Catégorie : Le diagnostic des ensembles funéraires

La collection « Les Cahiers de l’Inrap » rassemble les actes des séminaires méthodologiques organisés au sein de l’Inrap (2005-2012). Ce premier séminaire, organisé en décembre 2005, était consacré au diagnostic des ensembles funéraires. Il rassemblait plus de quarante spécialistes (anthropologues et archéologues du funéraire), des responsables d’opération et des adjoints scientifiques et techniques de l’Inrap. Leurs débats, succédant à des présentation de cas, ont porté sur la détection et la caractérisation des ensembles funéraires, dans une optique diachronique et méthodologique. Cette publication se conclue par des recommandations à l’usage des archéologues confrontés à ce type de découvertes.

0

Le diagnostic des ensembles funéraires : Introduction

L’évaluation et le montage des opérations de fouilles des ensembles funéraires est particulièrement difficile. Dans de nombreuses situations, la réalité constatée lors des fouilles se révèle éloignée de l’estimation des moyens. Par ailleurs, les sites funéraires représentent un pourcentage important des découvertes effectuées à l’Inrap et ont un impact financier non négligeable, le coût unitaire de fouille (par ensemble funéraire) étant relativement élevé. Il a donc paru urgent d’approfondir cette question en faisant appel à des expériences et des compétences à l’échelle nationale, dans le cadre de ce premier séminaire méthodologique.

0

La détection des structures funéraires liées à la crémation

Nous proposons une approche thématique qui met en relief les problèmes spécifiques à la détection des ensembles funéraires à incinération. En effet, la pérennité de la crémation, déjà connue au Mésolithique et en vigueur dans certaines régions tout au long des âges des Métaux jusqu’à la période gallo-romaine, multiplie les occasions de se confronter à cette documentation archéologique. Par ailleurs, elle pose des difficultés d’identification qui, dès la phase du diagnostic, compliquent la caractérisation des structures et, en tout premier lieu, leur détection. Aussi sera-t-il question de la nature des indices disponibles puis de l’analyse de cinq cas significatifs examinés selon une même procédure.

0

Diagnostic en milieu funéraire en Champagne-Ardenne

Cet article a pour objet une approche critique de la mise en évidence des données funéraires dans la région Champagne-Ardenne. Celle-ci est directement liée aux caractéristiques de ces occupations (de l’inhumation isolée au cimetière stratifié) et des vestiges qu’elles révèlent. Il a été rédigé avec la collaboration des agents de l’Inrap et du service régional de l’archéologie de la région concernée.

0

Le diagnostic des ensembles funéraires en Bourgogne et Franche-Comté

Les données qui sont présentées dans cet article portent sur des diagnostics dont les rapports ont été déposés à la direction Grand Est Sud de l’Inrap, en 2003 et 2004. Au terme de ces deux années, il apparaît que onze sites ont été diagnostiqués en Bourgogne, portant tout ou partie sur un ensemble funéraire, pour trois en Franche-Comté. Les interventions dans cette région sont liées à des centres urbains, quel que soit le département concerné.

0

Thann, Place Joffre

La ville de Thann, située au débouché de la vallée de la Thur en Alsace du Sud, a fait l’objet d’un ensemble de campagnes archéologiques liées à une opération de restructuration urbaine (projet de rénovation de la place Joffre située au cœur de la ville et à la périphérie de la collégiale Saint-Thiébaud). À la suite des deux campagnes de diagnostic archéologique réalisées en 2001, une fouille préventive fut effectuée au début de l’année 2004. Sur le plan patrimonial, l’opération préventive était complétée par un projet de valorisation d’éléments du tissu urbain ancien ou encore une chapelle sur ossuaire de la fin du Moyen Âge. L’étude du cimetière paroissial constituait donc un élément d’une problématique classique de l’archéologie urbaine.

0

Les sépultures des Mottelettes, à Poulainville

La commune de Poulainville se situe dans le département de la Somme, au nord de la ville d’Amiens. Les parcelles concernées par le diagnostic puis la fouille se localisent au nord de la rivière Somme, à 3 km de la vallée. Topographiquement, ces parcelles sont situées sur un plateau calcaire, entre 60 et 70 m NGF, plus précisément sur la frange du plateau et sur les versants en pente douce (au maximum 2 %). Ce plateau est recouvert de colluvions limono-crayeuses. Des photographies aériennes réalisées par Roger Agache sur cette partie du plateau ont montré la présence d’enclos et de réseaux fossoyés. Le domaine funéraire est représenté par des petits groupes de sépultures liées à des établissements ruraux du IIIe s. av. n. è. au IIe s. de n. è.

0

Diagnostics archéologiques et contextes funéraires : l’exemple atypique de la Bassée

Le suivi archéologique continu des carrières d’extraction de graviers de la basse vallée de la Seine et de l’interfluve Seine-Yonne a été effectué pendant plus de trente ans. Le décapage des emprises a été réalisé selon des normes de surveillance puis d’intervention systématique, à mesure de la mise au jour des sites. Des dizaines de contextes funéraires ont ainsi pu être appréhendés puis fouillés, toutes périodes confondues, proposant à la réflexion une grande diversité de schémas d’occupation de l’espace dévolu aux défunts.

0

Du diagnostic à la fouille des ensembles funéraires de Cergy, Serris et Bobigny

Comment évaluer la prédictibilité d’un diagnostic en contexte funéraire ? Les grands ensembles funéraires à avoir fait l’objet d’un diagnostic puis d’une fouille ne sont pas légion dans la région francilienne. Nous avons choisi d’illustrer notre propos à travers trois cas : l’église Saint-Christophe à Cergy-Village (Val-d’Oise), le cimetière du haut Moyen Âge de Serris/Les Ruelles (Seine-et-Marne) et le cimetière de La Tène moyenne de Bobigny/Hôpital Avicenne (Seine-Saint-Denis).

