L’apport des puits aux études bio‐archéologiques : quelques exemples bretons

La fouille récente d’une douzaine de puits antiques sur des opérations Inrap en Bretagne est l’occasion de faire un retour d’expérience sur l’apport de nouvelles approches méthodologiques. La qualité de conservation des restes bioarchéologiques, ainsi que l’amplitude stratigraphique, constituent des arguments de poids pour le développement de ce type de fouilles manuelles et sécurisées. Celles‐ci autorisent de nombreux prélèvements au sein de structures archéologiques souvent difficilement accessibles. Depuis 2016, l’Inrap a mis en place une « Cellule d’Intervention sur les Structures Archéologiques Profondes » (CISAP) dans la continuité d’une activité développée par l’Association ArchéoPuits.