Catégorie : Nouvelles techniques en bioarchéologie : quels gains, quelles limites ?

0

Contribution de la paléogénétique à l’archéologie

La paléogénétique, c’est-à-dire l’analyse génétique de l’ADN préservé dans les vestiges biologiques du passé, principalement os et dents, a ouvert de nouvelles perspectives en archéologie. Cette alliée de poids apporte des informations qui ne sont pas accessibles par d’autres approches et contribue à une meilleure compréhension des sites archéologiques et des sociétés du passé, concernant entre autres migrations et métissages, domestication des animaux et des plantes, effets de l’action humaine sur les populations animales et végétales sauvages. Cet article présente une courte introduction à la génétique et aux spécificités de la paléogénétique, un protocole pour le prélèvement et le stockage des ossements destinés à être analysés et un aperçu des avancées de la discipline qui enrichissent les connaissances de l’archéologie, en particulier lorsqu’un dialogue intense et fertile est établi entre archéologues et généticiens.

1

La dendrochronologie : potentialités et nouveaux enjeux pour l’archéologie

La dendrochronologie, méthode de datation qui étudie la variation des largeurs de cernes de croissance des arbres, est habituellement utilisée en archéologie pour obtenir une datation absolue. Le dialogue et le partage de données entre les différents acteurs de la discipline sont nécessaires afin de fiabiliser les résultats. L’analyse des bois archéologiques ne se limite toutefois pas à cette seule datation et de nouvelles approches voient le jour permettant l’émergence de nouveaux champs de recherche et le comblement des espaces et des chronologies encore lacunaires. Dans ce contexte, la dendrochronologie contribue à une meilleure compréhension des pratiques sylvicoles et de l’état des forêts, mais aussi à leur localisation dans des espaces peu ou fortement anthropisés. La sélection des arbres, les exploitations forestières et leur évolution au cours du temps ainsi que la provenance des bois, sont autant d’informations qui peuvent être mises en perspective entre un site archéologique et son environnement. Plus spécifiquement, cet article a pour objectif de présenter ces nouvelles approches dendrochronologiques et leurs enjeux dans le cadre de l’archéologie.

1

Analyses d’un dépôt de vases de l’âge du Bronze final à Vienne‐en‐Val (Loiret). Des offrandes alimentaires et du vin rouge pour quelle(s) fonction(s) ?

Le site de l’âge du Bronze de Vienne-en-Val, positionné en limite sud du lit majeur de la Loire, comprend deux occupations, qui se succèderaient : la première, caractérisée par des enclos circulaires, relève sans doute du domaine funéraire, et la seconde indique la présence d’un habitat. Cette dernière compte un dépôt aménagé comprenant sept vases, qui, isolé dans un environnement de fosses détritiques, constitue une singularité. Il a été analysé en vue d’identifier les résidus organiques des récipients. Ces recherches apportent un nouvel éclairage sur la diversité des substances biologiques en usage, pour l’imperméabilisation des vases, l’alimentation et la fabrication de vin rouge, mais aussi sur leur rôle symbolique.

0

Analyses chimiques par spectrométrie de masse et bioarchéologie : limites, contraintes et avancées scientifiques

Une trace foncée sur une céramique, une empreinte de plumes ou de fourrure à proximité d’une épée, un sédiment coloré différemment près d’un reste d’amphore, un résidu noir amorphe dans lequel est fiché un silex… Autant d’indices de la présence de matériel organique, certes parfois ténus, mais ô combien riches d’information concernant les sociétés passées, leur quotidien, leur culture, leur organisation, leur gestion de l’environnement. Ces dernières décennies, la spectrométrie de masse généralement couplée à une séparation chromatographique est devenue un outil clé et indispensable pour caractériser les matériaux organiques retrouvés en contexte archéologique. L‘approche repose sur l’identification structurale précise de marqueurs moléculaires diagnostiques de chaque substance naturelle : les biomarqueurs.

0

Nouvelles avancées régionales en pédoanthracologie appliquée à l’archéologie agraire

La pédoanthracologie appliquée à l’archéologie des paysages est encore peu développée en Alsace. Notre exposé se fonde essentiellement sur des études menées dans trois domaines spatiaux et thématiques différents : (1) les Hautes-Chaumes vosgiennes avec les massifs du Hohneck et du Rossberg ; (2) les murgers d’Osenbach, Westhalten et Orschwihr (Haut-Rhin) ; (3) les rideaux de culture médiévaux de Goldbach, Saales, complétés par Obergeilbach (respectivement dans le Haut-Rhin, le Bas-Rhin et la Moselle). Ce corpus permet de dégager des pistes de travail et des règles de base pour maximiser l’efficacité de la recherche.

0

L’anthraco-typologie, une nouvelle méthode issue d’une étroite collaboration entre l’Inrap et le CNRS

Les charbons de bois archéologiques constituent un enregistrement des modes d’exploitation des boisements anciens. L’anthraco-typologie, est une nouvelle approche élaborée à partir d’outils dendro-anthracologiques récemment développés dans le cadre de l’ANR Dendrac. Elle peut être combinée aux traits biologiques et écologiques des taxons ligneux identifiés pour une approche systémique de l’espace forestier et intégrée au contexte économique global (archives archéobiologiques).

0

Études des pains et galettes archéologiques

Les découvertes comme l’étude des vestiges de « pains » (notion prise au sens large) archéologiques se développent ces dernières années. Leur analyse fait appel à toute une série de disciplines (carpologie, cytologie…) et de méthodologies d’examen (microscopie photonique et électronique, tomographie…). Nous présenterons brièvement ces principes d’analyse et illustrerons les résultats acquis par quelques exemples protohistoriques et antiques. Nous proposerons aussi un protocole d’étude que nous souhaitons commun de ces vestiges.

0

Approches renouvelées et nouvelles techniques pour une optimisation des études bioarchéologiques en contexte funéraire : exemples alsaciens du Haut-Empire au premier Moyen Âge

Cette communication traite de l’optimisation des études bioarchéologiques en contexte funéraire. Après avoir présenté les avancées de notre réflexion en matière de méthodologie, nous présenterons l’adoption de nouvelles approches permettant un gain opérationnel et scientifique et contribuant à la compréhension des gestes funéraires, tel que recommandé par le CNRA.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search