Séminaires scientifiques et techniques de l’Inrap Accueil

0

Diagnostic archéologique et financement de la recherche : le point de vue des collectivités territoriales

Les collectivités ayant toujours considéré le diagnostic comme un acte de recherche primordial autant que comme un outil de connaissance des territoires, elles lui accordent des moyens très conséquents. Leur objectif a toujours été de collecter l’information de la meilleure manière et non de générer des opérations complémentaires. Le diagnostic, en effet, ne doit pas être considéré comme l’étape préalable à la fouille archéologique préventive. Il constitue une opération à part entière et justifie la mise en œuvre de moyens adaptés, donc d’un financement proportionné.

0

Le rôle des diagnostics dans les recherches à visée synthétique : exemples pré- et protohistoriques

Depuis de nombreuses années, la part des opérations de diagnostic ne cesse d’augmenter au sein de l’archéologie préventive. Ainsi, dans divers pays d’Europe du Nord-Ouest, des cadres légaux plus ou moins robustes ont été mis en place ces vingt à trente dernières années donnant une place essentielle aux diagnostics sous diverses formes, le plus souvent par le biais de tranchées mécanisées disposées à intervalles divers. Dès lors que, dans ces pays, l’archéologie préventive correspond aujourd’hui à la majorité des opérations de terrain, et que les diagnostics en constituent la part essentielle, il en résulte une exceptionnelle masse de données potentielles.

La tombe aristocratique gauloise de Warcq (Ardennes) : méthodes d’analyses des objets composites

La tombe aristocratique de Warcq (Ardennes), datée du milieu du IIe s. av. n. ère, constitue un ensemble exceptionnel et particulièrement atypique dans ce contexte chrono-culturel. Outre l’inhumation du défunt sur un char d’apparat à deux roues, orné de feuilles d’or, une véritable mise en scène funéraire apparaît également à travers la disposition de quatre chevaux.

0

Un espace urbain singulier : les abords de la cathédrale du Mans. Enjeux et méthodes

Cette présentation fait le bilan des multiples méthodes employées (photogrammétrie, lasergrammétrie, maquette numérique, anastylose…) pour garantir un enregistrement stratigraphique dans « les règles de l’art » et appréhender au mieux les questions volumétriques et les « emboîtements » stratigraphiques singuliers, présents dans un contexte fortement stratifié et monumental.

0

L’imagerie 3D en archéologie : de l’enregistrement de terrain à l’aide aux relevés

Depuis 2012, plusieurs expériences ont été mené par l’Inrap, sur l’utilisation de l’imagerie 3D dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive et programmée. Ce sont trois d’entre elles qui sont présentées ici : carrières souterraines de sarcophages (Auvergne), village médiéval marocain et four de Potier (Sadirac).

0

3D pour l’archéologie : quelles interactions, pour quoi faire ?

Les techniques de production de données 3D, bien que de plus en plus utilisées par les archéologues, sont le plus souvent limitées à la production d’images 2D ou 3D. Au-delà des modes de visualisation de ces données, il convient de s’interroger sur leurs possibles interactions et usages. La réalité augmentée et la réalité virtuelle permettent d’envisager des interactions naturelles et/ou complexes avec les environnements numériques en 3D.

0

Exploration, analyse et gestion d’environnements archéologiques virtuels

La numérisation des sites et des objets archéologiques permet de mieux comprendre leur fonctionnement et de proposer des reconstitutions de leur état passé. Cette technologie permet de restituer un « environnement archéologique 3D » constitué, en plus des architectures statiques, de simulations physiques et d’êtres vivants. Lorsque celui-ci est simulé à l’aide de techniques interactives et immersives de réalité virtuelle, on parle alors d’un « environnement archéologique virtuel » ; les archéologues peuvent l’explorer, l’analyser et le gérer, afin de démontrer certaines hypothèses.

0

La photogrammétrie au service de l’étude d’un dolmen à couloir au Manémeur à Quiberon (56)

La modélisation 3D est encore peu utilisée dans le cadre des fouilles préventives en milieu rural, plus particulièrement pour les périodes anciennes. La structuration des sites préhistoriques se prête, à priori, assez mal à l’intégration de ces technologies dans les processus d’enregistrement ou d’études (absence d’élévation, structuration lâche ou extensive des sites). Le site funéraire néolithique du Manémeur (Quiberon) est un parfait contre-exemple de cet à priori…

0

Aux dimensions de l’image dans l’étude des représentations gravées néolithiques

En voulant témoigner des gravures qu’ils apercevaient sur les rochers, les stèles et les parois des tombeaux néolithiques de l’Europe occidentale, les premiers archéologues en recherche d’une représentation tentent de restituer la morphologie des supports par le jeu de la lumière sur le relief de la pierre. Mais par une volonté compréhensible de clarifier les tracés en éliminant le détail naturel, la troisième dimension va progressivement se perdre jusqu’à atteindre, dans la seconde moitié du XXe siècle, la stricte figuration d’un objet plan, gravure autonome, signe décontextualisé.

0

Toucher l’intangible : technologies additives pour l’archéologie

Actuellement, la fabrication additive est popularisée par l’impression 3D grand public et le prototypage rapide. Son application aux études patrimoniales a débuté avec la démocratisation des outils d’acquisition tels que la photogrammétrie, ou les scanners tridimensionnels permettant de générer simplement des modèles 3D.

0

Villa de Diomède, Pompéi : des archives anciennes aux restitutions 3D

La Villa de Diomède est un des premiers bâtiments découverts sur le site de Pompéi (1771-1775) et un des plus représentés et décrits par les voyageurs du Grand Tour, au cours du XIXe siècle. Engagé en 2012, un programme pluridisciplinaire a eu pour objectif de modéliser la fabrique de cette grande villa.