Étiqueté : séquences sédimentaires

0

Sous les pavés la Loire ! Archéologie préventive et occupations précoces de la plaine alluviale à Tours (37)

La plaine alluviale de la Loire, dans le secteur de la ville de Tours (37), présente une structuration complexe. La zone subit les influences croisées de la Loire et du Cher ; elle a également longtemps été soumise à la dynamique de cours d’eau désormais disparus (ruau Sainte-Anne) ou très fortement anthropisés au cours du dernier siècle (Dolve, ruau de l’Archevêque). L’obtention des datations absolues sur des dépôts alluviaux peu ou pas anthropisés, dans des niveaux souvent situés à des profondeurs importantes, met en lumière les variations environnementales auxquelles les peuplements pionniers sont soumis. Pour les périodes historiques, la découverte d’incisions très récentes, ainsi que la mise en évidence de variations importantes et rapides de la dynamique du système ligérien s’intègrent à la compréhension des modalités de l’expansion urbaine. La très grande majorité des données provient de diagnostics préventifs, menés sur des surfaces restreinte et sans découverte archéologique significative au premier abord. La forte implication du collectif de recherches de l’Inrap a permis le développement des thématiques géomorphologiques et leur intégration aux travaux des archéologues. Désormais, tout diagnostic organisé à Tours revêt un statut d’opération à fort potentiel scientifique, rendant caduque la notion de diagnostic « négatif ».

0

Géomorphologie et diagnostic archéologique : un point de vue aquitain

Cet article se propose de décrire les principales missions du géomorphologue dans le cadre de son intervention lors des diagnostics archéologiques. Le point de vue développé ici a beaucoup bénéficié de discussions avec des responsables d’opération au cours d’une dizaine d’années de pratique. À ce titre, il reflète le fonctionnement en usage dans la région de l’Aquitaine. Le problème des « cartes de potentialités » est ensuite abordé à la lumière de quelques exemples récents de diagnostics sur de grands tracés linéaires. Pour finir, sont développés quelques aspects susceptibles de renforcer l’intérêt du travail de géomorphologie réalisé à l’Inrap.

0

L’apport de la géoarchéologie lors du diagnostic pour la région Rhône-Alpes

La région Rhône-Alpes est marquée dès les années 1980 par l’intervention de géomorphologues. Ils sont progressivement intégrés dans les grosses opérations de fouilles préventives et se professionnalisent. Mais les diagnostics ne sont véritablement visités par les géomorphologues que dans les années 1990. Le travail consiste alors à identifier le substrat, c’est-à-dire le terrain à partir duquel le potentiel archéologique devient faible ou nul, et à participer à la lecture stratigraphique lorsque celle-ci associe niveau d’occupation et dépôt naturel. Les sondages négatifs sont aussi visités dans la mesure où ils alimentent le questionnement géoarchéologique.

0

L’approche géomorphologique sur les terrasses de la Garonne

Depuis quelques années, plusieurs grandes opérations de diagnostic archéologique ont concerné le domaine des terrasses de la Garonne aux alentours de Toulouse. Le suivi géomorphologique a permis de relever une grande quantité d’informations d’ordre morphologique, sédimentologique et pédologique. Les principaux résultats ont servi à répondre à la question de l’origine de la couverture limoneuse des terrasses. La confrontation avec les données issues de l’archéologie a contribué à définir l’existence de contextes plus favorables à la préservation des vestiges. L’état de conservation des sites archéologiques fournit des indications sur les dynamiques sédimentaires postérieures, en particulier concernant l’impact récent de l’homme sur le milieu.

0

Géoarchéologie et approches paléoenvironnementales en contexte préventif : la fouille de Port Ariane

Le Lez est un petit fleuve côtier d’une trentaine de kilomètres de long dont la plaine deltaïque s’étend depuis le sud de Montpellier jusque dans la lagune littorale du Méjean. La remontée marine postglaciaire (à partir de 18000-20000 BP) a conduit à un comblement important de l’ancien canyon pléistocène. Au niveau de Port Ariane, ce sont plus de 20 m de sédiments palustres et alluviaux qui se sont accumulés depuis le Tardiglaciaire. Dans ce cadre, les vestiges des occupations humaines successives ont été fossilisés et empilés les uns sur les autres. Après un diagnostic effectué en 1998, le site de Port Ariane a été fouillé en 1999 sur une surface de 3 ha et 5,00 m de profondeur, correspondant à l’emprise du bassin de plaisance.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search