Le pan de bois et la nécessité de confronter l’étude archéologique du bâti aux datations dendrochronologiques

Par Rozenn Battais et Marie Millet

L’appréciation d’un monument historique se fait encore trop souvent par son esthétisme ou encore par son ancienneté, au détriment de son histoire. En ce qui concerne le bâti en pan de bois, l’idée que l’on peut le comprendre uniquement par l’approche dendrochronologique est encore trop régulièrement admise. Bien souvent, cette méthode est privilégiée avant même l’idée d’une étude archéologique, notamment par les architectes. C’est pourtant l’archéologie du bâti qui permet de mettre en évidence l’évolution architecturale d’un édifice et d’interpréter les datations absolues en prenant en compte l’approvisionnement en matière première ou encore la notion de remploi. Au travers de deux exemples, nous allons démontrer comment une datation dendrochronologique, réalisée indépendamment d’une étude du bâti, peut engendrer une mauvaise interprétation et compréhension de l’évolution d’un bâti en pan de bois et a fortiori, fausser son projet de restauration. Il s’agit ici de replacer au cœur de l’étude l’approche archéologique, stratigraphique, et de la combiner à d’autres disciplines telle que la dendrochronologie ou la recherche en archives. L’objectif est d’appréhender l’édifice dans son ensemble et son contexte et ainsi de mieux orienter les chantiers de restauration ou de mise en valeur.

The appreciation of a historical monument is still too often done by its aestheticism or its age, to the detriment of its history. As far as the wood panelling is concerned, the idea that it can be understood only by the dendrochronological approach is still too regularly accepted. Very often, this method is favored even before the idea of an archaeological study, especially by architects. However, it is the archaeology of the building that allows us to highlight the architectural evolution of a building and to interpret the absolute dates by taking into account the supply of raw materials or the notion of replacement. Through two examples, we will demonstrate how a dendrochronological dating, carried out independently of a study of the building, can lead to a bad interpretation and understanding of the evolution of a timber-framed building and a fortiori, distort its restoration project. It is a question here of placing the archaeological and stratigraphic approach at the heart of the study, and of combining it with other disciplines such as dendrochronology or archival research. The objective is to understand the building as a whole and its context and thus to better orientate the restoration or enhancement projects.



Pour citer cette vidéo

BATTAIS, Rozenn & MILLET, Marie. (2021). Le pan de bois et la nécessité de confronter l’étude archéologique du bâti aux datations dendrochronologiques [Vidéo]. Dans V. Mataouchek, C. Carpentier, M. Bouiron & F. Guyonnet (dir.), Archéologie préventive sur le bâti : actes du 5e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 28-29 oct. 2021, L’Isle-sur-la-Sorgue. <https://sstinrap.hypotheses.org/13040>.


Pour citer ce poster

BATTAIS, Rozenn & MILLET, Marie. (2021). Le pan de bois et la nécessité de confronter l’étude archéologique du bâti aux datations dendrochronologiques [Poster]. Dans V. Mataouchek, C. Carpentier, M. Bouiron & F. Guyonnet (dir.), Archéologie préventive sur le bâti : actes du 5e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 28-29 oct. 2021, L’Isle-sur-la-Sorgue. <https://sstinrap.hypotheses.org/13040>. <hal-03431254>.


Auteurs

Rozenn Battais – Inrap Grand Ouest – rozenn.battais@inrap.fr
Marie Millet – Inrap Grand Ouest – marie.millet@inrap.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search