L’étude du bâti domestique à travers l’exemple de Lyon : entre co-activité, contraintes et collaborations

Par Emmanuel Bernot et Charlotte Gaillard

L’archéologie lyonnaise s’inscrit dans une longue tradition d’analyse du bâti religieux et civil à l’échelle régionale. La création du secteur sauvegardé du Vieux Lyon en 1964 a suscité très tôt une prise de conscience de la valeur du patrimoine urbain. Dès les années 1980, les édifices publics et civils ont pu bénéficier d’un suivi archéologique en accompagnement des travaux de restauration. En parallèle, le Pré-inventaire architectural du Vieux Lyon engagé depuis 2006 par la ville autorise une analyse de l’architecture civile à une plus large échelle. Ces études ont fourni des jalons précieux à la compréhension du bâti lyonnais, des techniques de construction, et d’une manière plus large des logiques d’aménagement de la ville. À travers les exemples de fouilles récentes à Lyon, nous aimerions insister sur les nombreuses interactions scientifiques et humaines ayant cours lors du déroulement des opérations, et sur ses conséquences dans l’organisation de l’analyse archéologique. Souvent engagés sur plusieurs années, ces chantiers impliquent une co-activité complexe à planifier et une surveillance quasi hebdomadaire de l’avancée des travaux, qui exigent une souplesse d’intervention aux équipes archéologiques parfois subtile à mettre en œuvre. L’entrée dans le paysage d’architectes ou d’entreprises non spécialisées dans le patrimoine entraîne par ailleurs des difficultés quant à la prise en compte des spécificités d’intervention de l’archéologie du bâti dans un espace exigu et des plannings resserrés. À ces contraintes s’ajoutent les interventions réalisées dans le cadre de simples surveillances, toujours délicates à mettre en œuvre, et nécessitant une forte adaptation de la méthodologie de terrain. Mais cette co-activité même favorise un riche dialogue scientifique avec les autres corps de métiers (maçons et tailleurs de pierre, charpentiers, restaurateurs en peintures murales…), ainsi qu’avec les décideurs (maîtres d’œuvre et d’ouvrage, Drac). Ces multiples interactions offrent de croiser les regards et permettent d’intégrer parfois les conclusions au projet de restauration final.

Lyon’s archaeology is part of a long tradition of analysis of religious and civil buildings on a regional scale. The creation of the protected area of Old Lyon in 1964 raised awareness of the value of urban heritage. Since the 1980s, public and civil buildings have benefited from archaeological monitoring to accompany restoration work. At the same time, the architectural pre-inventory of Old Lyon, initiated by the city in 2006, allows for an analysis of the civil architecture on a larger scale. These studies have provided valuable milestones in the understanding of Lyon’s buildings, construction techniques and, more broadly, the city’s development logic. Through the examples of recent excavations in Lyon, we would like to emphasize the numerous scientific and human interactions that took place during the course of the operations, and the consequences for the organization of the archaeological analysis. Often committed over several years, these sites imply a complex co-activity to plan and an almost weekly monitoring of the progress of the work, which requires a flexibility of intervention to the archaeological teams sometimes subtle to implement. The entry into the landscape of architects or companies not specialized in heritage also leads to difficulties in taking into account the specificities of intervention of the archaeology of the building in a cramped space and tight schedules. In addition to these constraints, interventions carried out within the framework of simple monitoring are always delicate to implement, and require a strong adaptation of the field methodology. But this very co-activity favors a rich scientific dialogue with the other trades (masons and stonemasons, carpenters, wall painting restorers…), as well as with the decision-makers (project managers and contractors, Drac). These multiple interactions allow us to cross the views and sometimes integrate the conclusions into the final restoration project.




Pour citer cette vidéo

BERNOT, Emmanuel & GAILLARD, Charlotte. (2021). L’étude du bâti domestique à travers l’exemple de Lyon : entre co-activité, contraintes et collaborations [Vidéo]. Dans V. Mataouchek, C. Carpentier, M. Bouiron & F. Guyonnet (dir.), Archéologie préventive sur le bâti : actes du 5e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 28-29 oct. 2021, L’Isle-sur-la-Sorgue. <https://sstinrap.hypotheses.org/12975>.


Auteurs

Emmanuel Bernot – Service archéologique de la Ville de Lyon – emmanuel.bernot@mairie-lyon.fr
Charlotte Gaillard – Service archéologique de la Ville de Lyon / UMR 5138 – ArAr – charlotte.gaillard@mairie-lyon.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search