Les vestiges médiévaux de la maison de Châtillon dans l’îlot de la Vieille Porte à Belley (Ain) : dialogue entre sources archéologiques et sources d’archives

Par Michel Goy et Cédric Mottier



Résumé

La fouille de l’Îlot Vieille Porte à Belley (Ain) en 2017 et 2018 a permis d’étudier les vestiges médiévaux et moderne de la maison de Châtillon et de ses abords et de contribuer à l’histoire de la cité épiscopale de Belley entre 1289 et 1624. L’attribution de cette maison urbaine se fonde sur des sources jusqu’alors inusitées. Ce bâtiment situé aux abords de la porte de l’Arc et de l’enceinte médiévale, a entièrement disparu après l’installation des Visitandines en 1622, dans ce qu’il restait de la maison ruinée de Châtillon. L’ampleur des travaux réalisée par les Visitandines reste inconnue à leur arrivée, puisqu’il n’existe aucun compte de construction d’une part et d’autre part parce que la maison a été détruite par un incendie en 1651, puis intégrée selon le nouveau plan conventuel. Une partie de ces comptes de construction a pu être retrouvée dans un registre de recettes et de quittances qui s’étale entre 1665 et 1674. L’examen des documents d’archives et de l’iconographie portant sur la « grande maison » à travers des sources inusitées apporte leur contribution à l’histoire de la ville et à la mainmise des comtes de Savoie sur la cité épiscopale à la fin du XIIIe siècle, puis à la cession et l’inféodation de la grande maison en 1357, à Guillaume de Châtillon à charge pour lui de la fortifier. L’examen de ces documents et l’analyse archéologique des vestiges subsistants a permis d’accroître nos connaissances sur ces demeures médiévales urbaines. L’apport de ces sources d’archives apportent leur contribution à l’histoire urbaine de la cité dans laquelle la maison de Châtillon s’insère. La contribution de l’historien moderniste à l’étude archéologique s’est faite par une prise en contact entre des chercheurs locaux (Abis) et l’archéologue responsable du chantier de fouille, à l’occasion d’une visite de chantier. L’archéologue dans le cadre des moyens dévolus à la phase d’étude n’a pu accéder qu’au fonds concernant les religieuses visitandines conservées aux archives départementales de l’Ain, alors que l’historien a pu élargir le champ de l’étude archéologique et historique de la grande maison médiévale des Bovards à la tour de Châtillon avant sa vente en 1622 aux visitandines.

The excavation of the Îlot Vieille Porte in Belley (Ain) in 2017 and 2018 made it possible to study the medieval and modern remains of the Maison de Châtillon and its surroundings and to contribute to the history of the episcopal city of Belley between 1289 and 1624. The attribution of this urban house is based on hitherto unknown sources. This building, located on the outskirts of the Porte de l’Arc and the medieval enclosure, disappeared entirely after the Visitandines moved in in 1622, in what remained of the ruined house of Châtillon. The extent of the work carried out by the Visitandines remains unknown on their arrival, since there are no construction accounts on the one hand, and on the other because the house was destroyed by fire in 1651, and then integrated according to the new conventual plan. Part of these building accounts could be found in a register of receipts and discharges which runs from 1665 to 1674. The examination of archival documents and iconography relating to the “great house” through unusual sources contributes to the history of the town and to the control of the counts of Savoy over the episcopal city at the end of the 13th century, and then to the transfer and inféodation of the great house in 1357 to Guillaume de Châtillon on the condition that he fortify it. The examination of these documents and the archaeological analysis of the surviving remains has increased our knowledge of these medieval urban dwellings. The contribution of these archival sources to the urban history of the city in which the house of Châtillon is located. The contribution of the modernist historian to the archaeological study was made through contact between local researchers (Abis) and the archaeologist in charge of the excavation site, on the occasion of a site visit. The archaeologist, within the framework of the resources allocated to the study phase, was only able to access the collection concerning the Visitation nuns kept in the Ain departmental archives, whereas the historian was able to broaden the scope of the archaeological and historical study of the large medieval house of the Bovards to the Châtillon tower before it was sold to the Visitandines in 1622. [Translated with DeepL]


Pour citer cette vidéo

GOY, Michel & MOTTIER, Cédric. (2022).Les vestiges médiévaux de la maison de Châtillon dans l’îlot de la Vieille Porte à Belley (Ain) : dialogue entre sources archéologiques et sources d’archives [Vidéo]. Dans M. Bouiron, C. Carpentier, L. Faivre d’Arcier, S. Gaime, M. Goy & A. Pariente (dir.), Études documentaires et études d’archives en archéologie préventive : actes du 6e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 3-4 nov. 2022, Lyon. <https://sstinrap.hypotheses.org/15384>.


Auteurs

Michel Goy – Inrap – michel.goy@inrap.fr
Cédric Mottier – Université Savoie Mont Blanc – cedric.mottier@libertysurf.fr



Citer ce billet
Inrap (2023, 16 janvier). Les vestiges médiévaux de la maison de Châtillon dans l’îlot de la Vieille Porte à Belley (Ain) : dialogue entre sources archéologiques et sources d’archives. Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uk11

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search