Taphonomie et diagnostic des sites paléolithiques

Par Pascal Bertran

L’idée que tous les sites archéologiques ont subi, à des degrés divers, des transformations après leur abandon par l’Homme s’est très largement imposée dans les dernières décennies. La nature et l’intensité des transformations sont très variables, en fonction à la fois du type de contexte environnemental et de la rapidité d’enfouissement qui soustrait progressivement le niveau archéologique à l’action des processus géomorphologiques superficiels. Ces transformations peuvent aller d’une simple disparition de la matière organique en milieu oxydant à une érosion et à une redistribution complète. Dans la grande majorité des cas, le site se trouve dans un état de dégradation intermédiaire entre ces deux pôles. Deux grands types de contextes sédimentaires, dont les implications sur la formation des niveaux archéologiques sont fondamentalement différentes, peuvent être distingués : les contextes d’accumulation pure ; les contextes d’accumulation et transit des sédiments.



Pour citer cet article

BERTRAN, Pascal. (2010). Taphonomie et diagnostic des sites paléolithiques. Dans P. Depaepe & F. Séara (dir.), Le diagnostic des sites paléolithiques et mésolithiques : actes du 4e séminaire méthodologique de l’Inrap, 5-6 déc. 2006, Paris (Les Cahiers de l’Inrap 3, p. 70-77). Paris : Inrap. Disponible en ligne sur <https://sstinrap.hypotheses.org/11653> (déposé le 23 février 2021). <hal-03149561>.


Accéder au volume complet des actes : https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02489364


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search