Historique et objectifs scientifiques de la mécanisation en Lorraine

Par Vincent Blouet, Laurent Gebus, Marie-Pierre Petitdidier et Laurent Thomashausen

La prise de conscience par l’opinion publique du caractère irréversible de la destruction des sites archéologiques et les changements politiques intervenus en 1981 furent, au niveau national, l’occasion d’un important renversement de tendance. En Lorraine, l’événement déclencheur fut, en 1983, le scandale des Hauts de Sainte-Croix à Metz qui, succédant à une série de destructions spectaculaires, permit la mise en place d’une véritable archéologie professionnalisée. En 1984 et 1985, plusieurs opérations d’archéologie préventive purent ainsi être engagées en milieu urbain (Pontifroy et Arsenal à Metz) comme en zones rurales (La Milliaire à Thionville, et Maizières-lès-Metz). Le changement d’échelle de ces interventions, en termes de surfaces traitées, et l’obligation de respecter des délais imposèrent d’emblée le recours aux moyens mécaniques.



Pour citer cet article

BLOUET, Vincent, GEBUS, Laurent, PETITDIDIER, Marie-Pierre & THOMASHAUSEN, Laurent. (2016). Historique et objectifs scientifiques de la mécanisation en Lorraine. Dans A. Koehler & C. Marcille (dir.), La fouille mécanisée : enjeux méthodologiques et scientifiques : actes du 6e séminaire méthodologique de l’Inrap, 5-6 déc. 2006, Paris (Les Cahiers de l’Inrap 4, p. 31-35). Paris : Inrap. Disponible en ligne sur <https://sstinrap.hypotheses.org/11766> (déposé le 4 mars 2021). <hal-03158998>.


Accéder au volume complet des actes : https://hal-inrap.archives-ouvertes.fr/hal-02489394


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search