Le chantier de restauration du château de Villers-Cotterêts : méthodologie et place de l’étude de bâti dans un projet monumental

Par Bénédicte Guillot et Jérémy Leclerc

Depuis 2020, le château de Villers-Cotterêts dans son ensemble, soit près de 2,5 ha, fait l’objet de travaux par le Centre des Monuments Nationaux afin de créer une Cité Internationale de la Langue Française qui devrait ouvrir en 2022. Les opérations d’archéologie préventive se répartissent en fouilles en aire ouverte, suivis de travaux dans les intérieurs et étude de bâti au fur et à mesure de l’avancée des restaurations. Cette communication sera d’abord l’occasion de présenter la méthodologie adoptée afin de pouvoir travailler à une compréhension globale de l’ensemble des données issues du sous-sol jusqu’aux charpentes, méthodologie qui a dû s’adapter aux péripéties des travaux (changement de plans, opérations discontinues, arrêt de chantier…). Divers exemples permettront ensuite de montrer comment l’étude de bâti s’insère dans les différentes opérations archéologiques qui mêlent dans un même espace fouille, suivis de travaux et co-activité importante. Enfin, il sera discuté de l’adaptation nécessaire des méthodes selon les contraintes d’accès, le planning des travaux et le type d’intervention (déjointoiement, calepinage des façades, démontage ou greffe des charpentes…).

Since 2020, the castle of Villers-Cotterêts in its entirety, that is to say nearly 2.5 hectares, has been the subject of work by the Centre des Monuments Nationaux in order to create an International City of the French Language which should open in 2022. The preventive archaeology operations are divided into excavations in the open area, followed by work in the interiors and the study of buildings as the restoration work progresses. This communication will first present the methodology adopted in order to be able to work on a global understanding of all the data from the basement to the frameworks, a methodology that had to adapt to the vicissitudes of the works (change of plans, discontinuous operations, stoppage of the building site…). Various examples will then show how the study of buildings fits into the various archaeological operations that combine excavation, monitoring of work and important co-activity in the same space. Finally, the necessary adaptation of the methods according to the access constraints, the planning of the works and the type of intervention (disjointing, calepinage of the facades, dismantling or grafting of the frameworks…) will be discussed.




Pour citer cette vidéo

GUILLOT, Bénédicte & LECLERC, Jérémy. (2021). Le chantier de restauration du château de Villers-Cotterêts : méthodologie et place de l’étude de bâti dans un projet monumental [Vidéo]. Dans V. Mataouchek, C. Carpentier, M. Bouiron & F. Guyonnet (dir.), Archéologie préventive sur le bâti : actes du 5e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 28-29 oct. 2021, L’Isle-sur-la-Sorgue. <https://sstinrap.hypotheses.org/12979>.


Auteurs

Bénédicte Guillot – Inrap Grand Ouest – UMR 6273 CRAHAM – benedicte.guillot@inrap.fr
Jérémy Leclerc – Inrap Grand Ouest – jeremy.leclerc@inrap.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search