Catégorie : De nouveaux contextes et domaines d’investigation pour l’archéologie préventive ?

1

Potentiel bioarchéologique des micro-fossiles non-polliniques en archéologie préventive

Les micro‐fossiles non polliniques (MNP) constituent un vaste groupe de bioindicateurs (propagules ou forme de résistance, entre autres) issus de différents organismes (champignons, algues, plancton, bactérie, animaux, végétaux etc.). Si leur analyse est désormais fréquente dans les études palynologiques menées dans les milieux naturels (lacs ou zones humides), les MNP sont encore peu exploités en contexte archéologique. Leur potentiel bioarchéologique reste à évaluer mais l’enjeu est grand tant les informations qu’ils peuvent apporter sont nombreuses aussi bien sur le plan paléoenvironnemental que paléoécologique, géoarchéologique ou taphonomique. L’éventail de sites et de structures offert par les opérations d’archéologie préventive constitue le cadre idéal pour démarrer cette évaluation.

0

Les restes organiques minéralisés : un nouveau champ d’investigation en contexte funéraire. Exemple de la nécropole mérovingienne de Merxheim « Obere Reben » (Haut-Rhin)

Les traces de matériaux organiques découverts en contexte archéologique sont généralement difficiles à déceler, mais elles sont riches d’informations essentielles et inédites. Les sépultures constituent un milieu particulièrement favorable à leur conservation. L’abondant mobilier métallique qu’elles contiennent généralement (armement, parure, éléments vestimentaires, objets du quotidien, mobilier, outillage) favorise par le biais du processus de corrosion la migration des sels métalliques au cœur du matériau organique : on le dit alors « minéralisé ».

0

Apport et place de la xylologie en archéologie préventive

L’archéo-xylologie est l’étude des bois archéologiques principalement découverts en milieu humide. Ces bois gorgé d’eau, mis au jour lors de fouilles archéologiques, conservent souvent leur forme et leur aspect d’origine. Matériau naturel utilisé par les hommes de toute époque, il permet d’entrevoir les environnements passés à travers ses caractéristiques écologiques (cernes de croissance, morphologie de la plante) et documente certaines pratiques anthropiques (récolte, façonnage, utilisation). Les vestiges se font pourtant rares et seule une infime partie est parvenue jusqu’à nous du fait, d’une part, des conditions particulières nécessaires à leur conservation et, d’autre part, du hasard de leur découverte.

1

De l’utilisation de la bioarchéologie pour la compréhension des architectures funéraires dans les sépultures médiévales

La compréhension de l’architecture funéraire a fait d’immenses progrès grâce au développement de la thanato-archéologie. L’étude de la taphonomie de la tombe permet d’appréhender une petite partie du processus funéraire tel que son aménagement interne. Cependant, un certain nombre de faits nous sont totalement invisibles sans un recours à d’autres sciences. Ainsi, quinze années de travaux menés en Champagne-Ardenne ont permis de révéler que, de façon récurrente, les squelettes retrouvés dans les tombes médiévales (principalement du haut Moyen-Âge, mais également du bas Moyen-Âge) ne reposent pas sur le fond de la fosse mais sur une dizaine de centimètres de sédiment. Ces squelettes présentent généralement des indices de décomposition dans un contenant rigide parfois associé à une enveloppe souple. Cependant, la présence de ces contenants ne peut à elle seule expliquer cette surélévation du corps et se pose la question du niveau de dépôt de ce dernier dans le dispositif funéraire.

0

L’apport des puits aux études bio‐archéologiques : quelques exemples bretons

La fouille récente d’une douzaine de puits antiques sur des opérations Inrap en Bretagne est l’occasion de faire un retour d’expérience sur l’apport de nouvelles approches méthodologiques. La qualité de conservation des restes bioarchéologiques, ainsi que l’amplitude stratigraphique, constituent des arguments de poids pour le développement de ce type de fouilles manuelles et sécurisées. Celles‐ci autorisent de nombreux prélèvements au sein de structures archéologiques souvent difficilement accessibles. Depuis 2016, l’Inrap a mis en place une « Cellule d’Intervention sur les Structures Archéologiques Profondes » (CISAP) dans la continuité d’une activité développée par l’Association ArchéoPuits.

