Un début d’organisation des environnementalistes en Île-de-France

En Île-de-France, la réflexion a été orientée sur les moyens à mettre en œuvre afin de soulager les adjoints scientifiques et techniques et aider les responsables d’opération et les environnementalistes par la création d’un relais entre ces entités. En réalité, il n’y a aucun obstacle autre qu’organisationnel à un bon travail paléo-archéoenvironnemental. Le constat s’est fait à l’occasion d’un inventaire des prélèvements entreposés dans le centre de l’Inrap à Croissy-Beaubourg début 2004, et de la recherche de l’origine de ces prélèvements. En quelques années, l’étiquetage était même parfois devenu totalement incompréhensible. Ce travail a initié toute une réflexion à des fins pratiques mais aussi archéologiques : « Pourquoi garder ces sacs ? Quelle en est la problématique ? Y a-t-il une datation ? »