Étiqueté : analyses statistiques

0

Illustration de profils squelettiques et représentation de données statistiques automatisées via un SIG (logiciel QGIS)

L’utilisation de dessins de squelettes d’animaux numérisés, pour illustrer la représentation des parties squelettiques d’une espèce donnée, est devenue courante en archéologie, que ce soit en termes de présence ou d’absence, de quantité (cercles proportionnels) ou de pourcentage (par ex. densité). La quantification automatique de ces divers modes de représentation est rendue possible via le recours à un système d’information géographique (SIG). Dans le cadre de cette projection en plan des profils squelettiques, ce n’est pas la fonctionnalité de géolocalisation qui nous intéressera ici mais la possibilité d’introduire un lien dynamique avec des systèmes d’enregistrement de type tableurs ou bases de données. Les analyses statistiques et les représentations peuvent ainsi s’appuyer sur les inventaires archivés. Ces analyses peuvent être automatisées, fiables et cohérentes graphiquement, selon l’ensemble du jeu de données étudié. Ce processus requiert un temps de mise en œuvre plus important que pour un enregistrement classique mais cet état de fait est très largement compensé par l’important gain de temps acquis dans le traitement de ces données. De plus, ces modèles sont immédiatement réutilisables par tout archéozoologue et dans le cadre d’études ultérieures. Le choix des classes de pourcentage réalisé en DAO, implique des calculs supplémentaires (correction des classes de valeurs) pour être statistiquement fiable. En convertissant chaque partie squelettique en entité graphique dans le logiciel de SIG, on peut établir des relations (jointures) avec les tables de données et générer automatiquement leur remplissage. En outre, ces outils statistiques intégrés calculent directement les classes de valeur à appliquer, en fonction du jeu de données en présence. Ce projet d’utilisation d’un SIG au moyen de QGIS (logiciel open source) offre l’opportunité de simplifier et de systématiser l’ensemble de ces étapes de travail.

0

Le rôle des diagnostics dans les recherches à visée synthétique : exemples pré- et protohistoriques

Depuis de nombreuses années, la part des opérations de diagnostic ne cesse d’augmenter au sein de l’archéologie préventive. Ainsi, dans divers pays d’Europe du Nord-Ouest, des cadres légaux plus ou moins robustes ont été mis en place ces vingt à trente dernières années donnant une place essentielle aux diagnostics sous diverses formes, le plus souvent par le biais de tranchées mécanisées disposées à intervalles divers. Dès lors que, dans ces pays, l’archéologie préventive correspond aujourd’hui à la majorité des opérations de terrain, et que les diagnostics en constituent la part essentielle, il en résulte une exceptionnelle masse de données potentielles.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search