Les études de bâti dans le cadre de chantiers au long cours : quelques exemples alsaciens du diagnostic à la fouille

Par Lucie Jeanneret. En collaboration avec Jacky Koch.

L’essor de l’archéologie du bâti dans le cadre préventif est, en Alsace comme dans d’autres régions, relativement récent. L’évolution des prescriptions, en bâti et en milieu urbain, a été accélérée ces dernières années à la fois par la multiplication des interventions en cœur de ville, par un renouvellement important des équipes chargées des prescriptions et des suivis des projets et par une meilleure sensibilisation aux approches archéologiques auprès des différents intervenants. Ces interventions nous amènent à diversifier les types de sites sur lesquels les équipes interviennent (châteaux, édifices religieux, bâti civil urbain et dans une moindre mesure bâti rural), et à multiplier les chantiers longs, engagés en marge de grands projets de restauration. L’éventail des chantiers s’est donc largement étoffé au cours de la dernière décennie. Dans le domaine castral, dans lequel les interventions sont multiples depuis les années 1990, le rôle de l’archéologue du bâti est bien identifié et sa place dans les projets est souvent clairement définie. La mise en place d’une « politique castrale » à l’échelle de la région a également permis de formaliser le rôle de l’archéologie dans les divers projets d’entretien et de restauration. Dans d’autres cas, l’intervention d’archéologie du bâti apparaît aux différents intervenants comme une nouveauté, voire une nouvelle contrainte qu’il faut intégrer dans le calendrier des travaux. C’est le cas notamment pour des travaux de restauration engagés par des particuliers sur des édifices de moindre ampleur. Les cas de figure étant nombreux, la réalisation de l’intervention en bâti répond à des contraintes et des objectifs différents selon les chantiers, mais, dans tous les cas, cette discipline s’inscrit pleinement dans un programme de travaux (et il ne s’agit pas de libérer le site d’une « contrainte »). Plusieurs aspects de ces études de bâti doivent être abordés car ils conditionnent leur bon déroulement : le dialogue avec les intervenants, la planification de la phase terrain et la gestion des moyens. Afin d’illustrer ces problématiques autour de l’organisation d’opérations du bâti, des projets récents menés sur des éléments de bâti civil, religieux et militaire de la région serviront d’exemples.

The development of preventive archaeology of buildings is, in Alsace as in other regions, relatively recent. The evolution of prescriptions, in buildings and in urban areas, has been accelerated in the last few years by the multiplication of interventions in the heart of the city, by a significant renewal of the teams in charge of prescriptions and monitoring of projects and by a better awareness of archaeological approaches among the different participants. These interventions lead us to diversify the types of sites on which the teams intervene (castles, religious buildings, urban civil buildings and, to a lesser extent, rural buildings), and to multiply the number of long work sites, undertaken in the margin of large restoration projects. The range of projects has thus greatly expanded over the last decade. In the castral domain, where interventions have been numerous since the 1990s, the role of the building archaeologist is well identified and his or her place in the projects is often clearly defined. The establishment of a “castral policy” at the regional level has also allowed the formalization of the role of archaeology in the various maintenance and restoration projects. In other cases, the intervention of archaeology of the building appears to the various participants as a novelty, even a new constraint that must be integrated into the work schedule. This is particularly the case for restoration work undertaken by individuals on smaller buildings. There are many different cases, and the implementation of the intervention on the building site responds to different constraints and objectives depending on the site, but in all cases, this discipline is fully integrated into a work program (and it is not a question of freeing the site from a “constraint”). Several aspects of these building studies must be tackled because they condition their good progress: the dialogue with the participants, the planning of the field phase and the management of the means. In order to illustrate these issues around the organization of building operations, recent projects carried out on civil, religious and military buildings in the region will serve as examples.




Pour citer cette vidéo

JEANNERET, Lucie & KOCH, Jacky (coll.). (2021). Les études de bâti dans le cadre de chantiers au long cours : quelques exemples alsaciens du diagnostic à la fouille [Vidéo]. Dans V. Mataouchek, C. Carpentier, M. Bouiron & F. Guyonnet (dir.), Archéologie préventive sur le bâti : actes du 5e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 28-29 oct. 2021, L’Isle-sur-la-Sorgue. <https://sstinrap.hypotheses.org/13003>.


Auteurs

Lucie Jeanneret – Archéologie Alsace – lucie.jeanneret@archeologie.alsace
Jacky Koch – Archéologie Alsace – UMR 7044 Archimède – jacky.koch@archeologie.alsace


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search