Catégorie : Comment sensibiliser et former les acteurs de l’archéologie ?

1

Archéobios : Archives biologiques et biomatériaux en contexte archéologique

L’école thématique Archéobios (I. Théry-Parisot et L. Gourichon, CEPAM-UMR 7264) a été conçue comme un trait d’union entre les archéologues et les spécialistes, souvent absents sur le terrain. Les restes biologiques sont des archives archéologiques au fort potentiel informatif dont les traces sont parfois ténues et fragiles. Leur étude répond à des exigences d’échantillonnage, de prélèvement, de conservation spécifiques à chaque matériau, et à des problématiques précises. Si les gestes lors des fouilles sont une étape déterminante pour leur analyse, les contingences logistiques imposées aux responsables d’opérations, particulièrement en archéologie préventive, peuvent être parfois préjudiciables au potentiel des études. L’accent de cette école a été mis sur la sensibilisation des archéologues aux enjeux scientifiques portés par les études des archives biologiques ; l’acquisition des compétences techniques et théoriques sur l’échantillonnage, le prélèvement et la valorisation des vestiges ; la sensibilisation des spécialistes aux difficultés du terrain ; la création d’un réseau facilitant les échanges futurs. Les remarques et les suggestions des participants en fin de stage ont permis des réajustements pour le déroulé de la session suivante afin d’être au plus près des attentes des stagiaires.

0

Le stage Archéologie environnementale : une approche thématique et transversale des sciences naturelles appliquées à l’archéologie préventive

La formation interne de l’Inrap « Archéologie environnementale » vise à présenter les apports des différentes disciplines bioarchéologiques et géoarchéologiques mises en œuvre pour une meilleure compréhension des activités humaines au cours du temps. Des exemples croisés sont présentés par thématique, comme la restitution du paysage, l’exploitation des milieux, les pratiques funéraires, artisanales, agro-pastorales et alimentaires. Les différents thèmes y sont traités de façon transversale, en hiérarchisant les apports et limites de chacune des disciplines : géomorphologie, pédologie, micromorphologie, palynologie, malacologie, carpologie, xylo- et anthracologie, étude des phytolithes, entomologie, paléoparasitologie, archéozoologie et ichtyologie. Le stage est également un moment d’échanges entre les intervenants et les stagiaires (responsables et techniciens d’opération, directeurs adjoints scientifiques et techniques), mais aussi avec les « décideurs » et personnes en charge des prescriptions, afin que puissent être envisagées, en amont, les études les mieux adaptées aux contextes et aux problématiques scientifiques.

0

Unifier la description des couches archéologiques pour obtenir un meilleur échantillonnage bioarchéologique : rôle de la formation interne à l’Inrap

Il est fréquent que le géoarchéologue joue un rôle central pour évaluer le potentiel de conservation des restes bioarchéologiques et orienter le responsable d’opération en matière de prélèvements et d’étude. Un des aspects importants y est celui des phénomènes pédologiques, responsables des transformations et différenciations au sein des dépôts. Une formation interne d’une journée est proposée depuis cette année par une ensemble de pédologues de l’Inrap « de terrain ». Profitant de la plateforme nationale que représente l’Inrap, la formation sert à instruire de manière simple et transversale les collègues à une meilleure prise en compte de 13 traits pédologiques essentiels lors des relevés et descriptions sur le terrain.

0

Formations doctorales et professionnelles : retour sur expériences de l’ANR MAGI

Dans le cadre du programme Magi (Manger, boire, offrir pour l’éternité en Gaule et en Italie préromaines, 2013-2017), financé par l’ANR, nous avons organisé plusieurs types de sessions de formation à l’archéologie des produits biologiques s’adressant à des publics diversifiés : une formation doctorale en Italie (Rome et Cerveteri), deux écoles thématiques du CNRS (Bibracte et Vannes) et enfin une formation professionnelle à Quimper en collaboration avec l’INRAP. Chacun de ces événements fut d’une grande richesse scientifique et pédagogique avec des interactions et échanges nombreux entre professionnels de différentes disciplines. L’objectif était de présenter les différentes méthodes permettant d’accéder à la connaissance des matériaux organiques contenus dans des récipients archéologiques.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search