Les apports de la géoarchéologie au diagnostic : l’exemple de la LGV Rhin-Rhône

Par Valérie Lamy et Dominique Sordoillet. Avec la collaboration de Vincent Lhomme.

Fin 2004, l’opération d’archéologie préventive liée à la construction de la ligne ferroviaire à grande vitesse Rhin-Rhône (reliant Dijon à Belfort), a constitué un enjeu scientifique majeur pour la connaissance des modalités de peuplement et des sociétés préhistoriques et historiques de ce vaste secteur géographique mal documenté. Ce projet a offert l’opportunité de réaliser un « transect archéologique » sur une longueur conséquente à travers des entités naturelles complémentaires susceptibles de fournir une documentation inédite sur l’histoire de l’occupation du sol entre l’implantation des premiers producteurs néolithiques et les villages actuels. L’objectif de l’approche géomorphologique, à l’occasion des sondages de diagnostic, était de retracer l’histoire pédo-sédimentaire des géosystèmes traversés.



Pour citer cet article

LAMY, Valérie, SORDOILLET, Dominique & LHOMME, Vincent (coll.). (2008). Les apports de la géoarchéologie au diagnostic : l’exemple de la LGV Rhin-Rhône. Dans A. Speller, G. Bellan & D. Dubant (dir.), La géoarchéologie appliquée au diagnostic des sites du Néolithique à nos jours : actes du 2e séminaire méthodologique de l’Inrap, 22-23 mai 2006, Paris (Les Cahiers de l’Inrap 2, p. 34-42). Paris : Inrap. Disponible en ligne sur <https://sstinrap.hypotheses.org/11476> (déposé le 15 février 2021). <hal-03142072>.


Accéder au volume complet des actes : https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02489346


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search