0

Variations de la nappe phréatique d’Alsace et patrimoine bioarchéologique : le point de vue des géoarchéologues

L’Alsace occupe un fossé d’effondrement d’âge éocène rempli d’alluvions déposées par le Rhin et ses affluents au cours du Quaternaire. Les alluvions renferment la plus grande nappe phréatique d’Europe, 35 milliards de m³ d’eau, stockés dans la seule partie française. Subaffleurante dans une grande partie de la région, cette nappe est responsable de vastes zones humides, les rieds. Menacée, elle fait l’objet d’un suivi constant et régulier depuis plusieurs décennies. En effet, à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, elle a connu des bouleversements de grande ampleur, en relation notamment avec la rectification du Rhin. Les chantiers archéologiques permettent aussi de compléter la connaissance des variations piézométriques au cours de l’Holocène et de recueillir des données environnementales à grande échelle.

0

Archéoentomologie : comment les Coléoptères fossiles contribuent à la reconstruction des anciens paysages et des activités humaines

Les Coléoptères fossiles sont abondants dans la plupart des sédiments quaternaires. Les espèces fossiles sont absolument identiques aux espèces actuelles vivantes. Leur stabilité morphologique et physiologique, leurs exigences écologiques souvent très précises et leur rapidité de réponse aux changements environnementaux font des Coléoptères un exceptionnel objet d’étude pour les recherches paléoécologiques et paléoclimatiques. Ces insectes peuvent aussi fournir des informations abondantes, originales et variées à propos des activités humaines passées et des environnements anthropisés. Ce champ de recherches est illustré au moyen de trois exemples issus de fouilles préventives menées par l’Inrap.

0

De l’intérêt d’aller au fond des puits : nouvelles méthodes et perspectives pour la bioarchéologie

Le puits se distinguent au sein d’un site archéologique par son caractère particulièrement profond au regard des autres vestiges mis au jour à proximité. Au-delà de la structure archéologique elle-même qui renseigne souvent l’origine de l’implantation, il forme un ensemble clos au sein duquel on retrouve des niveaux de fonctionnement directement liés à l’occupation du site, et des niveaux d’abandon. Il constitue dans tous les cas un piège pour des apports tant anthropiques que naturels. La permanence potentielle de l’eau jusqu’à nos jours permet d’envisager une bonne conservation des matériaux organiques ce qui fait de ce type de structures un milieu privilégié pour la découverte de nombreux vestiges et en tout premier lieu les macro et micro-restes bioarchéologiques.

0

De l’intérêt de l’archéo-écologie en zone « naturelle » de basse plaine

L’histoire des sociétés passées doit être replacée dans un contexte global incluant l’environnement climatique et biologique. Cette démarche, qui fait appel à de nombreux spécialistes, est aujourd’hui adoptée par la majorité des équipes de recherche, notamment celles qui s’appliquent à reconstituer le couvert végétal dans lequel ces sociétés ont vécu et qu’elles ont en partie domestiqué. Parallèlement aux fouilles des sites archéologiques, une recherche en contexte « naturel », visant à étudier l’histoire de la végétation, reste aujourd’hui à développer par les carpologues.

0

Paléoparasitologie et archéologie préventive : les directions à privilégier

La paléoparasitologie étudie les marqueurs de présence des parasites dans les sites archéologiques. Bien que les formes du parasitisme et les types de marqueurs soient multiples, ce sont les œufs des vers digestifs qui intéressent principalement les spécialistes. L’explication résident dans les informations nombreuses qui découlent de leur étude, et qui répondent à de nombreuses problématiques de l’archéologie. Santé, hygiène, alimentation, organisation des habitats, présence animale, ou gestion des déchets, sont des questions auxquelles la paléoparasitologie peut contribuer. En archéologie préventive, les contextes sont nombreux dans lesquels l’analyse des parasites anciens peut être réalisée.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search