Catégorie : Bioarchéologie : minimums méthodologiques, référentiels communs et nouvelles approches

L’évolution récente de la bioarchéologie est marquée par un important renouvellement, tant au niveau des outils et des techniques, que des méthodes. Ainsi, il est possible de pousser de plus en plus loin le travail d’investigation. Toutefois, l’archéologie préventive, qui génère aujourd’hui le plus grand corpus de données bioarchéologiques, impose la prise en compte d’exigences particulières, en vue de mener à bien ces études spécialisées : temps et moyens limités sur le terrain et en post-fouille, études souvent absentes ou sous-estimées dans le cadre des prescriptions et des projets scientifiques d’intervention… La prise en compte de ce principe de réalité suscite, depuis plusieurs années, au sein de la communauté des bioarchéologues, différents travaux en vue de proposer un « minimum méthodologique commun » permettant de garantir la qualité scientifique minimale de ces études. Ces « minimums » doivent être appliqués sur l’ensemble de la chaîne opératoire d’une opération archéologique, et même, au-delà : collecte des données, prélèvement, traitement et analyse des vestiges, restitution des résultats de l’étude sous la forme de documents scientifiques réutilisables (rapport d’opération, publication), échantillonnage a posteriori en vue d’analyses spécialisées… Ces réflexions s’accompagnent de la mise en place de référentiels, de collections de comparaisons, de protocoles et d’outils (enregistrement, analyse) communs, le plus souvent dématérialisés.
 
Organisation : Direction scientifique et technique de l’Inrap, en partenariat avec la direction du GDR 3644 BioArchéoDat et Archéologie Alsace. Coordination : Carine Carpentier (Inrap), Rose-Marie Arbogast (CNRS, GDR 3644) et Philippe Kuchler (Archéologie Alsace). Comité scientifique : Rose-Marie ARBOGAST (CNRS – GDR 3644 – UMR 7044), Emmanuelle BONNAIRE (Archéologie Alsace – UMR 7209), Marc BOUIRON (Inrap, Direction scientifique et technique – UMR 7264), Manon CABANIS (Inrap, DIR Auvergne Rhône-Alpes – UMR 6042), Carine CARPENTIER (Inrap, Direction scientifique et technique), Stéphane FRÈRE (Inrap, DIR Centre-Île-de-France – UMR 7209), Yannick MIRAS (CNRS – UMR 7194), Núria ROVIRA (Université Paul Valéry-Montpellier 3 – UMR 5140), Frédéric SÉARA (Drac Grand Est – UMR 7044), Christophe TARDY (Inrap, DIR Midi-Méditerranée).
Lieu et dates : Bibliothèque Humaniste, 1 place Docteur Maurice Kubler, 67 600 Sélestat. 28-29 novembre 2019

0

Bioarchéologie : synthèse et perspectives

Les 31 communications et 11 posters proposés durant les deux journées du séminaire Bioarchéologie : minimums méthodologiques, référentiels communs et nouvelles approches ont permis de préciser les apports des différentes disciplines à l’analyse et à la caractérisation des sites archéologiques, tout en soulevant la question centrale de la place actuellement réservée à la bioarchéologie. C’est sous le signe de la richesse, de la variété et de la complémentarité que ce sujet de l’inscription de la bioarchéologie dans la démarche archéologique a été débattu, au travers d’échanges passionnants et presque toujours passionnés.

0

L’archéozoologie dans la chaîne opératoire de l’archéologie préventive en France : du diagnostic au rendu de rapport de fouille

S’inscrivant, à des degrés divers, dans l’ensemble de la chaîne opératoire de l’archéologie préventive, les sciences du vivant et, plus spécifiquement l’archéozoologie, contribuent pleinement à la compréhension des sites et des activités humaines passées. Néanmoins, malgré la démonstration sans cesse renouvelée des apports de cette discipline, la pratique quotidienne de l’archéozoologie en contexte préventif est aujourd’hui fréquemment sujette à une restriction des moyens financiers ainsi que des champs d’étude, menant à une modification substantielle du contenu des travaux.

1

Potentiel bioarchéologique des micro-fossiles non-polliniques en archéologie préventive

Les micro‐fossiles non polliniques (MNP) constituent un vaste groupe de bioindicateurs (propagules ou forme de résistance, entre autres) issus de différents organismes (champignons, algues, plancton, bactérie, animaux, végétaux etc.). Si leur analyse est désormais fréquente dans les études palynologiques menées dans les milieux naturels (lacs ou zones humides), les MNP sont encore peu exploités en contexte archéologique. Leur potentiel bioarchéologique reste à évaluer mais l’enjeu est grand tant les informations qu’ils peuvent apporter sont nombreuses aussi bien sur le plan paléoenvironnemental que paléoécologique, géoarchéologique ou taphonomique. L’éventail de sites et de structures offert par les opérations d’archéologie préventive constitue le cadre idéal pour démarrer cette évaluation.

1

Des mammouths sous l’autoroute. L’exploitation des données environnementales et leurs apports pour diagnostiquer et étudier les sites paléolithiques : l’exemple des fouilles du Contournement Ouest de Strasbourg (Bas-Rhin)

Bien que l’Alsace soit connue pour son potentiel archéologique paléolithique depuis le XIXe siècle, ce n’est que récemment que la recherche en Préhistoire ancienne connaît un nouvel élan. À l’occasion des diagnostics archéologiques menés préalablement au projet autoroutier du Contournement Ouest de Strasbourg, des sondages profonds ont été réalisés. Sept indices de site du Paléolithique moyen ont été identifiés, dont trois ont fait l’objet de fouilles. Les travaux menés sur les séquences lœssiques observées sur ces sites ont permis de reprendre le cadre de référence stratigraphique, chronologique et environnemental pour la Préhistoire locale. Ces travaux sont fondés sur une approche pluridisciplinaire à haute résolution (géomorphologie, archéozoologie, malacologie, etc.) afin de restituer le cadre paléoenvironnemental des occupations et de mieux comprendre les interactions hommes/milieu.

