Du diagnostic à la fouille : le transfert de l’information

Par Nelly Connet

Depuis une dizaine d’années, le paysage de l’archéologie préventive a considérablement changé. Si, à une époque qui nous semble aujourd’hui révolue, la plupart des diagnostics dits « positifs » donnaient lieu à une fouille, ce n’est plus le cas désormais, et ceci est d’autant plus vrai pour les sites paléolithiques. Ce fait est dû à la multiplication des diagnostics et donc des découvertes, au coût des fouilles, à la régulation des prescriptions et à une politique de préservation des sites. L’opération de diagnostic est ainsi bien souvent la seule intervention que les archéologues feront sur un site et tient donc un rôle important dans le renouvellement des connaissances de notre discipline. Ce constat oblige à caractériser au mieux les sites dès la phase de diagnostic et à préserver un maximum d’informations afin que cette opération puisse apporter des données solides à la recherche paléolithique. Il faut donc préserver et communiquer l’information dès ce cadre d’intervention. Nous nous posons, dans cette présentation, la question des moyens à mettre en place pour y parvenir.



Pour citer cet article

CONNET, Nelly. (2010). Du diagnostic à la fouille : le transfert de l’information. Dans P. Depaepe & F. Séara (dir.), Le diagnostic des sites paléolithiques et mésolithiques : actes du 4e séminaire méthodologique de l’Inrap, 5-6 déc. 2006, Paris (Les Cahiers de l’Inrap 3, p. 99-101). Paris : Inrap. Disponible en ligne sur <https://sstinrap.hypotheses.org/11679> (déposé le 23 février 2021). <hal-03149827>.


Accéder au volume complet des actes : https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02489364


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search