Le cimetière Saint-Michel de Toulouse

Par Didier Paya

La construction de la ligne B du métro de Toulouse a nécessité plusieurs opérations d’archéologie préventive dont la future station « Palais de Justice » (place Lafourcade). Les prescriptions du service régional de l’Archéologie concernaient un cimetière médiéval et moderne avec une partie de l’église Saint-Michel, au voisinage de la voie narbonnaise antique. Aucun diagnostic n’a été effectué avant la fouille. L’église, connue par un plan établi au XVIIIe s., fut construite après 1331 dans le cimetière. En 1991, une fouille, dont les résultats sont restés inédits, avait permis la mise au jour de plusieurs tombes sur la place Feuga. Deux autres interventions effectuées dans l’actuelle Cité judiciaire, en 1999 et 2002, ont également révélé plusieurs tombes médiévales. Les liens topographiques et chronologiques éventuels du cimetière avec ces zones sépulcrales suburbaines constituaient les principaux enjeux de cette opération.



Pour citer cet article

PAYA, Didier. (2007). Le cimetière Saint-Michel de Toulouse. Dans A. Augereau, H. Guy & A. Koehler (dir.), Le diagnostic des ensembles funéraires : actes du 1er séminaire méthodologique de l’Inrap, 5-6 déc. 2005, Paris (Les Cahiers de l’Inrap 1, p. 80-83). Paris : Inrap. Disponible en ligne sur <https://sstinrap.hypotheses.org/11406> (déposé le 12 février 2021). <hal-03140301>.


Accéder au volume complet des actes : https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02489321

À voir aussi : Didier Paya, Jean Catalo, Élodie Cabot, Fabien Callède, Sylvie Duchesne, et al.. Le cimetière Saint-Michel de Toulouse. Inrap. CNRS Éditions, 240 p., 2011, Recherches archéologiques 1, 978-2-271-07150-7. ⟨hal-01779092⟩


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search