À LA UNE

0

Système d’architecture civile, système de ville : l’exemple de Metz au Moyen Âge (XIIIe-XVIe s.)

Près de 40 années d’archéologie du bâti à Metz, prescrite exclusivement dans le cadre de diagnostics préalables à la restauration d’édifices, ont fini par porter un regard affiné sur la composante majoritaire d’une agglomération : son architecture civile ainsi que sur sa place dans le dispositif urbain. L’habitat civil, de la maison à l’édifice bourgeois semi publique, en passant par l’immeuble de rapport, s’avère être, sous le prisme de l’archéologie, le catalyseur des évolutions d’une ville comme Metz. Au gré des interventions, l’architecture des messins au XIIIe-XVIe siècle tend à être mieux discriminée, apportant un regard jusque-là méconnu sur des savoir-faire constructifs, traduisant un espace culturel qui reste à circonscrire, tant dans la mise en œuvre structurelle des édifices que dans sa conception esthétique…

0

Apports archéologiques, historiques et patrimoniaux d’un service de collectivité territoriale à l’archéologie du bâti : l’exemple de la Métropole Nice Côte d’Azur

L’existence d’équipes pérennes sur un territoire permet, sur le long terme, d’adapter les stratégies opérationnelles et patrimoniales en concertation avec les services de l’État et les aménageurs. L’accumulation d’expériences et de connaissances sur un même territoire constitue, pour les contextes urbains en particulier, un atout majeur pour progressivement réinterpréter les dynamiques archéologiques et historiques sur le temps long. De ce point de vue, les collectivités territoriales sont souvent des interlocuteurs privilégiés qui entretiennent à la fois des rapports réguliers aussi bien avec les aménageurs publics qu’avec les services déconcentrés de l’État (SRA, MH, ABF), facilitant ainsi la mise en place d’une synergie propice aux décisions collégiales…

0

Étudier le bâti industriel contemporain des Antilles françaises. L’exemple de l’usine de glace de Petit-Bourg (Guadeloupe)

En septembre 2020, un projet de construction d’une villa sur les hauteurs de Petit-Bourg (Guadeloupe) a engendré la réalisation d’une sauvegarde par l’étude d’un ancien site industriel de production de glace attribué à la fin du XIXe siècle et au XXe siècle et qui avait été oublié. Portant sur une surface de 650m², cette étude avait pour objectif principal de documenter des éléments métalliques encore en élévation (re)découverts lors d’une visite préalable à la mise en place d’un diagnostic par le SRA Guadeloupe. Après le défrichage de la parcelle sous surveillance archéologique, le site s’est révélé bien mieux préservé que de prime abord, offrant de nombreuses structures en élévation témoignant de l’activité industrielle du site…

0

La réinsertion virtuelle du cénotaphe du duc de Lesdiguières dans la chapelle du château seigneurial : méthodes et résultats

Le cénotaphe du duc de Lesdiguières, œuvre du début du XVIIe siècle due au sculpteur Jacob Richier, est actuellement conservé par le musée-museum départemental de Gap. Initialement installé dans la chapelle du château seigneurial situé sur la commune du Glaizil (Hautes-Alpes), il a été transféré à Gap lors de la Révolution et a été depuis lors déplacé trois fois jusqu’à son lieu de conservation actuel. Dans le cadre d’un projet muséographique, le musée a commandé à l’Inrap une étude visant, à partir de la réalisation de relevés photogrammétriques du monument d’une part et de la chapelle d’autre part, à replacer virtuellement le cénotaphe contre le mur de la chapelle où se lisent encore les ancrages du monument…

0

Une relecture des élévations du château du Coudray-Salbart (Deux-Sèvres)

Le château du Coudray-Salbart, classé au titre des Monuments Historiques, est considéré comme l’un des châteaux remarquables du début du XIIIe siècle en France. La qualité de son architecture défensive et le contexte historique de sa création révèlent une construction royale Plantagenêt d’une très grande ampleur. Sa qualité de conservation, le fait qu’il ait été pratiquement abandonné depuis le XVe siècle, et jamais remanié ni modifié depuis le Moyen Age, en font un témoin archéologique d’un intérêt exceptionnel.

0

Approche de l’ancienne église priorale clunisienne de Paray-le-Monial (Saône-et-Loire) par l’étude du sous-sol et des élévations

Entre 1998 et 2005, l’ancienne priorale clunisienne de Paray-le-Monial (71) a fait l’objet d’opération archéologiques sur le sous-sol et le bâti. Ces opérations se sont déroulées dans le cadre d’importants réaménagements du bâtiment par le service des Monuments Historiques. Le projet de restauration de Frédéric Didier, ACMH, avait pour ambition de redonner une peau colorée aux parements internes de l’édifice, ceux-ci ayant été mis à pierres nues entre 1925 et 1952. Cette importante modification de l’aspect intérieur était accompagnée de la mise en place d’un chauffage au sol permettant de supprimer un calorifère à air pulsé très polluant…

0

Un exemple d’étude mêlant archéologie du bâti, fouille sédimentaire et sources écrites : la galerie sud du couvent des Jacobins de Rennes, XIVe-XVIIe s. (Ille-et-Vilaine)

