À Besançon (Doubs), un cas de prescription d’étude de bâti en parallèle d’une fouille : l’hôtel de Rosières et la ZAC Pasteur

Par Valérie Viscusi

L’aménagement de l’ensemble immobilier et commercial de la ZAC Pasteur, qui nécessitait la construction d’un parking souterrain au cœur d’un îlot du centre ancien de Besançon et la réhabilitation de deux hôtels particuliers, a fait l’objet d’une prescription de fouille accompagnée d’une étude de bâti. Les deux opérations, réalisées sous la direction de deux responsables distincts (Claudine Munier- ville de Besançon, Valérie Viscusi – Inrap), ont permis de retracer l’urbanisation d’un quartier de la ville depuis le début de la période gallo-romaine jusqu’au XVIIIe siècle. L’étude de bâti qui s’est déroulée en 2011 est l’aboutissement d’un long processus qui est intervenu dans un contexte très particulier. Dans l’optique d’importantes opérations d’urbanisme à venir, la ville avait étendu son secteur sauvegardé à la totalité du centre ancien et avait commandé les études pour la rédaction du plan de sauvegarde et de mise en valeur du centre ancien, achevé en 2012, et auxquelles participait activement le service de l’Inventaire. Le service régional de l’archéologie avait alors tenté d’y faire intégrer le patrimoine archéologique. Dans ce cadre, j’avais réalisé un inventaire des bâtiments à « potentiel d’études archéologiques », achevé en 2002, dans lesquels des traces d’élévations antérieures à la fin du XVIe siècle étaient conservées. Dès cette époque, la présence de baies médiévale inédites avait été détectée dans l’hôtel de Rosières. Après deux diagnostics réalisés dans le sous-sol (2000 et 2006) et accompagnés d’une étude documentaire, le premier arrêté de prescription de fouille, daté de 2007, détaillait une liste prenant en compte le bâti au travers de l’étude d’une des caves et du suivi des travaux de réseau et de réaménagements des sols. Cet objectif initial trop limité a ensuite été révisé par un arrêté modificatif en 2010. Au final, des portions des trois ailes de l’hôtel particulier ont pu être étudiées : deux des caves, la façade d’une maison du XIVe siècle et des portions de maisons édifiées au XVe siècle puis modifiées au XVIIe siècle avant d’être englobées dans l’hôtel. Les données acquises sont venues compléter celles de la fouille voisine (Claudine Munier), implantée en cœur d’îlot, où, aux périodes médiévales et modernes, ne se trouvent que des bâtiments annexes, cours et jardins.

Development of the real estate and commercial complex of the ZAC Pasteur, which required the construction of an underground parking lot in the heart of a block in the old center of Besançon and the rehabilitation of two private mansions, was the subject of an excavation prescription accompanied by a study of the building. The two operations, carried out under the direction of two different managers (Claudine Munier – city of Besançon, Valérie Viscusi – Inrap), have made it possible to retrace the urbanization of a district of the city from the beginning of the Gallo-Roman period until the 18th century. The study of the buildings that took place in 2011 is the culmination of a long process that took place in a very particular context. With a view to major future urban planning operations, the city had extended its protected area to the entire old town and had commissioned studies for the drafting of the plan for the protection and enhancement of the old town, which was completed in 2012, and in which the Inventory department was actively involved. The regional service of archaeology had then tried to make integrate the archaeological heritage. Within this framework, I had carried out an inventory of the buildings with “potential for archaeological studies”, completed in 2002, in which traces of elevations prior to the end of the 16th century were preserved. At that time, the presence of unpublished medieval bays had been detected in the Hôtel de Rosières. After two diagnoses carried out in the basement (2000 and 2006) and accompanied by a documentary study, the first order of prescription for excavation, dated 2007, detailed a list taking into account the building through the study of one of the cellars and the follow-up of the network and floor redevelopment works. This initial limited objective was then revised by an amending order in 2010. In the end, portions of the three wings of the mansion were studied: two of the cellars, the façade of a 14th century house and portions of houses built in the 15th century and modified in the 17th century before being incorporated into the mansion. The data acquired complemented that of the neighboring excavation (Claudine Munier), located in the heart of the block, where, in the medieval and modern periods, there were only annex buildings, courtyards and gardens.




Pour citer cette vidéo

VISCUSI, Valérie. (2021). À Besançon (Doubs), un cas de prescription d’étude de bâti en parallèle d’une fouille : l’hôtel de Rosières et la ZAC Pasteur [Vidéo]. Dans V. Mataouchek, C. Carpentier, M. Bouiron & F. Guyonnet (dir.), Archéologie préventive sur le bâti : actes du 5e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 28-29 oct. 2021, L’Isle-sur-la-Sorgue. <https://sstinrap.hypotheses.org/12868>.


Auteur

Valérie Viscusi – Inrap Bourgogne Franche-Comté – valerie.viscusi@inrap.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search