L’apport de la géoarchéologie lors du diagnostic pour la région Rhône-Alpes

Par Odile Franc et Agnès Vérot-Bourrély

La région Rhône-Alpes, et en premier lieu Lyon, est marquée dès les années 1980 par l’intervention de géomorphologues à l’initiative de Jean-Paul Bravard. Ils sont progressivement intégrés dans les grosses opérations de fouilles préventives et se professionnalisent. Mais les diagnostics ne sont véritablement visités par les géomorphologues que dans les années 1990. Le travail consiste alors d’une part à identifier le substrat, c’est-à-dire le terrain à partir duquel le potentiel archéologique devient faible ou nul, et d’autre part à participer à la lecture stratigraphique lorsque celle-ci associe niveau d’occupation et dépôt naturel. Les sondages négatifs sont aussi visités dans la mesure où ils alimentent le questionnement géoarchéologique.



Pour citer cet article

FRANC, Odile & VÉROT-BOURRÉLY, Agnès. (2008). L’apport de la géoarchéologie lors du diagnostic pour la région Rhône-Alpes. Dans A. Speller, G. Bellan & D. Dubant (dir.), La géoarchéologie appliquée au diagnostic des sites du Néolithique à nos jours : actes du 2e séminaire méthodologique de l’Inrap, 22-23 mai 2006, Paris (Les Cahiers de l’Inrap 2, p. 51-58). Paris : Inrap. Disponible en ligne sur <https://sstinrap.hypotheses.org/11491> (déposé le 15 février 2021). <hal-03148753>.


Accéder au volume complet des actes : https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02489346


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search