Un début d’organisation des environnementalistes en Île-de-France

Par Anne Dietrich

En Île-de-France, la réflexion a été orientée sur les moyens à mettre en œuvre afin de soulager les adjoints scientifiques et techniques et aider les responsables d’opération et les environnementalistes par la création d’un relais entre ces entités. En réalité, il n’y a aucun obstacle autre qu’organisationnel à un bon travail paléo-archéoenvironnemental. Le constat s’est fait à l’occasion d’un inventaire des prélèvements entreposés dans le centre de l’Inrap à Croissy-Beaubourg début 2004, et de la recherche de l’origine de ces prélèvements. En quelques années, l’étiquetage était même parfois devenu totalement incompréhensible. Ce travail a initié toute une réflexion à des fins pratiques mais aussi archéologiques : « Pourquoi garder ces sacs ? Quelle en est la problématique ? Y a-t-il une datation ? »



Pour citer cet article

DIETRICH, Anne. (2008). Un début d’organisation des environnementalistes en Île-de-France. Dans A. Speller, G. Bellan & D. Dubant (dir.), La géoarchéologie appliquée au diagnostic des sites du Néolithique à nos jours : actes du 2e séminaire méthodologique de l’Inrap, 22-23 mai 2006, Paris (Les Cahiers de l’Inrap 2, p. 78-80). Paris : Inrap. Disponible en ligne sur <https://sstinrap.hypotheses.org/11517> (déposé le 15 février 2021). <hal-03148796>.


Accéder au volume complet des actes : https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02489346


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search