0

Contribution de la paléogénétique à l’archéologie

La paléogénétique, c’est-à-dire l’analyse génétique de l’ADN préservé dans les vestiges biologiques du passé, principalement os et dents, a ouvert de nouvelles perspectives en archéologie. Cette alliée de poids apporte des informations qui ne sont pas accessibles par d’autres approches et contribue à une meilleure compréhension des sites archéologiques et des sociétés du passé, concernant entre autres migrations et métissages, domestication des animaux et des plantes, effets de l’action humaine sur les populations animales et végétales sauvages. Cet article présente une courte introduction à la génétique et aux spécificités de la paléogénétique, un protocole pour le prélèvement et le stockage des ossements destinés à être analysés et un aperçu des avancées de la discipline qui enrichissent les connaissances de l’archéologie, en particulier lorsqu’un dialogue intense et fertile est établi entre archéologues et généticiens.

0

Les restes organiques minéralisés : un nouveau champ d’investigation en contexte funéraire. Exemple de la nécropole mérovingienne de Merxheim « Obere Reben » (Haut-Rhin)

Les traces de matériaux organiques découverts en contexte archéologique sont généralement difficiles à déceler, mais elles sont riches d’informations essentielles et inédites. Les sépultures constituent un milieu particulièrement favorable à leur conservation. L’abondant mobilier métallique qu’elles contiennent généralement (armement, parure, éléments vestimentaires, objets du quotidien, mobilier, outillage) favorise par le biais du processus de corrosion la migration des sels métalliques au cœur du matériau organique : on le dit alors « minéralisé ».

0

OGAIA : Outil de Gestion, d’Analyse et d’illustration en Archéozoologie

OGAIA est une combinaison d’outils développés à l’aide des logiciels Excel© et Qgis©. L’objectif de ces outils est de faciliter l’enregistrement, la gestion, l’analyse et l’exploitation des données archéozoologiques recueillies dans le cadre d’une opération de terrain. L’ensemble est conçu pour optimiser le temps consacré à la saisie et à la production des inventaires légaux, mais aussi permettre l’exploration rapide des données et la production de documents illustrant l’étude archéozoologique : statistiques descriptives simples, figures de répartitions anatomiques, etc.

0

Illustration de profils squelettiques et représentation de données statistiques automatisées via un SIG (logiciel QGIS)

L’utilisation de dessins de squelettes d’animaux numérisés, pour illustrer la représentation des parties squelettiques d’une espèce donnée, est devenue courante en archéologie, que ce soit en termes de présence ou d’absence, de quantité (cercles proportionnels) ou de pourcentage (par ex. densité). La quantification automatique de ces divers modes de représentation est rendue possible via le recours à un système d’information géographique (SIG). Dans le cadre de cette projection en plan des profils squelettiques, ce n’est pas la fonctionnalité de géolocalisation qui nous intéressera ici mais la possibilité d’introduire un lien dynamique avec des systèmes d’enregistrement de type tableurs ou bases de données. Les analyses statistiques et les représentations peuvent ainsi s’appuyer sur les inventaires archivés. Ces analyses peuvent être automatisées, fiables et cohérentes graphiquement, selon l’ensemble du jeu de données étudié. Ce processus requiert un temps de mise en œuvre plus important que pour un enregistrement classique mais cet état de fait est très largement compensé par l’important gain de temps acquis dans le traitement de ces données. De plus, ces modèles sont immédiatement réutilisables par tout archéozoologue et dans le cadre d’études ultérieures. Le choix des classes de pourcentage réalisé en DAO, implique des calculs supplémentaires (correction des classes de valeurs) pour être statistiquement fiable. En convertissant chaque partie squelettique en entité graphique dans le logiciel de SIG, on peut établir des relations (jointures) avec les tables de données et générer automatiquement leur remplissage. En outre, ces outils statistiques intégrés calculent directement les classes de valeur à appliquer, en fonction du jeu de données en présence. Ce projet d’utilisation d’un SIG au moyen de QGIS (logiciel open source) offre l’opportunité de simplifier et de systématiser l’ensemble de ces étapes de travail.

0

La conservation et la gestion des biomatériaux au sein du CCE d’Alsace

Le Centre de Conservation et d’Étude (CCE) d’Alsace, porté par Archéologie Alsace, les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin et la DRAC Grand Est, a été inauguré, en 2016, à Sélestat en vue d’améliorer la conservation et la gestion du mobilier archéologique à l’échelle de l’Alsace. Les biomatériaux sont particulièrement bien représentés au CCE, notamment parce que les principaux musées alsaciens, par manque de place et de locaux adaptés, ne peuvent parfois pas les accueillir lorsqu’il s’agit de lots importants (faune notamment). Ils sont dès lors conservés au CCE dans des dépôts spécifiques afin de garantir une conservation et une gestion optimale, en fonction de leur nature. Des échanges réguliers avec les spécialistes ont pour objectif d’enrichir progressivement les inventaires avec les données d’étude. Grâce aux salles d’étude du CCE, comprenant également des collections de référence, ces restes sont régulièrement étudiés et facilement accessibles. Des protocoles et procédures à respecter en cas de prélèvement pour analyses destructrices ont été récemment élaborés afin de cadrer au mieux les nombreuses sollicitations.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search