Étiqueté : archaeological diagnostics

0

Archéogéographie et diagnostic archéologique : l’expérience de l’A83 dans le Sud-Vendée, « un retour vers le futur »

L’article revient sur les modalités de mise en œuvre des diagnostics réalisés dans les années 1990 en amont de la construction de l’A83 et sur l’intégration de ces données au sein d’une enquête archéogéographique conduite dix ans plus tard dans le cadre d’une thèse. L’objectif est d’expliquer ce que les données archéologiques préventives ont apporté à l’analyse archéogéographique et, inversement, ce que cette dernière apporte, rétrospectivement et depuis 2009 (date de la soutenance), aux évaluations et fouilles préventives réalisées dans la plaine sud-vendéenne. Cette articulation pose plusieurs problèmes qui, tous, ont un impact sur l’exploitation et la compréhension des données archéologiques ou archéogéographiques. Ces décalages et difficultés permettent de voir les limites de cette collaboration intellectuelle quand l’analyse archéogéographique n’est pas menée en amont des fouilles et, par extension, de plaider pour de nouvelles procédures. En effet, au-delà de ce cas particulier, le but de cet article est de pointer les différents problèmes qui limitent l’intégration d’une étude archéogéographique aux diagnostics et la valorisation des leurs résultats, mais aussi de proposer des solutions pour y remédier.

0

Méthode de diagnostic appliquée à un site historique peu fouillé : Tarquimpol (Moselle, Grand Est)

En septembre 2011, la Conservation départementale d’archéologie de Moselle a été sollicitée par la mairie de Tarquimpol avant l’aménagement d’un système d’assainissement. Situé à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Metz, Tarquimpol est un des sites majeurs de l’archéologie mosellane. Durant l’Antiquité, il se situe à un carrefour routier de l’axe Metz-Strasbourg. Représenté sur la Table de Peutinger (Decempagi), il est également mentionné dans l’Itinéraire d’Antonin et dans les textes d’Ammien Marcellin et de Paul Diacre. Des fouilles menées de manière discontinue depuis le XIXe siècle ainsi que des prospections géophysiques et aériennes ont permis d’identifier plusieurs bâtiments d’architecture monumentale (théâtre, thermes publics, sanctuaire, rempart…). Cependant, malgré la somme de toutes ces recherches, le site reste largement méconnu car peu de constructions ont été dégagées en plan et peu de stratigraphies ont été observées. Les travaux, présentés ici, concernaient une faible surface à diagnostiquer de 2 840 m2. Les connaissances déjà acquises sur l’emprise et son environnement, la problématique scientifique et le souci de réduire au maximum le mitage du site, ont justifié la réalisation de cinq tranchées de sondage ciblées plutôt que l’habituel maillage en quinconce. Les zones de localisation des tranchées avaient été choisies en amont, en se basant sur les données archéologiques déjà connues. Malgré leur brièveté, ces travaux ont permis de révéler un ensemble de vestiges peu ou non connus à Tarquimpol. Le tracé du rempart de l’Antiquité tardive a pu être précisé dans ce secteur, ainsi que celui de ses deux fossés défensifs avant. Les premiers vestiges connus d’occupation domestique ont également pu être mis au jour.

0

Restituer les corridors fluviaux d’après les relevés stratigraphiques des diagnostics archéologiques : exemple de la vallée de la Seine dans le Nogentais

Depuis 1995, les champs du Nogentais sur les communes de Pont-sur-Seine, la Villeneuve-au-Châtelot et Périgny-la-Rose (département de l’Aube) ont fait l’objet de nombreux diagnostics et fouilles préalables à l’exploitation des graves calcaires de la Seine. Ces opérations cumulent une surface diagnostiquée d’un peu plus de 331 hectares et plus de 4 000 tranchées documentées de façon diverse quant aux dépôts sédimentaires mis en évidence. Deux grandes tendances sont observables pour les graves calcaires, présentes directement sous l’horizon de labours ou sous une épaisse couche de matériel fin. Celles-ci illustrent la morphologie contrastée du toit des graves au sein de la vallée et la présence de paléochenaux. Cet article propose un bilan des données sédimentaires acquises entre 1995 et 2015 en vue de restituer une cartographie des corridors fluviaux au sein de cet espace. Elle permettra, à terme, de discuter de leur impact sur les modalités d’occupation du sol (l’occupation préférentielle des dômes graveleux comme l’aménagement des berges) et de conservation des vestiges (processus d’érosion et de dépôt).

0

Le diagnostic comme outil de recherche : l’expérience collective nîmoise

La pratique du diagnostic archéologique en région nîmoise, territoire limité et riche de vestiges, s’appuie sur le travail d’un large groupe de recherche qui développe des problématiques couvrant toutes les périodes chronologiques. Les nombreux diagnostics réalisés sur de petites surfaces ont fait de ce type d’intervention un outil important de la recherche ; les données récoltées servent de nombreuses thématiques comme la restitution paysagère, la topographie urbaine, la structuration foncière ou le mode d’occupation du sol. Cet article présente cette approche collective du diagnostic archéologique et son exploitation comme outil scientifique majeur.

0

Diagnostics et approche de l’occupation du territoire et des types d’habitat à la Protohistoire ancienne : l’exemple du 1er âge du Fer dans le Nord et le Pas-de-Calais via le PCR HABATA

Le diagnostic archéologique est un thème de colloque et de discussion récurrent. Si les aspects méthodologiques ont longtemps été au cœur des débats, il était opportun de traiter le sujet de manière différente. Le séminaire de Caen a permis de mettre en lumière les idées acquises et les problèmes rencontrés aujourd’hui par tous les acteurs de ces opérations archéologiques. Cet article tente de montrer comment les données issues de diagnostics s’intègrent dans un programme collectif de recherche (PCR). Afin de parvenir à une certaine exhaustivité, la période chronologique et l’aire géographique de ce programme ont été ici réduites. Après une présentation synthétique de ce dernier et du corpus d’étude défini, l’importance des données issues des opérations de diagnostic est soulignée à travers diverses thématiques : l’architecture des bâtiments, l’organisation des occupations, la culture matérielle et l’apport des données de diagnostics à sa connaissance.

0

Pour une approche géoarchéologique systématique du diagnostic : exemple du territoire lorrain

Pour le géoarchéologue, la phase de diagnostic offre la possibilité d’étudier les sols et les sédiments dans toutes leurs dimensions sur une surface d’investigation souvent importante recoupant parfois plusieurs contextes pédo-sédimentaires. L’étude de l’organisation de ces séquences permet non seulement de révéler l’existence ou l’absence d’un site archéologique, mais également de mettre en évidence les interactions entre l’homme et son environnement à une échelle géographique plus large. L’approche géoarchéologique doit donc être impérativement considérée comme un prérequis au diagnostic et ce dès la phase préparatoire de l’opération. Cet article propose de montrer comment l’étude des sols et des sédiments apporte de nouvelles connaissances sur la mise en place des formations superficielles ainsi que sur les interactions hommes-milieux à partir de quelques exemples lorrains choisis.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search