Catégorie : La géoarchéologie appliquée au diagnostic des sites du Néolithique à nos jours

La collection « Les Cahiers de l’Inrap » rassemble les actes des séminaires méthodologiques organisés au sein de l’Inrap (2005-2012). Ce deuxième séminaire, dont les actes sont présentés ici, était consacré à la mise en place des études géoarchéologiques dès le diagnostic. Il rassemblait, en mai 2006, plus de quarante archéologues, géoarchéologues, responsables d’opération et adjoints scientifiques et techniques de l’Inrap. Leurs débats visaient à dresser un ensemble de recommandations afin d’harmoniser les pratiques de terrain et d’évaluer le plus en amont possible les potentialités des sites en termes de connaissance globale de leur « environnement ».

0

La géoarchéologie appliquée au diagnostic des sites du Néolithique à nos jours : Introduction

La classique opposition du culturel au naturel n’est qu’apparente : l’archéozoologie fait autant une archéologie du culinaire que de l’élevage, la carpologie, la palynologie sont les piliers, entre autres, d’une archéologie de l’agriculture, etc. Quant à la géomorphologie, pratiquée dans le cadre d’une archéologie préventive qui permet un accès exceptionnel au sous-sol (grâce à la pratique systématique du sondage mécanique), elle est devenue l’un des moyens majeurs de compréhension de l’organisation des dépôts quaternaires, et par ce biais, de reconstitution de la genèse des reliefs et des paysages dans lesquels s’inscrivent les occupations humaines. Toutes ces spécialités contribuent donc à la connaissance globale d’un « environnement »…

0

Cartes de formations superficielles et de potentiel archéologique : exemples dans le nord de la France

L’archéologie et la géologie entretiennent des liens étroits. Outre une démarche stratigraphique commune, l’archéologue doit connaître l’histoire paléoenvironnementale et le cadre géologique de la région pour appréhender la taphonomie des vestiges et les interactions entre les sociétés passées et leur environnement. L’ensemble des données (stratigraphiques, morphologiques, hydrographiques, chronologiques…) peuvent être compilées sous la forme d’une carte des formations géologiques superficielles. Nous présentons deux exemples de ce type de représentation à grande échelle : sur une petite région (Lille) et sur une opération (Dourges) avec une démarche spécifique de collecte de données préalablement au diagnostic.

0

Géomorphologie et diagnostic archéologique : un point de vue aquitain

Cet article se propose de décrire les principales missions du géomorphologue dans le cadre de son intervention lors des diagnostics archéologiques. Le point de vue développé ici a beaucoup bénéficié de discussions avec des responsables d’opération au cours d’une dizaine d’années de pratique. À ce titre, il reflète le fonctionnement en usage dans la région de l’Aquitaine. Le problème des « cartes de potentialités » est ensuite abordé à la lumière de quelques exemples récents de diagnostics sur de grands tracés linéaires. Pour finir, sont développés quelques aspects susceptibles de renforcer l’intérêt du travail de géomorphologie réalisé à l’Inrap.

0

Les apports de la géoarchéologie au diagnostic : l’exemple de la LGV Rhin-Rhône

Fin 2004, l’opération d’archéologie préventive liée à la construction de la LGV Rhin-Rhône (reliant Dijon à Belfort), a constitué un enjeu scientifique majeur pour la connaissance des modalités de peuplement et des sociétés préhistoriques et historiques de ce vaste secteur géographique mal documenté. Ce projet a offert l’opportunité de réaliser un « transect archéologique » sur une longueur conséquente à travers des entités naturelles complémentaires susceptibles de fournir une documentation inédite sur l’histoire de l’occupation du sol entre l’implantation des premiers producteurs néolithiques et les villages actuels. L’objectif de l’approche géomorphologique, à l’occasion des sondages de diagnostic, était de retracer l’histoire pédo-sédimentaire des géosystèmes traversés.

0

L’approche géomorphologique systématique à l’échelle d’un territoire : le cas de Nîmes

L’approche géomorphologique systématique telle qu’elle se pratique aujourd’hui à Nîmes (Gard), dès la phase de diagnostic, est née de la prise en compte progressive des données paléoenvironnementales comme élément essentiel de la lecture des paysages et des interactions qui s’établissent avec les activités humaines. Dès 1989, la présence d’un pédologue dans l’équipe de fouille de la ZAC des Halles avait permis une approche totalement nouvelle de l’étude des sols. Le développement périurbain, principalement au sud de la ville, avait entraîné dans le même temps des prescriptions archéologiques sur des terrains encore peu investis par l’archéologie.

