Étiqueté : preventive archaeology

0

Le diagnostic archéologique : instrument d’une politique du patrimoine ou de la recherche archéologique ?

La loi sur l’archéologie préventive de 2001 a instauré le « diagnostic archéologique » comme une pratique nécessaire (voire indispensable) dans le processus administratif déterminant la présence ou non de vestiges archéologiques et la prescription d’une fouille d’archéologie préventive. Or, avant d’être présent dans le code du patrimoine, le diagnostic archéologique avait déjà quelques décennies derrière lui et participait d’une recherche scientifique alors plus faiblement dotée.

1

Potentiel bioarchéologique des micro-fossiles non-polliniques en archéologie préventive

Les micro‐fossiles non polliniques (MNP) constituent un vaste groupe de bioindicateurs (propagules ou forme de résistance, entre autres) issus de différents organismes (champignons, algues, plancton, bactérie, animaux, végétaux etc.). Si leur analyse est désormais fréquente dans les études palynologiques menées dans les milieux naturels (lacs ou zones humides), les MNP sont encore peu exploités en contexte archéologique. Leur potentiel bioarchéologique reste à évaluer mais l’enjeu est grand tant les informations qu’ils peuvent apporter sont nombreuses aussi bien sur le plan paléoenvironnemental que paléoécologique, géoarchéologique ou taphonomique. L’éventail de sites et de structures offert par les opérations d’archéologie préventive constitue le cadre idéal pour démarrer cette évaluation.

0

Pour une approche géoarchéologique systématique du diagnostic : exemple du territoire lorrain

Pour le géoarchéologue, la phase de diagnostic offre la possibilité d’étudier les sols et les sédiments dans toutes leurs dimensions sur une surface d’investigation souvent importante recoupant parfois plusieurs contextes pédo-sédimentaires. L’étude de l’organisation de ces séquences permet non seulement de révéler l’existence ou l’absence d’un site archéologique, mais également de mettre en évidence les interactions entre l’homme et son environnement à une échelle géographique plus large. L’approche géoarchéologique doit donc être impérativement considérée comme un prérequis au diagnostic et ce dès la phase préparatoire de l’opération. Cet article propose de montrer comment l’étude des sols et des sédiments apporte de nouvelles connaissances sur la mise en place des formations superficielles ainsi que sur les interactions hommes-milieux à partir de quelques exemples lorrains choisis.

0

Apport et place de la xylologie en archéologie préventive

L’archéo-xylologie est l’étude des bois archéologiques principalement découverts en milieu humide. Ces bois gorgé d’eau, mis au jour lors de fouilles archéologiques, conservent souvent leur forme et leur aspect d’origine. Matériau naturel utilisé par les hommes de toute époque, il permet d’entrevoir les environnements passés à travers ses caractéristiques écologiques (cernes de croissance, morphologie de la plante) et documente certaines pratiques anthropiques (récolte, façonnage, utilisation). Les vestiges se font pourtant rares et seule une infime partie est parvenue jusqu’à nous du fait, d’une part, des conditions particulières nécessaires à leur conservation et, d’autre part, du hasard de leur découverte.

0

Diagnostic archéologique et financement de la recherche : le point de vue des collectivités territoriales

Les collectivités ayant toujours considéré le diagnostic archéologique comme un acte de recherche primordial autant que comme un outil de connaissance des territoires, elles lui accordent des moyens très conséquents. Leur objectif a toujours été de collecter l’information de la meilleure manière et non de générer des opérations complémentaires. Le diagnostic, en effet, ne doit pas être considéré comme l’étape préalable à la fouille archéologique préventive. Il constitue une opération à part entière et justifie la mise en œuvre de moyens adaptés, donc d’un financement proportionné.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search