L’approche documentaire des couvents de Lille (XIVe-XIXe siècles)

Session 2 : Apport des études documentaires aux opérations archéologiques

Par Christine Cercy



Résumé / Abstract
Cercy_Doc_couvents_Lille_SST6_Inrap_2022

Avant la fin du XVe siècle, la ville de Lille compte une demi-douzaine de couvents et de nombreuses fondations charitables, la plupart implantées intra-muros. Au cours du premier tiers du XVIIe siècle la ville s’agrandit d’une cinquantaine d’hectares et le nombre de couvents se multiplie pour contrer l’avancée de la Réforme. De cette trentaine de couvents, il ne subsiste plus aujourd’hui que trois églises modernes (Carmes, Carmes Déchaussés et Jésuites). Trois couvents lillois complètement disparus ont été fouillés et documentés depuis les années 1980 : les Urbanistes, les Pauvres-Claires, et les Dominicaines de l’Abbiette. Ce poster propose un tour d’horizon de la documentation dans les fonds locaux (AD Nord, AM Lille, BM Lille, Palais des Beaux-Arts)1 susceptibles d’éclairer le sujet. Les archives départementales du Nord sont toujours sollicitées en premier. Les fonds des couvents et hôpitaux lillois (en séries H, AH) y sont conservés avec des fortunes diverses et sont complétés avec profit par les fonds des archives municipales. Ces derniers, classés selon une logique propre, éclairent essentiellement les rapports entre la communauté étudiée et l’échevinage : modalités de l’installation, mitoyennetés, extensions, transformations… Les documents révolutionnaires assoient avec précision la date de départ des religieux et les inventaires souvent très précis donnent une bonne image de l’organisation et du mobilier d’un établissement religieux à la fin du XVIIIe siècle. Couplés aux actes de ventes reportés dans les fonds de l’Enregistrement et aux matrices cadastrales, ces sources permettent de retracer ce qu’il advient de ces vastes terrains dans la ville dense et industrieuse du XIXe siècle. La manière d’exploiter la documentation va évidemment varier selon les moyens et le temps imparti à l’étude. Les travaux du chanoine Platelle et d’A. Lottin constituent la base de départ pour toute enquête sur le sujet. Le géoréférencement, depuis une dizaine d’années, des feuilles cadastrales, des cartons de sol du plan-relief2, des emprises de ressources planimétriques d’Ancien Régime permet un gain de temps, une fois relié à un SIG alimenté par les tracés des enceintes, la localisation des établissements religieux, l’emprise des paroisses… Néanmoins, le dépouillement des fonds d’archives et la transcription partielle de sources choisies, dont les Mémoriaux et la comptabilité, constitue à nos yeux un travail indispensable pour éclairer les vestiges mis au jour lors des diagnostics ou des fouilles et proposer une première prosopographie des religieux, à même de renseigner les liens interpersonnels entre les membres d’une communauté donnée, les édiles et le patriciat urbain.

Mots-clés : archéologie urbaine, archives, cartographie, Contre-Réforme, couvents, établissements religieux, hospices et établissements charitables, Mémoriaux, SIG, traitement de la documentation

1 – Il ne sera pas fait question ici de sources complémentaires conservées dans les dépôts belges.
2 – La ville de Lille a conservé son plan-relief de 1745, mais les aléas de sa conservation font que nombre des établissements religieux ont fréquemment disparu de la maquette. La restauration récente des plans-reliefs du PBA a entraîné une couverture photographique exhaustive, à laquelle nous pouvons avoir accès.

The documentary approach to the convents of Lille (14th-19th centuries)

Before the end of the 15th century, the city of Lille had half a dozen convents and numerous charitable foundations, most of which were located within the city limits. During the first third of the 17th century, the city expanded by about 50 hectares and the number of convents multiplied to counter the advance of the Reformation. Of these thirty or so convents, only three modern churches remain today (Carmelites, Discalced Carmelites and Jesuits). Three completely disappeared convents in Lille have been excavated and documented since the 1980s: the Urbanists, the Poor Clares, and the Dominican Sisters of the Abbiette. This poster proposes an overview of the documentation in the local collections (AD Nord, AM Lille, BM Lille, Palais des Beaux-Arts) likely to shed light on the subject. The departmental archives of the Nord are always the first to be consulted. The funds of the convents and hospitals of Lille (in series H, AH) are preserved there with varying fortunes and are profitably completed by the funds of the municipal archives. The latter, classified according to their own logic, essentially shed light on the relationship between the community studied and the aldermanic authorities: installation methods, adjoining buildings, extensions, transformations, etc. Revolutionary documents precisely establish the date of departure of the monks, and the inventories, which are often very precise, give a good picture of the organization and furnishings of a religious establishment at the end of the 18th century. Coupled with the deeds of sale reported in the registration funds and the cadastral matrices, these sources allow us to trace what happened to these vast plots of land in the dense and industrious city of the 19th century. The way in which the documentation was used obviously varied according to the means and time available for the study. The works of Canon Platelle and A. Lottin constitute the starting point for any investigation on the subject. The georeferencing, for the last ten years, of cadastral sheets, floor maps of the plan-relief. The use of a GIS, which is fed by the layout of the enclosures, the location of the religious establishments, the parishes, etc., allows us to save time. Nevertheless, the examination of the archives and the partial transcription of selected sources, including the Memorials and the accounts, constitutes in our opinion an essential work to shed light on the vestiges brought to light during the diagnoses or the excavations and to propose a first prosopography of the religious, capable of informing the interpersonal links between the members of a given community, the town councillors and the urban patrician.

Keywords: urban archaeology, archives, cartography, Counter-Reformation, convents, religious establishments, hospices and charitable establishments, Memorials, GIS, document processing


Pour citer cette communication et ce poster

CERCY, Christine. (2022). L’approche documentaire des couvents de Lille (XIVe-XIXe siècles) [Vidéo]. Dans M. Bouiron, C. Carpentier, L. Faivre d’Arcier, S. Gaime, M. Goy & A. Pariente (dir.), Études documentaires et études d’archives en archéologie préventive : actes du 6e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 3-4 nov. 2022, Lyon. DOI : 10.34692/qrvb-q279.

CERCY, Christine. (2022). L’approche documentaire des couvents de Lille (XIVe-XIXe siècles) [Poster]. Dans M. Bouiron, C. Carpentier, L. Faivre d’Arcier, S. Gaime, M. Goy & A. Pariente (dir.), Études documentaires et études d’archives en archéologie préventive : actes du 6e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 3-4 nov. 2022, Lyon. DOI : 10.34692/9xd1-2e33. <hal-03927489>.


Auteur

Christine Cercy, Inrap, christine.cercy@inrap.fr




Citer ce billet
Inrap (2022, 13 décembre). L’approche documentaire des couvents de Lille (XIVe-XIXe siècles). Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uk0v

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search