Catégorie : Archéologie préventive : quelle place pour la bioarchéologie ?

0

L’archéozoologie dans la chaîne opératoire de l’archéologie préventive en France : du diagnostic au rendu de rapport de fouille

S’inscrivant, à des degrés divers, dans l’ensemble de la chaîne opératoire de l’archéologie préventive, les sciences du vivant et, plus spécifiquement l’archéozoologie, contribuent pleinement à la compréhension des sites et des activités humaines passées. Néanmoins, malgré la démonstration sans cesse renouvelée des apports de cette discipline, la pratique quotidienne de l’archéozoologie en contexte préventif est aujourd’hui fréquemment sujette à une restriction des moyens financiers ainsi que des champs d’étude, menant à une modification substantielle du contenu des travaux.

1

Des mammouths sous l’autoroute. L’exploitation des données environnementales et leurs apports pour diagnostiquer et étudier les sites paléolithiques : l’exemple des fouilles du Contournement Ouest de Strasbourg (Bas-Rhin)

Bien que l’Alsace soit connue pour son potentiel archéologique paléolithique depuis le XIXe siècle, ce n’est que récemment que la recherche en Préhistoire ancienne connaît un nouvel élan. À l’occasion des diagnostics archéologiques menés préalablement au projet autoroutier du Contournement Ouest de Strasbourg, des sondages profonds ont été réalisés. Sept indices de site du Paléolithique moyen ont été identifiés, dont trois ont fait l’objet de fouilles. Les travaux menés sur les séquences lœssiques observées sur ces sites ont permis de reprendre le cadre de référence stratigraphique, chronologique et environnemental pour la Préhistoire locale. Ces travaux sont fondés sur une approche pluridisciplinaire à haute résolution (géomorphologie, archéozoologie, malacologie, etc.) afin de restituer le cadre paléoenvironnemental des occupations et de mieux comprendre les interactions hommes/milieu.

1

Le rapport d’analyse carpologique : exposé des minimums méthodologiques communs attendus par la communauté archéologique (carpologues, responsables d’opérations, services de l’État)

La carpologie, initiée en France il y a 50 ans, s’est considérablement développée en grande partie grâce à l’augmentation des opérations d’archéologie préventive. La hausse sensible du nombre de carpologues, l’accroissement des études qui en résulte et la multiplication des cadres institutionnels, publics ou privés, dans lesquels les études carpologiques sont réalisées, ont rendu nécessaire une réflexion collective sur les minimums méthodologiques devant apparaître dans les rapports d’études carpologiques.

0

La malacologie continentale appliquée à l’archéologie préventive : une discipline foisonnante à spécialistes clairsemés

À l’interface entre archéobotanique et archéozoologie, la malacologie continentale (l’étude des coquilles d’escargots) paraît tout à fait adaptée aux questionnements archéologiques concernant les reconstitutions environnementales et les types d’activités humaines à l’échelle du site archéologique. En effet, les restes de ces mollusques, terrestres ou d’eau douce, se conservent parfaitement bien en contexte carbonaté, sont facilement déterminables et surtout sont très sensibles aux variations locales du milieu, que ce soit du point de vue du degré d’humidité ou du couvert végétal.

0

La place des données bioarchéologiques dans les services régionaux de l’archéologie : constat et retours d’expérience

Depuis la « loi relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine » (LCAP) de 2016, l’environnement constitue une composante à part entière du champ de l’archéologie lorsque son étude renseigne sur le contexte archéologique. Dans ce cas, il est du ressort des services régionaux de l’archéologie (SRA) de le prendre pleinement en compte dans le cadre de leurs prescriptions.

0

L’archéobiologie dans l’organisation de l’archéologie : où en sommes-nous ?

Le sujet de ce 4e séminaire scientifique et technique de l’Inrap est une suite directe de la réflexion collective d’un groupe constitué d’archéobiologistes du GDR 3644 Bioarchéodat confrontés à des conditions d’exercice de l’archéobiologie de plus en plus difficiles dans le contexte de l’archéologie préventive nationale. En conséquence, il a paru nécessaire à ce groupe de rappeler et de préciser les « attendus » de leur démarche et les conséquences pratiques, en s’appuyant sur l’exemple d’une proposition constructive qu’a été la production de l’article sur « L’étude des ossements animaux en contexte d’archéologie préventive. Vers un minimum méthodologique commun » dans le domaine de l’archéozoologie.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search