Catégorie : Les Cahiers de l’Inrap

0

Le diagnostic des sites paléolithiques en Aquitaine

Pour les périodes anciennes de la Préhistoire, le diagnostic est primordial et ne peut se satisfaire du simple constat de la présence ou de l’absence de vestiges (lithiques quasi exclusivement). Cette phase relève d’exercices difficiles, voire parfois spécialisés sur le terrain qui doivent in fine aboutir à des interprétations objectives concernant la nature du site et son statut. En découle la suite des opérations, favorable ou défavorable à la sauvegarde par la fouille et l’étude. Ce sont essentiellement les opérations de diagnostics en milieu rural, et en particulier les tracés linéaires, des aménagements de ZAC et de ZI, qui pourvoient l’essentiel de la détection et de la caractérisation de sites paléolithiques. L’Aquitaine, et plus globalement le sud-ouest de la France, ne déroge pas à cette règle.

0

Identification de sites paléolithiques et mésolithiques en Midi-Pyrénées : méthodes et implications

Avec une superficie comparable à celle du Danemark, la région Midi-Pyrénées est la plus vaste de France (45 348 km²). Assez logiquement, cet espace immense englobe des contextes géologiques très diversifiés. À l’échelle de sa géographie, le contexte archéologique de la région Midi-Pyrénées est particulièrement riche et diversifié. Pourtant, ce n’est que depuis très peu de temps, soit dans les années 1990, que des résultats probants concernant les phases anciennes de la Préhistoire sont issus d’opérations d’archéologie préventive.

0

La détection des sites mésolithiques dans le nord de la France

Il est question ici de faire un point sur la détection des sites mésolithiques dans le nord de la France à partir de l’expérience régionale et des pratiques en vigueur au nord de la Seine. L’approche peut être extrapolée à l’ensemble du Bassin parisien et à une partie de ses marges. En effet, ces régions ont en commun de receler essentiellement des sites de plein air. Les abris sous roches et les amas coquilliers y sont quasiment absents. Ces deux derniers types de gisements nécessitent une méthodologie spécifique qui ne sera donc pas abordée.

0

Quelques exemples de diagnostics dans le bassin hydrographique de la Somme

À Amiens et dans ses environs, sept diagnostics ont concerné des aménagements immobiliers sur des surfaces restreintes en contexte périurbain (fin 2005 à fin 2006). Ils se placent sur une aire géographique restreinte dans la plaine alluviale et ont été traités par la même équipe. La motivation des prescriptions de diagnostic indiquait un risque de présence de sites du Paléolithique final ou du Mésolithique. Sensibilisé à ces questions, l’adjoint scientifique et technique nous a proposé de réaliser ces diagnostics en compagnie de Sylvie Coutard, géomorphologue.

0

La détection de sites du Paléolithique ancien et moyen dans le nord de la France : une approche particulière

Depuis une quinzaine d’années, la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais ont été touchée par de nombreux travaux d’aménagement du territoire qui ont permis la découverte de sites enfouis sous des épaisseurs variables de sédiments présentant une excellente conservation des niveaux d’occupations préhistoriques. Cependant, ceux-ci restent à des profondeurs aisément accessibles dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive. La réalisation de sondages destinés à la découverte de gisements paléolithiques conservés en profondeur constitue une des particularités de l’archéologie préventive du nord de la France. Cette démarche est le résultat d’une approche volontariste, qui requiert des connaissances en archéologie préhistorique et en géomorphologie.

0

Le diagnostic archéologique des séquences fluviatiles pléistocènes de la basse vallée de l’Yonne

La basse vallée de l’Yonne constitue un secteur géographique d’une cinquantaine de kilomètres de long, compris entre deux confluences, Yonne-Armançon en amont et Seine-Yonne à Montereau en aval, où la rivière entaille les formations du Crétacé supérieur du Sénonais. Le propos de cette contribution est de présenter l’évolution des procédés de diagnostics archéologiques mis en œuvre pour la détection des sites paléolithiques en contexte fluviatile depuis 1994 dans cette aire géographique. Il n’est pas ici question d’ériger en modèle ce type d’intervention, mais plutôt d’illustrer comment une prise en compte rigoureuse du contexte (ici géomorphologique) associée à une grande souplesse dans la mise en œuvre technique permettent d’obtenir un diagnostic complet (archéologique et géomorphologique).

0

Le diagnostic des sites préhistoriques en Rhône-Alpes – Auvergne : une spécificité à prendre en compte

En dépit de son étendue géographique importante, l’interrégion Rhône-Alpes – Auvergne n’a fait l’objet que d’un nombre limité de fouilles se rapportant au Paléolithique. Ce constat n’est pas dû à un déficit d’occupations anciennes, bien attestées par ailleurs par d’autres sources que l’archéologie préventive, mais bien à un problème d’identification lors du diagnostic. L’objectif de cette réflexion est par conséquent de mettre en avant la spécificité des sites paléolithiques afin qu’elle soit prise en compte lors de cette première phase de terrain.

0

Taphonomie et diagnostic des sites paléolithiques

L’idée que tous les sites archéologiques ont subi, à des degrés divers, des transformations après leur abandon par l’Homme s’est très largement imposée dans les dernières décennies. La nature et l’intensité des transformations sont très variables, en fonction à la fois du type de contexte environnemental et de la rapidité d’enfouissement qui soustrait progressivement le niveau archéologique à l’action des processus géomorphologiques superficiels. Ces transformations peuvent aller d’une simple disparition de la matière organique en milieu oxydant à une érosion et à une redistribution complète. Dans la grande majorité des cas, le site se trouve dans un état de dégradation intermédiaire entre ces deux pôles.

