Les cadastres napoléoniens et les plans par masses de cultures au croisement des recherches archéologiques de terrain

Session 1 : Prescription, typologie des sources et contextualisation des usages documentaires

Par Jean-Louis Bernard



Résumé / Abstract

La mise en place d’une cadastration universelle à vocation fiscale concernant l’ensemble du territoire français a été lancée sous le Premier Empire et achevée sous la Restauration. Elle avait été précédée dans certaines communes test par les plans par masses de cultures réalisés sous le règne de Louis XVI. Cette première mission cadastrale témoigne d’une occupation du sol directement issue de l’Ancien Régime. Elle plaque toutefois une nouvelle réalité juridique (le droit foncier est désormais fondé sur le principe de la propriété individuelle de la parcelle) sur un terroir jusque-là divisé en fiefs, cens et tenures. Cette source cartographique bien connue des archéologues présente de nombreux intérêts : fiabilité technique et précision des représentations (cartes réalisées par des géomètres) ; sincérité des descriptions (document normatif à vocation fiscale) ; unité d’assiette géographique (la commune : tout le territoire du pays est couvert sans aucun oubli) ; rapidité d’exécution (la mission cadastrale dure environ un an pour une commune). Les transformations récentes du paysage (grands remembrements agraires au milieu du XXe s. dus à la généralisation du tracteur, plans d’aménagement du territoire à partir des années 1960) ont provoqué la disparition de nombreuses composantes du paysage ancien. On tentera de montrer qu’il est possible d’effectuer une analyse régressive des plans parcellaires anciens afin de tenter de dégager les tendances fortes ayant présidé à la formation du terroir sur le temps très long. Le résultat final du traitement graphique sera contraint par de nombreuses limites méthodologiques mais il constituera un document d’évaluation qui devra être abondé par les données de l’archéologie de terrain. À travers plusieurs expériences menées depuis 10 ans, on montrera que la fiabilité des résultats varie fortement en fonction des particularités du terroir, de l’existence de données issues de fouilles sur de très vastes surfaces et du choix de l’aire d’étude qui est d’autant plus pertinente qu’elle s’étend sur plusieurs communes. On illustrera la présentation par des exemples concernant les terroirs de Méaulte (Somme) et la Chaise-Dieu (Haute-Loire), et par les recherches en cours sur la moyenne vallée de l’Oise entre Noyon et Compiègne dans le cadre des interventions archéologiques sur le tracé du futur canal Seine-Nord.

Mots-clés : Méaulte, La Chaise-Dieu, Montmacq, Cambronne, Bresles, cadastre napoléonien, analyse régressive, archéologie du terroir, plan parcellaire

Napoleonic cadastres and plans of cultivated areas at the crossroads of archaeological fieldwork

The establishment of a universal cadastration for tax purposes concerning the entire French territory was launched during the First Empire and completed during the Restoration. It had been preceded in certain test communes by plans by masses of crops carried out under the reign of Louis XVI. This first cadastral mission testifies to a land use directly resulting from the Ancien Régime. However, it introduced a new legal reality (land law was henceforth based on the principle of individual ownership of the parcel) on a territory that had been divided into fiefs, censes and tenures. This cartographic source, well known to archaeologists, had many advantages: technical reliability and precision of the representations (maps made by surveyors); sincerity of the descriptions (a normative document with a fiscal vocation); geographical unit of assessment (the commune: the entire territory of the country is covered without any omissions); speed of execution (the cadastral mission lasts approximately one year for a commune). The recent transformations of the landscape (large-scale land consolidation in the middle of the 20th century due to the generalization of the tractor, land development plans from the 1960s onwards) have caused the disappearance of many components of the ancient landscape. We will try to show that it is possible to carry out a regressive analysis of the old parcel plans in order to try to identify the strong tendencies which presided over the formation of the land over a very long time. The final result of the graphic treatment will be constrained by numerous methodological limits, but it will constitute an evaluation document that will have to be supplemented by data from field archaeology. Through several experiments carried out over the last 10 years, we will show that the reliability of the results varies greatly depending on the particularities of the land, the existence of data from excavations on very large areas and the choice of the study area, which is all the more relevant as it extends over several communes. The presentation will be illustrated by examples concerning the terroirs of Méaulte (Somme) and La Chaise-Dieu (Haute-Loire), and by the research underway in the middle valley of the Oise between Noyon and Compiègne in the context of archaeological interventions on the route of the future Seine-North canal.

Keywords: Méaulte, La Chaise-Dieu, Montmacq, Cambronne, Bresles, Napoleonic cadastre, regression analysis, land archaeology, plot plan


Pour citer cette communication

BERNARD, Jean-Louis. (2022). Les cadastres napoléoniens et les plans par masses de cultures au croisement des recherches archéologiques de terrain. Dans M. Bouiron, C. Carpentier, L. Faivre d’Arcier, S. Gaime, M. Goy & A. Pariente (dir.), Études documentaires et études d’archives en archéologie préventive : actes du 6e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 3-4 nov. 2022, Lyon. DOI : 10.34692/7wqg-mx62.


Auteur

Jean-Louis Bernard, Inrap, jean-louis.bernard@inrap.fr



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Inrap (2 décembre 2022). Les cadastres napoléoniens et les plans par masses de cultures au croisement des recherches archéologiques de terrain. Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uk0l


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search