0

Diagnostiquer la catastrophe ? Les cas d’Issoudun et de Bourges

Depuis la fouille archéologique du cimetière Saint-Pierre de Dreux (Eure-et-Loir), les archéologues de la région Centre sont particulièrement sensibilisés à l’étude des sépultures dites de catastrophe. Mais c’est l’opération d’archéologie préventive ayant eu lieu à Issoudun (Indre), au cimetière moderne (XVIIe-XVIIIe s.) où 201 corps ont été retrouvés dans 14 fosses, qui est à l’origine d’une attention particulière pour ce type de site, en région Centre en général et dans le Berry en particulier.

0

La nécropole néolithique de Thonon-les-Bains

Des sondages archéologiques ont été réalisés en 2002 sur une portion du tracé du contournement de Thonon. Les 178 sondages ont été disposés en quinconce sur toute la longueur du tracé. La trame a été élargie dans les secteurs à faible recouvrement et en l’absence d’indices d’occupations et resserrée dans les zones sensibles et positives. Au total, la surface sondée couvrait environ 145 200 m2. C’est dans ce cadre que des cistes monolithiques de très grande dimension ont été mises au jour. Elles correspondent à un type de sépulture connu dans la région du lac Léman, celui observé dans les nécropoles du Néolithique moyen type Chamblandes du Cortaillod moyen.

0

La ZAC du Mas de Vignoles IV à Nîmes

Le lieu-dit Mas de Vignoles est situé au sud de l’agglomération nîmoise, dans un secteur de plaine alluviale dont le potentiel archéologique est attesté depuis une dizaine d’années grâce à de multiples diagnostics et de fouilles. Ces opérations ont permis de détecter plusieurs occupations néolithiques matérialisées principalement par des structures en creux (fosses et fossés, quelques foyers). Elles se rapportent majoritairement à des habitats. Quelques sépultures individuelles isolées et un ensemble de neuf tombes sont également recensés dans les environs immédiats du Mas de Vignoles IV.

0

Le diagnostic dans un édifice religieux en Limousin : l’église de Glénic

En région Limousin, la priorité des fouilles en contexte funéraire est donnée au suivi de chantier lié aux travaux de restauration ou d’aménagement en relation avec un édifice religieux. Ces opérations, mises en place depuis le début des années 1990, représentent plus de 90 % de la recherche globale pour ces problématiques, en l’absence de découvertes issues de grands travaux d’aménagements du territoire. Ainsi, plus de 80 interventions archéologiques autour des églises ont été menées depuis 1991. Sur ce nombre, la moitié concerne des diagnostics. Notre choix s’est porté ici sur le site de l’église de Glénic, dans la Creuse, où nous sommes intervenus à plusieurs reprises et sous différentes formes.

0

Le cimetière du Mouraut au Vernet

Le site se trouve sur la rive droite de l’Ariège dans un contexte de basse plaine. Le diagnostic a permis l’identification de 31 sépultures. L’ouverture d’une longue tranchée et de fenêtres a permis d’envisager la densité du cimetière avec un individu pour deux mètres carrés sur une surface sensible de 4 075 m2. Les bouleversements intégraux ou partiels de certaines tombes ramenaient un nombre de tombes à fouiller de 1 500 individus, dans l’hypothèse de plusieurs couches sépulcrales, et l’estimation la plus basse était de 600 individus. L’opération de fouille a révélé 316 tombes organisées « en rangées » successives sur une terrasse fluviatile émergente dans une zone marécageuse. Il semble qu’un chemin ait divisé la zone funéraire en deux parties. La partie occidentale est occupée du Ve s. jusqu’au VIIIe ou IXe s., la zone orientale n’étant lieu d’inhumation que durant la période carolingienne.

0

Le cimetière Saint-Michel de Toulouse

La construction de la ligne B du métro de Toulouse a nécessité plusieurs opérations d’archéologie préventive dont la future station « Palais de Justice ». Les prescriptions du SRA concernaient un cimetière médiéval et moderne avec une partie de l’église Saint-Michel, au voisinage de la voie narbonnaise antique. Aucun diagnostic n’a été effectué avant la fouille. L’église fut construite après 1331 dans le cimetière. En 1991, une fouille avait permis la mise au jour de plusieurs tombes sur la place Feuga. Deux autres interventions effectuées dans l’actuelle Cité judiciaire, en 1999 et 2002, ont également révélé plusieurs tombes médiévales. Les liens topographiques et chronologiques éventuels du cimetière avec ces zones sépulcrales suburbaines constituaient les principaux enjeux de cette opération.

0

La nécropole antique d’Évreux

La nécropole antique d’Évreux (Eure) est connue depuis le XIXe s. par de nombreuses découvertes ponctuelles, réalisées lors de travaux de constructions et d’aménagements. Il existe de nombreuses mentions concernant la découverte dans ce secteur d’urnes funéraires, de sarcophages, de monnaies…, mais aucun descriptif précis des structures. Les découvertes ponctuelles permettaient de dater les sépultures du Ier au IVe s. ap. J.-C. Il s’agit d’un quartier d’Évreux actuellement très urbanisé et aucune fouille n’avait été effectuée sur cette nécropole dont les limites et la localisation précise n’étaient pas connues. Le diagnostic devait déterminer si cette parcelle était à l’emplacement de la nécropole, le degré de conservation des vestiges et le potentiel archéologique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search