Utilisation systématique de la mini-pelle en archéologie urbaine à Marseille

Par Bernard Sillano

En archéologie urbaine, il n’existe pas, comme en archéologie rurale, cette couche superficielle, stérile ou peu intéressante, qui peut être décapée préalablement à la fouille, les structures étant disposées pratiquement sur un seul plan, à la surface du substrat. En ville, chaque portion de la séquence présente un intérêt et surtout, elles s’imbriquent verticalement les unes dans les autres. Bien malin qui pourra trouver des niveaux de clivage permettant, au moyen d’un décapage mécanique massif, de résoudre le problème du cubage sans nuire au continuum stratigraphique. Les quelques expériences réalisées à Marseille avec cette méthode n’ont conduit, lorsque la fouille a pu être terminée, qu’à une information fragmentaire, pleine de ruptures auxquelles il ne fut plus possible de remédier. La mini-pelle, entre la pioche et la grosse pelle mécanique dans l’éventail de notre outillage, s’est donc révélée rapidement comme l’instrument ad hoc pour minimiser ces pertes.



Pour citer cet article

SILLANO, Bernard. (2016). Utilisation systématique de la mini-pelle en archéologie urbaine à Marseille. Dans A. Koehler & C. Marcille (dir.), La fouille mécanisée : enjeux méthodologiques et scientifiques : actes du 6e séminaire méthodologique de l’Inrap, 5-6 déc. 2006, Paris (Les Cahiers de l’Inrap 4, p. 17-18). Paris : Inrap. Disponible en ligne sur <https://sstinrap.hypotheses.org/11742> (déposé le 3 mars 2021). <hal-03158970>.


Accéder au volume complet des actes : https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02489394


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search