Cartes de formations superficielles et de potentiel archéologique : exemples dans le nord de la France

Par Laurent Deschodt et Laurent Sauvage

L’archéologie et la géologie entretiennent des liens étroits. Outre une démarche stratigraphique commune, l’archéologue doit connaître l’histoire paléoenvironnementale et le cadre géologique de la région pour appréhender la taphonomie des vestiges et les interactions entre les sociétés passées et leur environnement. L’ensemble des données (stratigraphiques, morphologiques, hydrographiques, chronologiques…) peuvent être compilées sous la forme d’une carte des formations géologiques superficielles. Nous présentons deux exemples de ce type de représentation à grande échelle : sur une petite région (Lille) et sur une opération (Dourges) avec une démarche spécifique de collecte de données préalablement au diagnostic.



Pour citer cet article

DESCHODT, Laurent & SAUVAGE, Laurent. (2008). Cartes de formations superficielles et de potentiel archéologique : exemples dans le nord de la France. Dans A. Speller, G. Bellan & D. Dubant (dir.), La géoarchéologie appliquée au diagnostic des sites du Néolithique à nos jours : actes du 2e séminaire méthodologique de l’Inrap, 22-23 mai 2006, Paris (Les Cahiers de l’Inrap 2, p. 10-25). Paris : Inrap. Disponible en ligne sur <https://sstinrap.hypotheses.org/11460> (déposé le 15 février 2021). <hal-03142060>.


Accéder au volume complet des actes : https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02489346


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search