Catégorie : Collections, référentiels et bases de données : vers une mutualisation des outils ?

0

OGAIA : Outil de Gestion, d’Analyse et d’illustration en Archéozoologie

OGAIA est une combinaison d’outils développés à l’aide des logiciels Excel© et Qgis©. L’objectif de ces outils est de faciliter l’enregistrement, la gestion, l’analyse et l’exploitation des données archéozoologiques recueillies dans le cadre d’une opération de terrain. L’ensemble est conçu pour optimiser le temps consacré à la saisie et à la production des inventaires légaux, mais aussi permettre l’exploration rapide des données et la production de documents illustrant l’étude archéozoologique : statistiques descriptives simples, figures de répartitions anatomiques, etc.

0

Illustration de profils squelettiques et représentation de données statistiques automatisées via un SIG (logiciel QGIS)

L’utilisation de dessins de squelettes d’animaux numérisés, pour illustrer la représentation des parties squelettiques d’une espèce donnée, est devenue courante en archéologie, que ce soit en termes de présence ou d’absence, de quantité (cercles proportionnels) ou de pourcentage (par ex. densité). La quantification automatique de ces divers modes de représentation est rendue possible via le recours à un système d’information géographique (SIG). Dans le cadre de cette projection en plan des profils squelettiques, ce n’est pas la fonctionnalité de géolocalisation qui nous intéressera ici mais la possibilité d’introduire un lien dynamique avec des systèmes d’enregistrement de type tableurs ou bases de données. Les analyses statistiques et les représentations peuvent ainsi s’appuyer sur les inventaires archivés. Ces analyses peuvent être automatisées, fiables et cohérentes graphiquement, selon l’ensemble du jeu de données étudié. Ce processus requiert un temps de mise en œuvre plus important que pour un enregistrement classique mais cet état de fait est très largement compensé par l’important gain de temps acquis dans le traitement de ces données. De plus, ces modèles sont immédiatement réutilisables par tout archéozoologue et dans le cadre d’études ultérieures. Le choix des classes de pourcentage réalisé en DAO, implique des calculs supplémentaires (correction des classes de valeurs) pour être statistiquement fiable. En convertissant chaque partie squelettique en entité graphique dans le logiciel de SIG, on peut établir des relations (jointures) avec les tables de données et générer automatiquement leur remplissage. En outre, ces outils statistiques intégrés calculent directement les classes de valeur à appliquer, en fonction du jeu de données en présence. Ce projet d’utilisation d’un SIG au moyen de QGIS (logiciel open source) offre l’opportunité de simplifier et de systématiser l’ensemble de ces étapes de travail.

0

La conservation et la gestion des biomatériaux au sein du CCE d’Alsace

Le Centre de Conservation et d’Étude (CCE) d’Alsace, porté par Archéologie Alsace, les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin et la DRAC Grand Est, a été inauguré, en 2016, à Sélestat en vue d’améliorer la conservation et la gestion du mobilier archéologique à l’échelle de l’Alsace. Les biomatériaux sont particulièrement bien représentés au CCE, notamment parce que les principaux musées alsaciens, par manque de place et de locaux adaptés, ne peuvent parfois pas les accueillir lorsqu’il s’agit de lots importants (faune notamment). Ils sont dès lors conservés au CCE dans des dépôts spécifiques afin de garantir une conservation et une gestion optimale, en fonction de leur nature. Des échanges réguliers avec les spécialistes ont pour objectif d’enrichir progressivement les inventaires avec les données d’étude. Grâce aux salles d’étude du CCE, comprenant également des collections de référence, ces restes sont régulièrement étudiés et facilement accessibles. Des protocoles et procédures à respecter en cas de prélèvement pour analyses destructrices ont été récemment élaborés afin de cadrer au mieux les nombreuses sollicitations.

0

Constituer une ostéothèque : l’exemple du service archéologique du Grand Reims

Les collections ostéologiques sont un outil indispensable à toute étude archéozoologique. Néanmoins, bon nombre d’archéozoologues travaillant dans le domaine de l’archéologie préventive n’ont pas accès quotidiennement à une ostéothèque digne de ce nom du fait, notamment, de la répartition inégale des principales collections de comparaison sur le territoire national. Ainsi, à partir de 2016, le service archéologique du Grand Reims a mené une réflexion dans le but de constituer une ostéothèque plus étoffée avec la nécessaire mise en place d’une chaîne opérationnelle allant de l’acquisition du cadavre animal à sa préparation ostéologique.

1

Vertébrés : un projet d’atlas ostéologique dématérialisé

L’application « Vertébrés » est le fruit d’une collaboration entre le laboratoire CNRS Archimède UMR 7044, Archéologie Alsace et Laetoli Production. Elle est développée, entre autres, dans le cadre d’un projet Idex 2018 de l’Université de Strasbourg. Il s’agit d’un atlas d’ostéologie interactif permettant de manipuler, comparer et mesurer de véritables spécimens numérisés en 3D. « Vertébrés » s’adresse plus particulièrement à un public de chercheurs et d’étudiants mais également à un public plus large (enseignants, élèves, musées, amateurs…). L’application est accessible en ligne, gratuitement, sur simple inscription. Elle comprend aujourd’hui 2 000 ossements numérisés appartenant à 12 spécimens. Son usage est fluide et intuitif et ne nécessite pas de connaissances informatiques particulières.

0

L’enregistrement et le traitement des données bioarchéologiques dans Syslat

Créé dans les années 80 par Michel Py (CNRS) et l’équipe de fouilles de Lattes, le logiciel Syslat a été conçu comme un outil informatique de gestion et d’exploitation des données de fouille. Ce logiciel est en train d’évoluer vers un Système d’Information Archéologique (SIA), destiné à être adaptable à tous types de sites, de vestiges et à toutes périodes. L’évolution de Syslat en SIA permettra d’intégrer les dernières avancées en matière de procédures d’enregistrement et d’exploitation des données de fouille, tout en poursuivant l’effort de normalisation et de création de référentiels liés aux différents dictionnaires et bibliothèques attenants au logiciel.

0

Du projet d’inventaire de la faune et de la flore française vers un portail bioarchéologique ouvert global

Depuis sa création en 1993, la base de données nationale aujourd’hui nommée « Inventaires archéozoologiques et archéobotaniques de France » (I2AF) a connu de nombreuses évolutions au gré des projets et programmes de recherches. D’abord Atlas diachroniques des mammifères de France, puis Inventaire des données archéozoologiques holocènes de la moitié nord de la France métropolitaine, la base contient aujourd’hui les données archéozoologiques et archéobotaniques françaises, de Métropole et d’Outre-Mer, pour une période pouvant débuter au Paléolithique supérieur.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search