0

L’apport de la géoarchéologie lors du diagnostic pour la région Rhône-Alpes

La région Rhône-Alpes est marquée dès les années 1980 par l’intervention de géomorphologues. Ils sont progressivement intégrés dans les grosses opérations de fouilles préventives et se professionnalisent. Mais les diagnostics ne sont véritablement visités par les géomorphologues que dans les années 1990. Le travail consiste alors à identifier le substrat, c’est-à-dire le terrain à partir duquel le potentiel archéologique devient faible ou nul, et à participer à la lecture stratigraphique lorsque celle-ci associe niveau d’occupation et dépôt naturel. Les sondages négatifs sont aussi visités dans la mesure où ils alimentent le questionnement géoarchéologique.

0

L’approche géomorphologique sur les terrasses de la Garonne

Depuis quelques années, plusieurs grandes opérations de diagnostic archéologique ont concerné le domaine des terrasses de la Garonne aux alentours de Toulouse. Le suivi géomorphologique a permis de relever une grande quantité d’informations d’ordre morphologique, sédimentologique et pédologique. Les principaux résultats ont servi à répondre à la question de l’origine de la couverture limoneuse des terrasses. La confrontation avec les données issues de l’archéologie a contribué à définir l’existence de contextes plus favorables à la préservation des vestiges. L’état de conservation des sites archéologiques fournit des indications sur les dynamiques sédimentaires postérieures, en particulier concernant l’impact récent de l’homme sur le milieu.

0

Un nouveau protocole de démarrage des diagnostics : une « fiche-type » géologique élaborée en amont

Pour les responsables d’opération et les spécialistes du paléoenvironnement (en particulier les géologues et géomorphologues), les diagnostics en cours de préparation à l’Inrap ne sont généralement pas connus suffisamment à l’avance. Une seule journée de préparation est parfois attribuée aux responsables d’opération, afin de récolter les données techniques préparatoires et de mettre en place l’opération de diagnostic. C’est souvent trop peu pour se préoccuper du milieu géologique dans lequel ils vont intervenir, la priorité étant accordée aux problèmes techniques et à la sécurité… Nous avons choisi de soumettre au collectif des géoarchéologues de l’Inrap un nouveau protocole de suivi à élaborer en amont des opérations de diagnostic.

0

Géoarchéologie et approches paléoenvironnementales en contexte préventif : la fouille de Port Ariane

Le Lez est un petit fleuve côtier d’une trentaine de kilomètres de long dont la plaine deltaïque s’étend depuis le sud de Montpellier jusque dans la lagune littorale du Méjean. La remontée marine postglaciaire (à partir de 18000-20000 BP) a conduit à un comblement important de l’ancien canyon pléistocène. Au niveau de Port Ariane, ce sont plus de 20 m de sédiments palustres et alluviaux qui se sont accumulés depuis le Tardiglaciaire. Dans ce cadre, les vestiges des occupations humaines successives ont été fossilisés et empilés les uns sur les autres. Après un diagnostic effectué en 1998, le site de Port Ariane a été fouillé en 1999 sur une surface de 3 ha et 5,00 m de profondeur, correspondant à l’emprise du bassin de plaisance.

0

Un début d’organisation des environnementalistes en Île-de-France

En Île-de-France, la réflexion a été orientée sur les moyens à mettre en œuvre afin de soulager les adjoints scientifiques et techniques et aider les responsables d’opération et les environnementalistes par la création d’un relais entre ces entités. En réalité, il n’y a aucun obstacle autre qu’organisationnel à un bon travail paléo-archéoenvironnemental. Le constat s’est fait à l’occasion d’un inventaire des prélèvements entreposés dans le centre de l’Inrap à Croissy-Beaubourg début 2004, et de la recherche de l’origine de ces prélèvements. En quelques années, l’étiquetage était même parfois devenu totalement incompréhensible. Ce travail a initié toute une réflexion à des fins pratiques mais aussi archéologiques : « Pourquoi garder ces sacs ? Quelle en est la problématique ? Y a-t-il une datation ? »

0

La géoarchéologie appliquée au diagnostic des sites du Néolithique à nos jours : Réflexions et recommandations

Les débats se sont organisés autour d’une dizaine de communications, et la diversité des mots utilisés durant ces journées n’a, à aucun moment, été objet de discussions. Pourtant la lecture des contributions révèle une variabilité de termes. En dépit de la nécessité de disposer d’un vocabulaire scientifique univoque, les interrogations touchant à l’environnement, supposé naturel, peuvent être regroupées selon trois axes principaux : la caractérisation des séquences sédimentaires, l’évolution des reliefs dans le temps, l’analyse des sols associés et la compréhension des processus « post-dépositionels » (taphonomie) ; la définition d’un paysage et l’analyse de son exploitation ; la caractérisation des comblements de structure.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search