Catégorie : Bioarchéologie : minimums méthodologiques, référentiels communs et nouvelles approches

0

De l’intérêt d’aller au fond des puits : nouvelles méthodes et perspectives pour la bioarchéologie

Le puits se distinguent au sein d’un site archéologique par son caractère particulièrement profond au regard des autres vestiges mis au jour à proximité. Au-delà de la structure archéologique elle-même qui renseigne souvent l’origine de l’implantation, il forme un ensemble clos au sein duquel on retrouve des niveaux de fonctionnement directement liés à l’occupation du site, et des niveaux d’abandon. Il constitue dans tous les cas un piège pour des apports tant anthropiques que naturels. La permanence potentielle de l’eau jusqu’à nos jours permet d’envisager une bonne conservation des matériaux organiques ce qui fait de ce type de structures un milieu privilégié pour la découverte de nombreux vestiges et en tout premier lieu les macro et micro-restes bioarchéologiques.

0

De l’intérêt de l’archéo-écologie en zone « naturelle » de basse plaine

L’histoire des sociétés passées doit être replacée dans un contexte global incluant l’environnement climatique et biologique. Cette démarche, qui fait appel à de nombreux spécialistes, est aujourd’hui adoptée par la majorité des équipes de recherche, notamment celles qui s’appliquent à reconstituer le couvert végétal dans lequel ces sociétés ont vécu et qu’elles ont en partie domestiqué. Parallèlement aux fouilles des sites archéologiques, une recherche en contexte « naturel », visant à étudier l’histoire de la végétation, reste aujourd’hui à développer par les carpologues.

0

Paléoparasitologie et archéologie préventive : les directions à privilégier

La paléoparasitologie étudie les marqueurs de présence des parasites dans les sites archéologiques. Bien que les formes du parasitisme et les types de marqueurs soient multiples, ce sont les œufs des vers digestifs qui intéressent principalement les spécialistes. L’explication résident dans les informations nombreuses qui découlent de leur étude, et qui répondent à de nombreuses problématiques de l’archéologie. Santé, hygiène, alimentation, organisation des habitats, présence animale, ou gestion des déchets, sont des questions auxquelles la paléoparasitologie peut contribuer. En archéologie préventive, les contextes sont nombreux dans lesquels l’analyse des parasites anciens peut être réalisée.

0

Morts plurielles : comment aborder la découverte des dépôts multiples en archéozoologie ?

Plusieurs dépôts animaux multiples ou associés ont dernièrement été découverts en contexte d’archéologie préventive en Eure-et-Loir (diagnostics et fouilles). L’objet de cette communication vise à présenter quelles sont les précautions méthodologiques requises pour la fouille, le prélèvement des ossements et des échantillons sédimentaires. Elle précisera ensuite combien les informations susceptibles d’être apportées par l’identification des lésions (osseuses ou dentaires), et la mise en contexte des découvertes (conditions topographiques, géologiques, historique, etc.) peuvent aider la caractérisation de ces dépôts.

0

Bois gorgés d’eau ou carbonisés découverts en contexte humide auvergnat : potentiel d’étude et d’archéologie expérimentale (Chevagnes, Saint-Flour, Pontcharaud…)

Il s’agira de présenter un retour d’expérience sur la gestion scientifique et pratique des bois gorgés d’eau ou carbonisés, à partir de 3 fouilles auvergnates. Différents aspects seront abordés : contextes de découverte, organisation pratique de la fouille et des prélèvements, analyses réalisées (dendrologie, xylologie, etc.), tentatives de reconstitutions réalisées à partir des données de fouilles, résolution des problèmes techniques et réponses apportées aux problématiques scientifiques.

0

L’échantillonnage carpologique dans le cadre de l’archéologie préventive : du terrain au laboratoire

Dans le cadre des opérations d’archéologie préventive, l’échantillonnage sur le terrain est une étape primordiale pour les études bioarchéologiques. En raison de budgets post-fouille souvent très limités, une décroissance du nombre des prélèvements est actuellement observée ainsi qu’une multiplication des études pas ou peu représentatives par rapport aux occupations et structures mises au jour. Il semble donc important de définir les objectifs des études bioarchéologiques et les moyens destinés à la mise en œuvre, et ce dès la prescription et l’élaboration des projets scientifiques de l’intervention.

0

Standardiser les prélèvements des restes biologiques : une nécessité ou un luxe ? L’expérience des cousins belges

Sur un chantier de fouille, l’archéologue est très fréquemment confronté à des vestiges organiques, ou biorestes. Qu’ils soient visibles ou invisibles, rares ou abondants, ils sont souvent source de questionnements : Que prélever ? Où, comment et en quelle quantité ? Quelles sont les conditions de stockage idéales ? Quelle est la marche à suivre pour tamiser les sédiments ? Confrontés à des prélèvements très disparates, souvent à vue, ou sans réelle question de recherche ainsi qu’à des méthodologies d’extraction très différentes, l’équipe d’archéosciences de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique a décidé de rédiger un ouvrage visant à répondre aux questions des archéologues et à standardiser les processus d’échantillonnage afin de pouvoir disposer d’un matériel d’étude pertinent et cohérent.

