Les temps de l’étude archéogéographique en contexte préventif : retour d’expérience en Île-de-France

Session 1 : Prescription, typologie des sources et contextualisation des usages documentaires

Par Émilie Cavanna



Résumé / Abstract

Alors que les études dites « documentaires » ou « d’archives » deviennent quasi systématiques pour les sites médiévaux ou modernes fouillés en contexte préventif, la prescription d’études archéogéographiques reste relativement rare et réservée aux sites considérés comme exceptionnels du point de vue de la surface investiguée et/ou de leur importance historique. Le potentiel informatif des études archéogéographiques semble donc encore à démontrer, dans le cadre opérationnel ordinaire de l’archéologie préventive. Pourtant, les études de cas le montrent en Ile-de-France comme ailleurs : les opérations de compilation, spatialisation et confrontation des documentations planimétriques, archéologiques et écrites produisent – à des échelles différentes de celles de l’emprise fouillée – une masse d’informations inédites qui nourrissent l’interprétation archéologique du site, en le réinsérant dans l’histoire du territoire sur la longue durée. L’objectif de la communication n’est pas de lister les atouts de l’expertise archéogéographique lorsqu’elle est inscrite dans le projet d’intervention scientifique, mais d’aborder sa pratique concrète, en milieu rural et urbain, notamment sous l’angle des « temps » de l’étude – c’est-à-dire en amont / aval des diagnostics ou fouilles, et selon la durée évaluée/effective en jours/hommes. En contexte préventif, ces deux paramètres conditionnent fortement les problématiques abordées et les sources exploitées (notamment les actes médiévaux et modernes), qui elles-mêmes déterminent la résolution des informations et, par conséquent, la plus-value scientifique pour le responsable d’opération. Cette communication est envisagée comme un retour d’expérience et un bilan des collaborations entre archéologues et archéogéographes à partir de quelques dossiers[1] illustrant l’articulation possible entre les archives sédimentaires et archivistiques au sens large. Elle repose sur quinze ans de pratique de l’archéogéographie en Île-de-France, auprès de différents opérateurs d’archéologie préventive (Inrap et collectivités territoriales).

Mots-clés : archéogéographie, prescription, longue durée, territoire, planimétries, archives, amont/aval des opérations, jours-hommes

[1] Études archéogéographiques citées : Inrap-CIF : étude de la Ferme du Colombier de Varennes-sur-Seine (77, resp. Séverine Hurard), du Fort St-Sébastien et de la forêt de Saint-Germain-en-Laye (78, resp. Séverine Hurard), de l’hôtel dit de Tanguy du Châtel, rue de la Verrerie (Paris, resp. François Renel) ; SDAVO (95) : étude de la Ferme de la Siaule à Jouy-le-Moutier (resp. Aurélien Lefeuvre) et du Quartier Bossut de Pontoise (resp. Aurélien Lefeuvre) ; DHAAP (75) : étude de l’hôtel Amelot de Bisseuil, rue Vieille-du-Temple (resp. Julien Avinain) et du collège de Cluny, rue Cujas (resp. David Couturier, en cours).

Archaeogeographic studies times in a preventive context: feedback from the Île-de-France region

While so-called “documentary” or “archival” studies are becoming almost systematic for medieval or modern sites excavated in a preventive context, the prescription of archaeogeographic studies remains relatively rare and reserved for sites considered exceptional from the point of view of the surface investigated and/or their historical importance. The informative potential of archaeogeographic studies thus seems to have yet to be demonstrated, in the ordinary operational framework of preventive archaeology. However, case studies in the Ile-de-France region, as elsewhere, show that the compilation, spatialization and comparison of planimetric, archaeological and written documentation produce – at scales different from those of the excavated area – a mass of unpublished information that feeds the archaeological interpretation of the site, by reinserting it into the long-term history of the territory. The aim of this paper is not to list the advantages of archaeogeographic expertise when it is part of a scientific intervention project, but to address its concrete practice, in rural and urban environments, particularly from the point of view of the “time” of the study – i.e., upstream/downstream of diagnoses or excavations, and according to the duration evaluated/effective in days/men. In a preventive context, these two parameters strongly condition the problems tackled and the sources exploited (in particular medieval and modern acts), which themselves determine the resolution of the information and, consequently, the scientific added value for the operation manager. This communication is envisaged as a return of experience and an assessment of the collaborations between archaeologists and archaeogeographers based on a few files illustrating the possible articulation between sedimentary and archival archives in the broad sense. It is based on fifteen years of practice in archaeogeography in Île-de-France, with various preventive archaeology operators (Inrap and local authorities).

Keywords: archaeogeography, prescription, long-term, territory, planimetries, archives, upstream/downstream operations, man-days


Pour citer cette communication

CAVANNA, Émilie. (2022). Les temps de l’étude archéogéographique en contexte préventif : retour d’expérience en Île-de-France. Dans M. Bouiron, C. Carpentier, L. Faivre d’Arcier, S. Gaime, M. Goy & A. Pariente (dir.), Études documentaires et études d’archives en archéologie préventive : actes du 6e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 3-4 nov. 2022, Lyon. DOI : 10.34692/z86e-gn89.


Auteur

Émilie Cavanna, Département d’Histoire de l’Architecture et d’Archéologie de Paris, emilie.cavanna@paris.fr



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Inrap (2 décembre 2022). Les temps de l’étude archéogéographique en contexte préventif : retour d’expérience en Île-de-France. Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uk0n


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search