Le cairn du Château d’Angers (Maine-et-Loire, IVe millénaire av. J.-C.) : quand un savoir-bâtir à sec en ardoise locale intègre un modèle architectural du ponant

Par Éric Gaumé. Avec la collaboration de Cyril Marcigny.

Les indices d’un cairn découverts en 1997 dans l’enceinte du fameux Château d’Angers ont été évalués en 2002 par l’Inrap, avant d’être difficilement fouillés l’année suivante, en parallèle de la mise en valeur des vestiges médiévaux de la forteresse. Bien que passablement arasée, enterrée et mitée par l’occupation plurimillénaire du site désormais touristique, l’exceptionnelle structure funéraire qui a bien été reconnue s’est aussi, inopinément, révélée d’un intérêt tout autant architectonique que technologique. Suivant la typo-chronologie habituelle, fondée sur le plan et le mobilier funéraire, cette tombe à couloir et chambres circulaires a fonctionné du Néolithique moyen au IIIe millénaire. Le caractère très dégradé des vestiges lui ôte son aspect mégalithique, mais c’est cependant loin d’être un simple amoncellement de pierres. De remarquables maçonneries sèches en ardoise ont été reconnues sous l’éboulis. L’étonnante dimension sub-métrique et minceur pluri-centimétrique de certaines plaques des parements internes des chambres, comme du dernier niveau de pavage du couloir central, dénotent même un indéniable savoir-faire ardoisier. Il semble donc que l’évolution architecturale du cairn se soit accompagnée d’une amélioration du processus d’appropriation des ressources minérales du cru et des techniques d’exploitation de l’ardoise à bâtir. L’analyse de l’architecture du monument s’est appuyée sur l’expertise tracéologique des ardoises, qui a été menée in situ sur le monument préservé. En effet, il fallait pouvoir identifier ce qui relevait de la construction d’origine et ce qui témoignait des nombreux remaniements ultérieurs. Nos connaissances techniques en matière ardoisière étant malheureusement aussi lacunaires que l’appareillage du cairn, cette déficience a été palliée par une approche comparative du milieu des ardoisiers traditionnels de l’Anjou noir – pays de l’ardoise s’il en est -, et plus généralement du nord-ouest de la France. S’il est clair enfin que les bâtisseurs néolithiques d’Angers ont su développer localement un art de la construction monumentale à sec, avec l’ardoise proximale, le type architectural de la tombe pose problème en relevant plus du modèle atlantique que continental. Sauf à considérer que l’implantation de l’édifice en bordure de Maine, vraisemblable axe de circulation de haches polies en jade entre les Alpes et l’Océan, témoigne d’un autre courant d’influences… de constructeurs itinérants, illustré par les pendeloques en pierre pareillement verdâtre du tardif viatique retrouvé dans la plus riche chambre sépulcrale. Cet hypothétique métissage techno-culturel est-il l’œuvre d’un peuple sud-armoricain, non seulement avide de tels objets lithiques autrement plus prestigieux, mais également rompu au mégalithisme à pierres sèches que l’on sait, depuis sa « révolution granitière » au Ve millénaire (tumulus carnacéens, cairns du golfe morbihannais) ? Autant de champs de recherches qui montrent l’intérêt de pousser plus avant les études architecturales de ces monuments.

The evidence of a cairn discovered in 1997 in the enclosure of the famous Château d’Angers was evaluated in 2002 by the Inrap, before being excavated with difficulty the following year, in parallel with the development of the medieval remains of the fortress. Although it was quite flattened, buried and moth-eaten by the multi-millennial occupation of the site, which is now a tourist attraction, the exceptional funerary structure that was recognized also unexpectedly revealed itself to be of architectural as well as technological interest. According to the usual typo-chronology, based on the plan and the funerary furniture, this tomb with corridor and circular chambers functioned from the Middle Neolithic to the 3rd millennium. The very degraded character of the remains deprives it of its megalithic aspect, but it is far from being a simple pile of stones. Remarkable dry masonries in slate were recognized under the scree. The astonishing sub-metric dimension and multi-centimetre thinness of certain slabs of the internal facings of the chambers, as well as of the last level of paving of the central corridor, even denote an undeniable slate-making know-how. It thus seems that the architectural evolution of the cairn was accompanied by an improvement in the process of appropriating the mineral resources of the area and in the techniques for exploiting the slate for building. The analysis of the architecture of the monument was based on the expertise of the slates, which was conducted in situ on the preserved monument. Indeed, it was necessary to be able to identify what belonged to the original construction and what testified to the numerous subsequent alterations. Unfortunately, our technical knowledge of slate was as incomplete as the cairn’s construction. This deficiency was remedied by a comparative approach to the traditional slate-makers of the Anjou Noir region – a slate country if ever there was one – and, more generally, of northwestern France. While it is clear that the Neolithic builders of Angers were able to develop a local art of monumental dry construction with proximal slate, the architectural type of the tomb poses a problem, as it is more in keeping with the Atlantic than the continental model. Unless we consider that the location of the building on the edge of the Maine River, a likely axis for the circulation of polished jade axes between the Alps and the ocean, bears witness to another stream of influences… from itinerant builders, illustrated by the similarly greenish stone pendants of the late viaticum found in the richest sepulchral chamber. Is this hypothetical techno-cultural crossbreeding the work of a South Armorican people, not only avid for such lithic objects, otherwise more prestigious, but also experienced in dry-stone megalithism as we know it, since its “granite revolution” in the 5th millennium (Carnacan tumuli, cairns in the Morbihan Gulf)? So many fields of research that show the interest to push further the architectural studies of these monuments.



Pour citer cette vidéo

GAUMÉ, Éric. (2021). Le cairn du Château d’Angers (Maine-et-Loire, IVe millénaire av. J.-C.) : quand un savoir-bâtir à sec en ardoise locale intègre un modèle architectural du ponant [Vidéo]. Dans V. Mataouchek, C. Carpentier, M. Bouiron & F. Guyonnet (dir.), Archéologie préventive sur le bâti : actes du 5e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 28-29 oct. 2021, L’Isle-sur-la-Sorgue. <https://sstinrap.hypotheses.org/13120>.


Pour citer ce poster

GAUMÉ, Éric. (2021). Le cairn du Château d’Angers (Maine-et-Loire, IVe millénaire av. J.-C.) : quand un savoir-bâtir à sec en ardoise locale intègre un modèle architectural du ponant [Poster]. Dans V. Mataouchek, C. Carpentier, M. Bouiron & F. Guyonnet (dir.), Archéologie préventive sur le bâti : actes du 5e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 28-29 oct. 2021, L’Isle-sur-la-Sorgue. <https://sstinrap.hypotheses.org/13120>. <hal-03434206>.


Auteurs

Éric Gaumé – Inrap Grand Ouest – eric.gaume@inrap.fr
Cyril Marcigny – Inrap Grand Ouest – UMR 6566 CReAAH – cyril.marcigny@inrap.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search