Le Parc logistique de l’Aube, fouille de 2006 : contexte méthodologique et genèse

Par Alain Koehler

L’opération d’archéologie préventive de Buchères a beaucoup fait parler d’elle car elle n’a pas été menée selon nos méthodes de travail habituelles. Il s’agit, en effet, de la première expérimentation de mécanisation associée à un tamisage in situ et à une échelle semi-industrielle. Nous convenons du caractère très particulier, voire provocateur, de cette opération, qui a représenté pour certains une rupture dans notre pratique. Elle est, cependant, le fruit de réflexions et de tentatives successives, sans pour autant constituer un aboutissement des démarches méthodologiques en archéologie, qui logiquement doivent pouvoir toujours évoluer. Sans prétendre à une véritable approche épistémologique, il convient d’en reprendre l’historique qui permet de comprendre pourquoi et comment cette expérience a été tentée, d’en dresser un bilan et d’en évaluer les perspectives.



Pour citer cet article

KOEHLER, Alain. (2016).Le Parc logistique de l’Aube, fouille de 2006 : contexte méthodologique et genèse. Dans A. Koehler & C. Marcille (dir.), La fouille mécanisée : enjeux méthodologiques et scientifiques : actes du 6e séminaire méthodologique de l’Inrap, 5-6 déc. 2006, Paris (Les Cahiers de l’Inrap 4, p. 10-16). Paris : Inrap. Disponible en ligne sur <https://sstinrap.hypotheses.org/11735> (déposé le 3 mars 2021). <hal-03158952>.


Accéder au volume complet des actes : https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02489394


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search