Le rôle de l’adjoint scientifique et technique : concevoir le projet de diagnostic

Par Luc Detrain

La conception d’un projet de diagnostic archéologique sur une ou plusieurs parcelles susceptibles de renfermer des vestiges paléolithiques doit prendre plusieurs paramètres en considération : la profondeur des vestiges, leur conservation, leur caractérisation, la géométrie de leur répartition. La cote de profondeur du projet de l’aménageur est un filtre qui constitue la variable de réglage des sondages. Les sites paléolithiques ont une tendance, fâcheuse, à l’enfouissement profond. D’un point de vue général, il est recommandé de reconnaître l’épaisseur totale de la séquence et d’atteindre le substrat géologique stérile en matière d’anthropisation potentielle (ante-Pléistocène). Cette reconnaissance peut n’être réalisée que sur les 4 ou 5 premiers mètres de la tranchée, si le projet d’aménagement ne détruit pas le sous-sol sur une grande profondeur. Dans le cas des gravières, il est préférable de systématiquement reconnaître la puissance totale de la séquence. Cela a un impact évident sur le budget de l’opération et le ratio de rendement hectare/jour peut être considérablement réduit.



Pour citer cet article

DETRAIN, Luc. (2010). Le rôle de l’adjoint scientifique et technique : concevoir le projet de diagnostic. Dans P. Depaepe & F. Séara (dir.), Le diagnostic des sites paléolithiques et mésolithiques : actes du 4e séminaire méthodologique de l’Inrap, 5-6 déc. 2006, Paris (Les Cahiers de l’Inrap 3, p. 96-98). Paris : Inrap. Disponible en ligne sur <“>https://sstinrap.hypotheses.org/11674> (déposé le 23 février 2021). <hal-03149810>.


Accéder au volume complet des actes : https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02489364


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search