Le graffito mural ancien : un élément fragile à (re-)considérer dans le cadre de l’archéologie préventive à partir d’exemples lorrains

Par Antoine Lacaille

Contrairement aux décors, ornements, inscriptions et peintures, les graffiti muraux ne sont majoritairement pas réalisés par des professionnels de la construction et constituent souvent des signes triviaux. Du fait de leur fragilité, de leurs modestes dimensions mais également de leur présence souvent limitée à quelques enduits intermédiaires par défaut noyés parmi un empilement souvent conséquent de revêtements, les graffiti figurent parmi les structures les plus rarement détectées au cours de travaux d’aménagements lambdas. Ils sont souvent plus difficiles à saisir que les programmes décoratifs ou ornementaux (enduits peints, décors incisés ou dessinés). Aussi, seule l’archéologie préventive permet de détecter la plupart d’entre eux. Il faut reconnaître que les dégagements méthodiques des revêtements de constructions par l’archéologue permettent fréquemment la découverte et la mise en évidence de ces témoignages écrits ou figurés. Cette présentation se nourrit principalement des reconnaissances et études de graffiti effectuées au cours de fouilles ou de diagnostics concernant des édifices civils lorrains au cours des dernières années. Ainsi, il nous a été possible de rassembler un petit corpus de graffiti dont la datation avant le XVIIIe siècle est assez solidement établie.

In contrast to decorations, ornaments, inscriptions and paintings, wall graffiti are mostly not made by construction professionals and are often trivial signs. Because of their fragility, their modest dimensions, but also because their presence is often limited to a few intermediate plaster layers by default, which are often buried in a large pile of coatings, graffiti are among the structures that are most rarely detected during ordinary development work. They are often more difficult to detect than decorative or ornamental programmes (painted plaster, incised or drawn decorations). Therefore, only preventive archaeology can detect most of them. It must be acknowledged that the methodical clearing of building coverings by the archaeologist frequently allows the discovery and highlighting of this written or figurative evidence. This presentation is mainly based on the recognition and study of graffiti carried out during excavations or diagnostics concerning civil buildings in Lorraine in recent years. Thus, it has been possible to gather a small corpus of graffiti whose dating before the 18th century is fairly well established.




Pour citer cette vidéo

LACAILLE, Antoine. (2021). Le graffito mural ancien : un élément fragile à (re-)considérer dans le cadre de l’archéologie préventive à partir d’exemples lorrains [Vidéo]. Dans V. Mataouchek, C. Carpentier, M. Bouiron & F. Guyonnet (dir.), Archéologie préventive sur le bâti : actes du 5e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 28-29 oct. 2021, L’Isle-sur-la-Sorgue. <https://sstinrap.hypotheses.org/13099>.


Auteur

Antoine Lacaille – Inrap Grand Est – antoine.lacaille@inrap.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search