La fabrique de l’archéologie sur le bâti : le « pas de côté » qui renouvelle les monuments

Par Caroline Chauveau

Aujourd’hui, force est de constater que les opérations d’archéologie préventive sur le bâti ont donné naissance à une pratique nouvelle et globale, dont la pluridisciplinarité accompagne et enrichit la lecture sédimentaire des sites patrimoniaux. Si la richesse des connaissances issues des « archives du sous-sol » ne sont plus à démontrer, les apports des opérations archéologiques préventives sur le bâti demeurent encore méconnus pour diverses raisons que ce séminaire nous donne à débattre. Toutefois, la concomitance d’une exploration sédimentaire avec une étude de bâti permet de mettre en avant des données complémentaires, souvent tributaires l’une de l’autre. Faire une étude archéologique sur le bâti est déjà pousser la réflexion sur les vestiges enfouis, et l’inverse se vérifie aussi. Cet axiome sera illustré par quelques exemples présentés lors de la communication, diagnostics et fouilles récents (entre 2012 et 2021), et étayé des apports inédits que l’imbrication entre ces deux pratiques a révélés. Quelle que soit la nature du site patrimonial étudié (fortification, château, manoir, édifice religieux, habitat urbain, vestiges ruraux, etc …), l’approche archéologique portant sur le bâti impose des protocoles méthodologiques innovants parallèlement à une indispensable émulation pluridisciplinaire. Cette pratique vise à comprendre l’évolution du site depuis ses origines à nos jours, à appréhender les élévations dans leurs articulations et leurs modifications, à contextualiser les grandes phases d’occupation et à tenter de comprendre comment les espaces construits ont servi aux sociétés du passé. Mais cette pratique sert-elle la société d’aujourd’hui ? Au-delà du renouvellement indéniable de nos connaissances scientifiques (présentées dans la première partie de cette communication), on peut se demander si l’archéologie sur le bâti participe à l’évolution des mentalités actuelles et comment ce processus se constitue. Cette deuxième proposition sera discutée autour d’exemples de sites étudiés et dont les résultats ont été directement – ou pas – intégrés dans les projets de restauration ou d’aménagement qui les ont motivés. Je qualifierai cette deuxième partie de fabrique du bâti, en posant les bases des échanges nécessaires entre les archéologues du bâti et les partenaires du Patrimoine (SRA, CRMH, CMN, ACMH, ABF, UDAP, architectes du Patrimoine, entreprises de restauration, …), à différents niveaux de déclenchement des projets et produisant des effets sur les partis pris de restaurations (restitution possible ou geste architectural contemporain). L’intervention de l’archéologue du bâti se mesure tout autant par la production intellectuelle qui en constitue l’aboutissement le plus connu (rapport final d’opération) que par la trace de son geste qui s’apparente au geste architectural proposé par les maîtres d’œuvre dans leur projet architectural et technique. En ce sens, l’archéologie sur le bâti crée une couche supplémentaire sur les monuments étudiés. En guise d’ouverture à la discussion, je rassemblerai à travers quelques-unes des opérations préventives citées les éléments qui servent au croisement, à mon sens essentiel, entre les résultats d’une étude de bâti, d’une investigation sédimentaire et leur cumul avec les données historiques et planimétriques disponibles afin de constituer un ensemble aujourd’hui cohérent et global pour aborder l’évolution d’un site patrimonial construit et sédimenté.

Today, it is clear that preventive archaeology operations on buildings have given rise to a new and global practice, whose multidisciplinary approach accompanies and enriches the sedimentary reading of heritage sites. If the richness of the knowledge resulting from the “underground archives” is no longer to be demonstrated, the contributions of preventive archaeology operations on buildings are still unknown for various reasons that this seminar gives us to discuss. However, the concomitance of a sedimentary exploration with a study of buildings allows us to put forward complementary data, often dependent on each other. To carry out an archaeological study on the building is already to push the reflection on the buried vestiges, and the reverse is also true. This axiom will be illustrated by some examples presented during the communication, recent diagnoses and excavations (between 2012 and 2021), and supported by the new contributions that the interweaving of these two practices has revealed. Whatever the nature of the heritage site studied (fortification, castle, manor house, religious building, urban habitat, rural remains, etc …), the archaeological approach on the building requires innovative methodological protocols in parallel with an essential multidisciplinary emulation. This practice aims to understand the evolution of the site from its origins to the present day, to apprehend the elevations in their articulations and their modifications, to contextualize the great phases of occupation and to try to understand how the built spaces served the societies of the past. But does this practice serve today’s society? Beyond the undeniable renewal of our scientific knowledge (presented in the first part of this paper), we can ask ourselves if archaeology on the built environment participates in the evolution of current mentalities and how this process is constituted. This second proposition will be discussed around examples of sites studied and whose results have been directly – or not – integrated into the restoration or development projects that motivated them. I will describe this second part as the “manufacture of the built environment”, by laying the foundations for the necessary exchanges between archaeologists of the built environment and heritage partners (SRA, CRMH, CMN, ACMH, ABF, UDAP, heritage architects, restoration companies, etc.), at different levels of project initiation and producing effects on the restoration choices (possible restitution or contemporary architectural gesture) The intervention of the building archaeologist is measured as much by the intellectual production which constitutes the most known outcome (final report of the operation) as by the trace of his gesture which is similar to the architectural gesture proposed by the project managers in their architectural and technical project. In this sense, archaeology on the building creates an additional layer on the studied monuments. As an opening to the discussion, I will bring together, through some of the preventive operations mentioned, the elements that serve to cross-reference, in my opinion essential, the results of a study of the building, of a sedimentary investigation and their accumulation with the historical and planimetric data available in order to constitute a coherent and global whole today to approach the evolution of a built and sedimented heritage site.




Pour citer cette vidéo

CHAUVEAU, Caroline. (2021). La fabrique de l’archéologie sur le bâti : le « pas de côté » qui renouvelle les monuments [Vidéo]. Dans V. Mataouchek, C. Carpentier, M. Bouiron & F. Guyonnet (dir.), Archéologie préventive sur le bâti : actes du 5e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 28-29 oct. 2021, L’Isle-sur-la-Sorgue. <https://sstinrap.hypotheses.org/13276>.


Auteur

Caroline Chauveau – Inrap Grand Ouest – caroline.chauveau@inrap.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search