L’archéologie du bâti : une extrême diversité opérationnelle et scientifique

Par Chantal Delomier

Si les termes des prescriptions de l’État se retrouvent sensiblement identiques dans les cahiers des charges émis par les SRA, puis dans les projets scientifiques d’intervention (PSI) élaborés par l’Inrap, le responsable scientifique est confronté à des cadres réglementaires et des problématiques très différenciés. Nous présentons ici quatre études de cas, reflétant quelques aspects de la diversité des conditions d’interventions et des stratégies à mettre en œuvre. Si, en principe, les diagnostics visent à poser des questions et les fouilles à les résoudre ; en pratique, les choses se présentent différemment. Deux cas de fouille sans diagnostic préalable : (1) Le palais épiscopal ou Musée des Beaux-Arts de Valence : une fouille fractionnée destinée à suivre les travaux de restructuration du Musée sur une longue durée et une très vaste surface ; (2) Notre-Dame la Ronde, église disparue de Valence : une fouille restreinte à la fois dans le temps et dans l’espace visant à retrouver les contours en pointillés d’une église totalement absorbée et quasi effacée dans la trame d’un îlot urbain. Deux cas de diagnostics suivis de fouilles : (1) L’hôtel de l’Oulle à Romans-sur-Isère : un diagnostic très court, suivi d’une fouille de durée moyenne, segmentée, afin de suivre les travaux de réhabilitation de l’édifice destiné à abriter des logements sociaux. ; (2) La maison du Mouton à Romans-sur-Isère, voisine du précédent édifice, idem, deviendra un Centre d’Interprétation du Patrimoine et fait actuellement l’objet d’une fouille. Les problématiques sont extrêmement variées dans les cas des diagnostics suivis ou non de fouille. Les méthodologies s’adaptent aux durées des opérations, des contraintes de terrains, des problématiques scientifiques, des attendus politiques, économiques etc. Les fouilles, quant à elles, présentent des visages très liés aux contextes morphologiques des bâtiments étudiés, aux attendus des cahiers des charges, et soumises en permanence aux contraintes de la co-activité et du projet architectural et au poids des retombées financières, culturelles, touristiques et politiques. Les enjeux apparaissent, dans chacun de ces quatre cas, très diversifiés en fonction des maîtres d’ouvrage, des questions scientifiques et des contraintes techniques qui surgissent au cours des interventions.

If the terms of the State’s prescriptions are more or less identical in the specifications issued by the SRAs, and then in the PSIs drawn up by Inrap, the scientific manager is confronted with very different regulatory frameworks and problems. We present here four case studies, reflecting some aspects of the diversity of the conditions of intervention and the strategies to be implemented. If, in principle, diagnoses aim to ask questions and excavations to resolve them, in practice, things are different. Two cases of excavation without prior diagnosis: (1) The Episcopal Palace or Museum of Fine Arts in Valencia: a fractioned excavation intended to follow the restructuring of the Museum over a long period of time and a very large surface area; (2) Notre-Dame la Ronde, a church that has disappeared from Valencia: an excavation restricted both in time and space, aiming to find the dotted outlines of a church that has been totally absorbed and almost erased in the fabric of an urban block. Two cases of diagnostics followed by excavations: (1) The Hôtel de l’Oulle in Romans-sur-Isère: a very short diagnosis, followed by a medium length excavation, segmented, in order to follow the rehabilitation works of the building destined to house social housing; (2) The Maison du Mouton in Romans-sur-Isère, next to the previous building, idem, will become a Heritage Interpretation Center and is currently the subject of an excavation. The problems are extremely varied in the case of diagnostics followed or not by excavation. The methodologies are adapted to the duration of the operations, the constraints of the land, the scientific problems, the political and economic expectations, etc. As for the excavations, they present faces very much linked to the morphological contexts of the buildings studied, to the expectations of the specifications, and permanently subjected to the constraints of the co-activity and the architectural project and to the weight of the financial, cultural, tourist and political repercussions. The stakes appear, in each of these four cases, very diversified according to the owners, the scientific questions and the technical constraints which arise during the interventions.




Pour citer cette vidéo

DELOMIER, Chantal. (2021). L’archéologie du bâti : une extrême diversité opérationnelle et scientifique [Vidéo]. Dans V. Mataouchek, C. Carpentier, M. Bouiron & F. Guyonnet (dir.), Archéologie préventive sur le bâti : actes du 5e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 28-29 oct. 2021, L’Isle-sur-la-Sorgue. <https://sstinrap.hypotheses.org/12914>.


Auteur

Chantal Delomier – Inrap Auvergne Rhône-Alpes – UMR 5138 Laboratoire ArAr – chantal.delomier@inrap.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search