0

Diagnostic archéologique et géomorphologie en Midi-Pyrénées : réflexions méthodologiques concernant la recherche de vestiges paléolithiques

Il semble assez difficile de séparer le diagnostic des sites paléolithiques du diagnostic archéologique en général, l’objectif étant le repérage de tous les vestiges, quelle que soit l’époque concernée. Néanmoins le Paléolithique requiert une réflexion sur le long terme. Ainsi, entre le moment où le site a été abandonné et celui où nous recherchons les vestiges, il s’est passé plusieurs dizaines à plusieurs centaines de milliers d’années. De fait, il est parfois nécessaire de s’affranchir de la topographie présente, des dynamiques sédimentaires actuellement en cours pour imaginer le contexte initial.

0

Le rôle de l’adjoint scientifique et technique : concevoir le projet de diagnostic

La conception d’un projet de diagnostic archéologique sur une ou plusieurs parcelles susceptibles de renfermer des vestiges paléolithiques doit prendre plusieurs paramètres en considération : la profondeur des vestiges, leur conservation, leur caractérisation, la géométrie de leur répartition. La cote de profondeur du projet de l’aménageur est un filtre qui constitue la variable de réglage des sondages. Les sites paléolithiques ont une tendance, fâcheuse, à l’enfouissement profond. D’un point de vue général, il est recommandé de reconnaître l’épaisseur totale de la séquence et d’atteindre le substrat géologique stérile en matière d’anthropisation potentielle (ante-Pléistocène).

0

Du diagnostic à la fouille : le transfert de l’information

Depuis une dizaine d’années, le paysage de l’archéologie préventive a considérablement changé. Si, à une époque qui nous semble aujourd’hui révolue, la plupart des diagnostics dits « positifs » donnaient lieu à une fouille, ce n’est plus le cas désormais, et ceci est d’autant plus vrai pour les sites paléolithiques. Ce fait est dû à la multiplication des diagnostics et donc des découvertes, au coût des fouilles, à la régulation des prescriptions et à une politique de préservation des sites. L’opération de diagnostic est ainsi bien souvent la seule intervention que les archéologues feront sur un site et tient donc un rôle important dans le renouvellement des connaissances de notre discipline. Ce constat oblige à caractériser au mieux les sites dès la phase de diagnostic et à préserver un maximum d’informations afin que cette opération puisse apporter des données solides à la recherche paléolithique.

0

Le diagnostic des sites paléolithiques et mésolithiques : Réflexions et recommandations

À partir de la lecture des différentes contributions et des échanges particulièrement riches sur le thème du diagnostic des sites paléolithiques et mésolithiques, il nous paraît possible de proposer un certain nombre de recommandations. En premier lieu, il est utile de faire un rappel du décret sur l’archéologie préventive qui fixe les objectifs principaux du diagnostic. Il faut noter que le diagnostic est réalisé sous la forme «… d’études, prospections ou travaux de terrain… », même si dans la majorité des cas une approche intrusive est nécessaire, et cela encore plus en Préhistoire paléolithique-mésolithique car seule cette approche semble à même d’apporter des éléments d’information sur la taphonomie du site. L’autre facteur participant à ce cadre est celui des contraintes techniques imposées par la nature du projet d’aménagement.

0

La géoarchéologie appliquée au diagnostic des sites du Néolithique à nos jours : Introduction

La classique opposition du culturel au naturel n’est qu’apparente : l’archéozoologie fait autant une archéologie du culinaire que de l’élevage, la carpologie, la palynologie sont les piliers, entre autres, d’une archéologie de l’agriculture, etc. Quant à la géomorphologie, pratiquée dans le cadre d’une archéologie préventive qui permet un accès exceptionnel au sous-sol (grâce à la pratique systématique du sondage mécanique), elle est devenue l’un des moyens majeurs de compréhension de l’organisation des dépôts quaternaires, et par ce biais, de reconstitution de la genèse des reliefs et des paysages dans lesquels s’inscrivent les occupations humaines. Toutes ces spécialités contribuent donc à la connaissance globale d’un « environnement »…

0

Cartes de formations superficielles et de potentiel archéologique : exemples dans le nord de la France

L’archéologie et la géologie entretiennent des liens étroits. Outre une démarche stratigraphique commune, l’archéologue doit connaître l’histoire paléoenvironnementale et le cadre géologique de la région pour appréhender la taphonomie des vestiges et les interactions entre les sociétés passées et leur environnement. L’ensemble des données (stratigraphiques, morphologiques, hydrographiques, chronologiques…) peuvent être compilées sous la forme d’une carte des formations géologiques superficielles. Nous présentons deux exemples de ce type de représentation à grande échelle : sur une petite région (Lille) et sur une opération (Dourges) avec une démarche spécifique de collecte de données préalablement au diagnostic.

0

Géomorphologie et diagnostic archéologique : un point de vue aquitain

Cet article se propose de décrire les principales missions du géomorphologue dans le cadre de son intervention lors des diagnostics archéologiques. Le point de vue développé ici a beaucoup bénéficié de discussions avec des responsables d’opération au cours d’une dizaine d’années de pratique. À ce titre, il reflète le fonctionnement en usage dans la région de l’Aquitaine. Le problème des « cartes de potentialités » est ensuite abordé à la lumière de quelques exemples récents de diagnostics sur de grands tracés linéaires. Pour finir, sont développés quelques aspects susceptibles de renforcer l’intérêt du travail de géomorphologie réalisé à l’Inrap.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search