0

Unifier la description des couches archéologiques pour obtenir un meilleur échantillonnage bioarchéologique : rôle de la formation interne à l’Inrap

Il est fréquent que le géoarchéologue joue un rôle central pour évaluer le potentiel de conservation des restes bioarchéologiques et orienter le responsable d’opération en matière de prélèvements et d’étude. Un des aspects importants y est celui des phénomènes pédologiques, responsables des transformations et différenciations au sein des dépôts. Une formation interne d’une journée est proposée depuis cette année par une ensemble de pédologues de l’Inrap « de terrain ». Profitant de la plateforme nationale que représente l’Inrap, la formation sert à instruire de manière simple et transversale les collègues à une meilleure prise en compte de 13 traits pédologiques essentiels lors des relevés et descriptions sur le terrain.

0

Formations doctorales et professionnelles : retour sur expériences de l’ANR MAGI

Dans le cadre du programme Magi (Manger, boire, offrir pour l’éternité en Gaule et en Italie préromaines, 2013-2017), financé par l’ANR, nous avons organisé plusieurs types de sessions de formation à l’archéologie des produits biologiques s’adressant à des publics diversifiés : une formation doctorale en Italie (Rome et Cerveteri), deux écoles thématiques du CNRS (Bibracte et Vannes) et enfin une formation professionnelle à Quimper en collaboration avec l’INRAP. Chacun de ces événements fut d’une grande richesse scientifique et pédagogique avec des interactions et échanges nombreux entre professionnels de différentes disciplines. L’objectif était de présenter les différentes méthodes permettant d’accéder à la connaissance des matériaux organiques contenus dans des récipients archéologiques.

0

Nouvelles avancées régionales en pédoanthracologie appliquée à l’archéologie agraire

La pédoanthracologie appliquée à l’archéologie des paysages est encore peu développée en Alsace. Notre exposé se fonde essentiellement sur des études menées dans trois domaines spatiaux et thématiques différents : (1) les Hautes-Chaumes vosgiennes avec les massifs du Hohneck et du Rossberg ; (2) les murgers d’Osenbach, Westhalten et Orschwihr (Haut-Rhin) ; (3) les rideaux de culture médiévaux de Goldbach, Saales, complétés par Obergeilbach (respectivement dans le Haut-Rhin, le Bas-Rhin et la Moselle). Ce corpus permet de dégager des pistes de travail et des règles de base pour maximiser l’efficacité de la recherche.

0

L’anthraco-typologie, une nouvelle méthode issue d’une étroite collaboration entre l’Inrap et le CNRS

Les charbons de bois archéologiques constituent un enregistrement des modes d’exploitation des boisements anciens. L’anthraco-typologie, est une nouvelle approche élaborée à partir d’outils dendro-anthracologiques récemment développés dans le cadre de l’ANR Dendrac. Elle peut être combinée aux traits biologiques et écologiques des taxons ligneux identifiés pour une approche systémique de l’espace forestier et intégrée au contexte économique global (archives archéobiologiques).

0

Études des pains et galettes archéologiques

Les découvertes comme l’étude des vestiges de « pains » (notion prise au sens large) archéologiques se développent ces dernières années. Leur analyse fait appel à toute une série de disciplines (carpologie, cytologie…) et de méthodologies d’examen (microscopie photonique et électronique, tomographie…). Nous présenterons brièvement ces principes d’analyse et illustrerons les résultats acquis par quelques exemples protohistoriques et antiques. Nous proposerons aussi un protocole d’étude que nous souhaitons commun de ces vestiges.

0

Approches renouvelées et nouvelles techniques pour une optimisation des études bioarchéologiques en contexte funéraire : exemples alsaciens du Haut-Empire au premier Moyen Âge

Cette communication traite de l’optimisation des études bioarchéologiques en contexte funéraire. Après avoir présenté les avancées de notre réflexion en matière de méthodologie, nous présenterons l’adoption de nouvelles approches permettant un gain opérationnel et scientifique et contribuant à la compréhension des gestes funéraires, tel que recommandé par le CNRA.

0

L’enregistrement et le traitement des données bioarchéologiques dans Syslat

Créé dans les années 80 par Michel Py (CNRS) et l’équipe de fouilles de Lattes, le logiciel Syslat a été conçu comme un outil informatique de gestion et d’exploitation des données de fouille. Ce logiciel est en train d’évoluer vers un Système d’Information Archéologique (SIA), destiné à être adaptable à tous types de sites, de vestiges et à toutes périodes. L’évolution de Syslat en SIA permettra d’intégrer les dernières avancées en matière de procédures d’enregistrement et d’exploitation des données de fouille, tout en poursuivant l’effort de normalisation et de création de référentiels liés aux différents dictionnaires et bibliothèques attenants au logiciel.

0

Du projet d’inventaire de la faune et de la flore française vers un portail bioarchéologique ouvert global

Depuis sa création en 1993, la base de données nationale aujourd’hui nommée « Inventaires archéozoologiques et archéobotaniques de France » (I2AF) a connu de nombreuses évolutions au gré des projets et programmes de recherches. D’abord Atlas diachroniques des mammifères de France, puis Inventaire des données archéozoologiques holocènes de la moitié nord de la France métropolitaine, la base contient aujourd’hui les données archéozoologiques et archéobotaniques françaises, de Métropole et d’Outre-Mer, pour une période pouvant débuter au Paléolithique supérieur.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search