Histoire de la mécanisation de l’archéologie à Marseille

Par Francis Cognard

Nous ne remonterons pas plus avant que les premières années de l’après-guerre pour retracer l’histoire de l’utilisation des engins mécaniques dans la pratique de l’archéologie. Ceci pour la bonne raison qu’à cette époque, les engins mécaniques ne sont pratiquement pas utilisés dans la construction des ensembles immobiliers eux-mêmes. C’est le développement rapide de la technologie des années 1950 qui a permis l’apparition d’un nouvel engin : la pelle mécanique hydraulique. À Marseille, Henri Rolland, directeur des fouilles de Glanum entre 1942 et 1969, détourne au profit de l’archéologie cet engin dédié à la reconstruction du Panier, quartier particulièrement riche en vestiges et par ailleurs foyer de résistance pendant la seconde guerre mondiale, ce qui lui valut d’être dynamité en 1943. Entre les années 1945 et 1964, Fernand Benoît, directeur des Antiquités historiques de Provence (1942-1964) et conservateur du musée Borély, poursuit la mécanisation des fouilles.



Pour citer cet article

COGNARD, Francis. (2016). Histoire de la mécanisation de l’archéologie à Marseille. Dans A. Koehler & C. Marcille (dir.), La fouille mécanisée : enjeux méthodologiques et scientifiques : actes du 6e séminaire méthodologique de l’Inrap, 5-6 déc. 2006, Paris (Les Cahiers de l’Inrap 4, p. 26-27). Paris : Inrap. Disponible en ligne sur <https://sstinrap.hypotheses.org/11755> (déposé le 4 mars 2021). <hal-03158980>.


Accéder au volume complet des actes : https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02489394


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search