De 2011 à 2013, le couvent des Jacobins de Rennes (Ille-et-Vilaine) a fait l’objet d’un chantier de fouille archéologique préventive d’une ampleur exceptionnelle, permettant d’étudier le couvent d’un ordre mendiant en intégralité. L’approche comportait à la fois une étude des archives, la fouille des vestiges sédimentaires, dont plusieurs centaines de sépultures, et une étude du bâti intégrale. Appliquée à l’ensemble du site, elle a permis de comprendre l’organisation et l’évolution de l’établissement monastique dans sa globalité, depuis sa fondation au XIVe siècle jusqu’à ses ultimes transformations dans le courant du XVIIe siècle…

0

De l’archéologie sans détruire : exemple d’enquête patrimoniale dans le quartier de Vienne, Blois (Loir-et-Cher)

Dans le cadre du PCR mis en place par Didier Josset et Viviane Auboug sur la ville de Blois, intitulé « Blois : ville et territoire ligérien depuis les premières installations humaines jusqu’à nos jours », nous avons réalisé une prospection inventaire du patrimoine bâti sur le quartier de Vienne, situé en rive gauche. Cette prospection a été menée à la parcelle et complétée de rares visites d’immeubles. Les objectifs principaux étaient d’identifier le bâti par période architecturale, afin de comprendre les étapes de formation du tissu urbain, et d’identifier le potentiel archéologique de ces ensembles de manière à proposer des clefs de gestion patrimoniale…

0

Prades (Pyrénées-Orientales) – Diagnostic d’un îlot urbain, des origines à l’envers du décor

Les regards portés sur l’évolution de maisons, des périodes médiévales et modernes, par les sondages des murs en élévation, ont permis de restituer des états structurels anciens, des murs aux planchers, avec leurs ouvertures jusqu’aux toitures. La transformation chronologique des espaces pendant les mutations des XIXe et XXe siècle a pu être dévoilée par la prise en compte des aménagements de second œuvre (cloisons, placards) et des stratigraphies… de papiers peints.

0

L’archéologie subaquatique au chevet de l’archéologie du bâti

Depuis 2012, l’Inrap s’est doté d’un pôle de recherche archéologique subaquatique pour répondre aux prescriptions du ministère de la Culture. Si ces dernières ont concerné essentiellement les zones maritimes, depuis quelques années, les prescriptions concernant les eaux intérieures sont de plus en plus nombreuses. Elles s’intéressent à la fois aux lacs, aux fleuves et rivières. Ainsi, l’Inrap a réalisé ses dernières années des opérations de diagnostics dans différentes rivières de l’hexagone dont les interventions concernaient des aménagements d’édifices bâtis liés à une économie de l’eau…

0

Observations fonctionnelles du bâti vernaculaire des grandes fermes franciliennes. La ferme de Varâtre (Lieusaint, Seine-et-Marne)

Le diagnostic archéologique mené en 2017 sur la ferme de Varâtre à Lieusaint (Seine-et-Marne) a permis d’aborder des vestiges rarement étudiés en élévation et dont les vestiges sont souvent difficilement identifiables lors de fouilles du sous-sol. Cette communication se propose de mettre l’accent sur les indices architecturaux et archéologiques qui permettent l’identification des différentes composantes d’une ferme, tant en élévation que sous forme de vestiges.

0

L’architecture microscopique des sols construits, un lien oublié entre l’élévation et l’enfoui

Au sein du volume bâti, le sol est le support des activités humaines, la surface sur laquelle ont lieu les déplacements. Par ses modes de construction et d’entretien, le sol renvoie aux représentations sociales, aux techniques, aux ressources matérielles, aux systèmes d’activités. En France, la découverte de sols d’intérieur n’est pas rare pour les périodes gallo-romaine et moderne. Elle l’est beaucoup plus pour l’Âge du Fer et le début du Moyen Âge. Mais dans tous les cas, lorsqu’il ne s’agit pas de dallages ou de mosaïques, les protocoles d’analyse apparaissent peu opérationnels face à des stratifications dont l’épaisseur peut être inférieure au millimètre et l’extension spatiale très limitée…

0

VESTITURA : la constitution en cours d’une base de données critique des décors moulurés pour l’archéologie du bâti (Moyen Âge – époque industrielle)

VESTITURA est le nom actuel d’un travail en cours d’élaboration, d’abord à l’échelle personnelle puis dans une logique collaborative au sein du laboratoire ArAr (UMR 5138), d’une base de données des décors moulurés rencontrés lors de ma pratique quotidienne d’archéologue du bâti. Son but primaire est d’inventorier de façon fine les modénatures et les éléments moulurés divers qui peuvent être documentés archéologiquement, mais cet outil est conçu autant comme une base de comparaison, que comme une base de critique et de réflexion (notamment autour des phénomènes d’archaïsmes et d’avant-garde…

0

Le cairn du Château d’Angers (Maine-et-Loire, IVe millénaire av. J.-C.) : quand un savoir-bâtir à sec en ardoise locale intègre un modèle architectural du ponant

Les indices d’un cairn découverts en 1997 dans l’enceinte du fameux Château d’Angers ont été évalués en 2002 par l’Inrap, avant d’être difficilement fouillés l’année suivante, en parallèle de la mise en valeur des vestiges médiévaux de la forteresse. Bien que passablement arasée, enterrée et mitée par l’occupation plurimillénaire du site désormais touristique, l’exceptionnelle structure funéraire qui a bien été reconnue s’est aussi, inopinément, révélée d’un intérêt tout autant architectonique que technologique. Suivant la typo-chronologie habituelle, fondée sur le plan et le mobilier funéraire, cette tombe à couloir et chambres circulaires a fonctionné du Néolithique moyen au IIIe millénaire…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search