fouille des sépultures médiévales en région Champagne‐Ardenne a été confrontée à un fait récurrent. En effet, plusieurs squelettes ne reposaient pas sur le fond de fosse mais sur 5 à 10 cm de sédiment. Le sous‐sol crayeux de la région rend aisé la lecture des limites de structure et aucune ambiguïté sur le niveau de fond de fosse ne peut être invoquée. Par ailleurs, ce fait n’est pas constaté pour les sépultures d’autres périodes. Un protocole de prélèvement de ce sédiment a donc été mis au point. Ainsi d’une part, un prélèvement de ces sédiments en mottes a été effectué en vue d’analyses micromorphologiques par Cécilia Camas. D’autre part des prélèvements en « vrac » ont été effectués en vue d’analyses des phytolithes par Pascal Verdin.

0

Analyses d’un dépôt de vases de l’âge du Bronze final à Vienne‐en‐Val (Loiret). Des offrandes alimentaires et du vin rouge pour quelle(s) fonction(s) ?

Le site de l’âge du Bronze de Vienne-en-Val, positionné en limite sud du lit majeur de la Loire, comprend deux occupations, qui se succèderaient : la première, caractérisée par des enclos circulaires, relève sans doute du domaine funéraire, et la seconde indique la présence d’un habitat. Cette dernière compte un dépôt aménagé comprenant sept vases, qui, isolé dans un environnement de fosses détritiques, constitue une singularité. Il a été analysé en vue d’identifier les résidus organiques des récipients. Ces recherches apportent un nouvel éclairage sur la diversité des substances biologiques en usage, pour l’imperméabilisation des vases, l’alimentation et la fabrication de vin rouge, mais aussi sur leur rôle symbolique.

0

Analyses chimiques par spectrométrie de masse et bioarchéologie : limites, contraintes et avancées scientifiques

Une trace foncée sur une céramique, une empreinte de plumes ou de fourrure à proximité d’une épée, un sédiment coloré différemment près d’un reste d’amphore, un résidu noir amorphe dans lequel est fiché un silex… Autant d’indices de la présence de matériel organique, certes parfois ténus, mais ô combien riches d’information concernant les sociétés passées, leur quotidien, leur culture, leur organisation, leur gestion de l’environnement. Ces dernières décennies, la spectrométrie de masse généralement couplée à une séparation chromatographique est devenue un outil clé et indispensable pour caractériser les matériaux organiques retrouvés en contexte archéologique. L‘approche repose sur l’identification structurale précise de marqueurs moléculaires diagnostiques de chaque substance naturelle : les biomarqueurs.

0

Un SIG pour générer les représentations de profils squelettiques

L’utilisation de figures numérisées en DAO (dessin assisté par ordinateur) de squelettes d’animaux pour illustrer les représentations de parties squelettiques en termes de présence/absence, de quantité (cercles proportionnels) ou de pourcentage (densité) est devenu courante. Ce complément offre, par rapport aux tableurs graphiques, une visibilité immédiate et plus de clarté. La quantification automatique de ces divers modes de représentations est rendue possible via le recours au SIG (système d’information géographique). Outre l’usage de la géolocalisation qui ne nous intéressera pas dans le cadre de cette projection en plan des profils squelettiques, les logiciels de SIG permettent d’introduire un lien dynamique avec des systèmes d’enregistrement (tableurs ou bases de données). Les analyses statistiques et les représentations obtenues des données d’inventaire archivées sont ainsi automatisées, fiables et cohérentes graphiquement selon l’ensemble du jeu de données étudié.

0

L’enregistrement et le traitement des données bioarchéologiques dans Syslat

Créé dans les années 80 par Michel Py (CNRS) et l’équipe de fouilles de Lattes, le logiciel Syslat a été conçu comme un outil informatique de gestion et d’exploitation des données de fouille. Ce logiciel est en train d’évoluer vers un Système d’Information Archéologique (SIA), destiné à être adaptable à tous types de sites, de vestiges et à toutes périodes. L’évolution de Syslat en SIA permettra d’intégrer les dernières avancées en matière de procédures d’enregistrement et d’exploitation des données de fouille, tout en poursuivant l’effort de normalisation et de création de référentiels liés aux différents dictionnaires et bibliothèques attenants au logiciel.

0

« Zoa » : plate‐forme archéozoologique de la ville de Lyon

Ce poster vise à présenter la plate‐forme « Zoa » du Service Archéologique de la Ville de Lyon. Elle est composée en premier lieu d’une collection de comparaison, accessible aux chercheurs et étudiants en archéozoologie, et possède la particularité d’être constituée, pour moitié actuellement et à terme dans sa totalité, d’ossements d’individus archéologiques mis au jour sur les sites lyonnais. Il s’agit principalement d’une collection à visée locale ou régionale.

0

Constituer une ostéothèque : l’exemple du service archéologique du Grand Reims

Les collections ostéologiques sont un outil indispensable à toute étude archéozoologique. La création du service archéologique du Grand Reims en 2009 et plus particulièrement l’ouverture d’un poste d’archéozoologue a nécessité le développement d’un tel outil de travail. L’ostéothèque du Service s’est appuyée dans un premier temps sur une collection personnelle, alimentée par de nouveaux squelettes complets et/ou des pièces osseuses isolées issus des diverses fouilles réalisées par le service.

0

Minimums méthodologiques pour la rédaction des études carpologiques dans le cadre des rapports d’opération archéologique

La carpologie, initiée en France il y a 50 ans, s’est considérablement développée en grande partie grâce à l’augmentation des opérations d’archéologie préventive. La hausse sensible du nombre de carpologues, l’accroissement des études qui en résulte et la multiplication des cadres institutionnels, publics ou privés, dans lesquels les études carpologiques sont réalisées, ont rendu nécessaire une réflexion collective sur les minimums méthodologiques devant apparaître dans les rapports d’études carpologiques. En effet, la mise en œuvre de grandes synthèses régionales ou chronologiques nécessitant la réalisation de bases de données partagées met en évidence des manques quant aux informations minimales devant figurer dans les rapports. Ces insuffisances ne permettent pas l’exploitation optimale des résultats émanant de la reprise d’anciennes études ou des travaux de plusieurs carpologues.

0

Le diagnostic archéologique : un atout pour la connaissance des occupations anciennes de la commune de Matignicourt-Goncourt (51)

La commune Matignicourt-Goncourt située dans le département de la Marne (51) s’intègre dans la micro région du Perthois qui s’étend entre Vitry-le-François et Saint-Dizier. Ce territoire, marqué par le cours de la Marne, forme une large plaine alluviale, secteur de prédilection des carrières d’exploitation de granulats. Initiée dès les années 1980, l’activité archéologique en amont des travaux d’extraction a suivi l’évolution en matière de protection du patrimoine archéologique consolidée par la loi 2001, modifiée en 2003. Aussi, en tenant compte de divers paramètres (connaissance préalable, superficie, potentiel) les services de l’État ont été amenés à prescrire des diagnostics archéologiques.