Catégorie : Méthodes d’investigations

1

Le radar mural : un nouvel outil pour l’archéologue du bâti

Les nouveaux outils tels que la photogrammétrie ou les relevés scanner 3D ont révolutionné la façon d’appréhender l’étude archéologique d’un édifice. Ces outils sont désormais couramment utilisés mais, lorsque les parois d’un édifice sont recouvertes par un enduit, les observations visuelles sont rendues considérablement plus complexes. L’implantation des fenêtres d’observation à piqueter peut s’avérer être un exercice délicat et potentiellement non représentative de la partie de l’édifice à étudier…

0

Relecture archéologique de la collégiale Notre-Dame-du-Fort à Étampes (Essonne) : bilan et perspectives du diagnostic du sous-sol et des élévations

Débuté en octobre 2020, ce diagnostic archéologique incluait plusieurs volets distincts. La première phase comprenait une couverture photogrammétrique du flanc extérieur nord de l’ancienne collégiale Notre-Dame du Fort composé de plusieurs états relevant pour l’essentiel des XIIe, XIIIe siècles. La seconde étape intégrait la réalisation d’une détection radar du sous-sol afin de mieux appréhender l’organisation spatiale des parties disparues des différents états de l’édifice aujourd’hui imbriqués…

0

Deux études de bâti à La Réunion : La Redoute et le Pénitencier de l’Ilet à Guillaume à Saint-Denis

Deux études de bâti, sans sondages en sous-sol, ont été réalisées sur le territoire en 2020. Toutes deux portent sur des monuments inscrits au titre des MH. Menée en amont de travaux de restauration, la première concerne la Redoute de Saint-Denis, bâtiment construit à partir de 1756 et faisant partie d’un ensemble défensif de la ville (poudrière, corps de garde et batteries littorales). Ce fortin a été utilisé comme prison dès 1768 puis comme poste de garde et converti en magasin à poudre en 1869. Toutes ces transformations successives, connues par les documents d’archives, ont pu être précisées par l’étude du bâti, alliant levé 3D par photogrammétrie, analyse des mortiers et comparaison critique avec les plans anciens…

0

Archéologie sur des murs et des couvrements charpentés à Orléans (Loiret)

L’analyse des structures charpentées peut concerner aussi bien l’étude du gros-œuvre que du second-œuvre de bâtiments conservés en élévation : murs en pan de bois, charpentes de toit, plafonds, cloisons, etc. Lors de leur relevé et de leur enregistrement une attention particulière est portée aux éléments techniques propres au domaine de la charpenterie (traces de transport, de façonnage et de mise en œuvre du bois, assemblages, marques, remplois, etc.), mais également aux répartitions et aux relations entretenues par ces ossatures de bois avec les autres éléments constitutifs de l’édifice…

0

Méthodologie et remise en question autour de la datation en bâti

La communication a pour objectif de faire, au travers de sites variés et récemment étudiés, un état des lieux des pratiques liées à la datation afin de rectifier l’image d’Epinal plutôt tournée vers l’histoire de l’art en matière de datation monumentale, et ce à l’attention notamment des interlocuteurs patrimoniaux. Faire comprendre les enjeux et la méthodologie semble primordial pour permettre une meilleure intégration et prise en compte des études monumentales archéologiques au sein des chantiers des restaurations ou d’inventaire…

0

Présentation de la base de données utilisée pour l’opération de Ferrières-en-Gâtinais (Loiret)

Alors que l’utilisation des Systèmes d’Information Géographique (SIG) en archéologie préventive est désormais une pratique courante, il existe néanmoins quelques contextes d’intervention pour lesquels leur utilisation est loin d’être systématique. En archéologie du bâti, en effet, du fait d’une étude des vestiges en élévation, le mode de représentation nécessite une certaine gymnastique dans les logiciels de SIG. Ce premier écueil franchi, la constitution d’une base de données relationnelles et spatiales devient possible…

0

De la fouille à l’enregistrement

Les nombreuses discussions sur l’archéologie sur le bâti ne doivent pas nous faire oublier l’essentiel. S’agissant d’archéologie, l’acte de fouille est l’élément de base qui fournit la matière nécessaire à la compréhension de l’évolution du bâtiment étudié. Le décroutage de l’épiderme et le piquetage sont une étape indispensable pour appréhender l’objet étudié. La recherche de la stratigraphie est l’étape suivante. Les limites stratigraphiques, les différents mortiers, les matériaux utilisés, les différents décors et techniques de construction mis en œuvre sont autant d’indices qui doivent être observés, relevés et analysés…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search