Approche de l’ancienne église priorale clunisienne de Paray-le-Monial (Saône-et-Loire) par l’étude du sous-sol et des élévations

Par Gilles Rollier

Entre 1998 et 2005, l’ancienne priorale clunisienne de Paray-le-Monial (71) a fait l’objet d’opération archéologiques sur le sous-sol et le bâti. Ces opérations se sont déroulées dans le cadre d’importants réaménagements du bâtiment par le service des Monuments Historiques. Le projet de restauration de Frédéric Didier, ACMH, avait pour ambition de redonner une peau colorée aux parements internes de l’édifice, ceux-ci ayant été mis à pierres nues entre 1925 et 1952. Cette importante modification de l’aspect intérieur était accompagnée de la mise en place d’un chauffage au sol permettant de supprimer un calorifère à air pulsé très polluant. L’analyse archéologique, réalisée par l’Inrap sous le contrôle scientifique du Service Régional de l’archéologie de Bourgogne, s’est déclinée en cinq interventions, trois fouilles et deux études d’élévations, programmées au fur et à mesure de l’avancée des travaux d’aménagement. Les fouilles ont concerné la presque totalité de l’édifice exceptés le déambulatoire, soit une surface de l’ordre de 900 m2. En revanche, il n’était pas d’actualité d’effectuer une analyse exhaustive du sous-sol, les interventions obéissant à un cahier des charges précis limitant les investigations à l’emprise du chauffage au sol, permettant toutefois la réalisation de sondages plus profonds. Ces travaux sur le sous-sol ont permis l’analyse des maçonneries et sols d’une première église romane, consacrée en 1004. Par ailleurs, outre la connaissance de l’évolution des installations liturgiques entre la deuxième moitié du XIIe siècle et le XVIIIe siècle, une partie de la chronologie complexe de l’église romane actuelle a pu être appréhendée. Les données récoltées lors de cette étude du sous-sol ont été suffisamment pertinentes pour que soit envisagé un travail sur les élévations avant que celles-ci ne soient pour longtemps recouvertes. Là-aussi, il ne s’agissait pas d’effectuer une observation complète mais de faire l’analyse d’une partie des élévations comprenant le bras nord du transept, la moitié nord de la nef et le revers de façade, choisis pour leurs intérêts à répondre aux questions concernant l’évolution du chantier de construction. L’ensemble des travaux ont permis d’approcher au mieux le mécanisme d’enveloppement de la première église, consacrée en 1004, par le chantier de l’église actuelle qui début à la fin de l’abbatiat d’Hugues de Semur pour se terminer difficilement dans le premier tiers du XIIIe siècle. Les importants arrêts de chantier voient à chaque fois une réassociation du bâtiment en cours de construction avec les parties non détruites de l’église établies au début du XIe siècle.

Between 1998 and 2005, the former Cluniac priory of Paray-le-Monial (71) was the object of archaeological operations on the basement and the building. These operations took place within the framework of important reorganizations of the building by the service of the Historic Monuments. The restoration project of Frédéric Didier, ACMH, aimed to give a colored skin to the internal facings of the building, which had been exposed between 1925 and 1952. This important modification of the interior aspect was accompanied by the installation of an underfloor heating system, which made it possible to eliminate a very polluting forced-air heating system. The archaeological analysis, carried out by Inrap under the scientific supervision of the Burgundy Regional Archaeology Service, was divided into five interventions, three excavations and two elevation studies, programmed as the development work progressed. The excavations concerned almost the entire building, except for the ambulatory, i.e. an area of about 900 m2. On the other hand, it was not necessary to carry out an exhaustive analysis of the subsoil, as the work was carried out according to precise specifications limiting the investigations to the area of the underfloor heating system, but allowing for deeper soundings to be made. This work on the subsoil allowed the analysis of the masonry and floors of a first Romanesque church, consecrated in 1004. In addition to the knowledge of the evolution of the liturgical installations between the second half of the XIIth century and the XVIIIth century, part of the complex chronology of the present Romanesque church could be apprehended. The data collected during this study of the basement was sufficiently relevant to consider work on the elevations before they were covered up for a long time. Here too, the aim was not to carry out a complete observation but to analyze part of the elevations, including the northern arm of the transept, the northern half of the nave and the reverse side of the façade, chosen for their interest in answering questions concerning the evolution of the construction site. The work as a whole has made it possible to better understand the mechanism of the envelopment of the first church, consecrated in 1004, by the construction site of the present church, which began at the end of the abbatiate of Hugues de Semur and ended with difficulty in the first third of the XIIIth century. The important stops of the building site see each time a reassociation of the building under construction with the non-destroyed parts of the church established at the beginning of the 11th century.




Pour citer cette vidéo

ROLLIER, Gilles. (2021). Approche de l’ancienne église priorale clunisienne de Paray-le-Monial (Saône-et-Loire) par l’étude du sous-sol et des élévations [Vidéo]. Dans V. Mataouchek, C. Carpentier, M. Bouiron & F. Guyonnet (dir.), Archéologie préventive sur le bâti : actes du 5e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 28-29 oct. 2021, L’Isle-sur-la-Sorgue. <https://sstinrap.hypotheses.org/13249>.


Auteur

Gilles Rollier – Inrap Bourgogne Franche-Comté – UMR 5138 ArAr – gilles.rollier@inrap.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search