Système d’architecture civile, système de ville : l’exemple de Metz au Moyen Âge (XIIIe-XVIe s.)

Par Ivan Ferraresso

Près de 40 années d’archéologie du bâti à Metz (Grand-Est, Moselle 57), prescrite exclusivement dans le cadre de diagnostics préalables à la restauration d’édifices, ont fini par porter un regard affiné sur la composante majoritaire d’une agglomération : son architecture civile ainsi que sur sa place dans le dispositif urbain. L’habitat civil, de la maison à l’édifice bourgeois semi publique, en passant par l’immeuble de rapport, s’avère être, sous le prisme de l’archéologie, le catalyseur des évolutions d’une ville comme Metz. Au gré des interventions, l’architecture des messins au XIIIe-XVIe siècle tend à être mieux discriminée, apportant un regard jusque-là méconnu sur des savoir-faire constructifs, traduisant un espace culturel qui reste à circonscrire, tant dans la mise en œuvre structurelle des édifices que dans sa conception esthétique. Sondages après sondages, une économie de la construction se fait progressivement jour, avec ses stratégies d’implantation en fonction des siècles et de la densité urbaine, avec des matériaux de construction témoignant d’approvisionnements parfois insoupçonnés, avec des temps forts de l’aménagement urbain (une place commerciale un jour…), puis ses temps faibles de parcellisation/lotissement d’habitat (…devenant ensemble concerté quelques siècles plus tard). Sans jamais toucher tout à fait la vie quotidienne, les intérieurs domestiques sont aussi à percevoir dans leur relation de voisinage (mitoyennetés fluctuantes), dans les rapports hiérarchiques entre sous-sol et étages nobles, dans les modèles décoratifs et leurs liens aux structures sociales urbaines comme au monde extérieur et à la nature. Se posent alors plusieurs questions : la ville de Metz est-elle un laboratoire architectural civil ? Est-ce un ilot ceinturé par une fortification dans sa région sous le double effet d’une économie de ville épiscopale et d’une république messine par ailleurs ? Seule une confrontation à d’autres agglomérations permettrait d’y répondre, du moins autrement que par le truchement des études comparées d’architecture militaire ou religieuse. C’est à sonder : quel essaimage culturel pourrait revêtir le diagnostic archéologique de maisons au croisement entre Metz, Verdun et Toul ? La carte de répartition des savoir-faire, de l’économie de la construction ou des décors intérieurs serait-elle la même que celle des paroisses, des terres d’empires ou des domaines ducaux ?

Nearly 40 years of building archaeology in Metz (Grand-Est, Moselle 57), exclusively prescribed within the framework of diagnostics prior to the restoration of buildings, have led to a refined look at the majority component of a city: its civil architecture as well as its place in the urban system. The civil habitat, from the house to the semi-public bourgeois building, through the tenement building, proves to be, under the prism of archaeology, the catalyst of the evolutions of a city like Metz. Through the interventions, the architecture of the people of Metz in the 13th-16th century tends to be better identified, providing a hitherto unknown view of constructional know-how, translating a cultural space that remains to be defined, both in the structural implementation of buildings and in their aesthetic design. Survey after survey, an economy of construction is progressively revealed, with its strategies of implantation according to the centuries and the urban density, with building materials testifying to sometimes unsuspected supplies, with strong times of urban development (a commercial square one day…), then its weak times of parceling out/allotment of habitat (…becoming concerted ensemble a few centuries later). Without ever quite touching daily life, domestic interiors are also to be perceived in their relationship with neighbors (fluctuating adjoining buildings), in the hierarchical relationships between basement and noble floors, in the decorative models and their links to urban social structures as well as to the outside world and to nature. Several questions then arise: Is the city of Metz a civil architectural laboratory? Is it an island surrounded by a fortification in its region under the double effect of an economy of an episcopal city and a Messinian republic? Only a confrontation with other agglomerations would make it possible to answer this question, at least other than through comparative studies of military or religious architecture. This is to be probed: what cultural swarming could the archaeological diagnosis of houses at the crossroads between Metz, Verdun and Toul entail? Would the map of distribution of know-how, of the economy of construction or of interior decorations be the same as that of the parishes, the lands of empires or the ducal domains?




Pour citer cette vidéo

FERRARESSO, Ivan. (2021). Système d’architecture civile, système de ville : l’exemple de Metz au Moyen Âge (XIIIe-XVIe s.) [Vidéo]. Dans V. Mataouchek, C. Carpentier, M. Bouiron & F. Guyonnet (dir.), Archéologie préventive sur le bâti : actes du 5e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 28-29 oct. 2021, L’Isle-sur-la-Sorgue. <https://sstinrap.hypotheses.org/13271>.


Auteur

Ivan Ferraresso – Inrap Grand Est – ivan.ferraresso@inrap.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search