Les archives « ordinaires » au service de l’archéologie du bâti : l’exemple de quelques châteaux comtois à l’Époque moderne

Par Marie-Aude Schittly, avec la collaboration de Maëlle Chevalier



Résumé

Territoire à forte densité castrale, la Franche-Comté bénéficie d’un important programme de valorisation scientifique de ses châteaux depuis les années 1980. La mise en place d’enquêtes systématiques et la création d’un PCR sur le sujet a abouti à la production de nombreuses études du bâti et sédimentaires qui se poursuivent, pour certaines, encore actuellement. Les archives étaient alors déjà au centre des préoccupations mais ces dépouillements initiaux se sont en premier lieu concentrés sur les origines des édifices, la compréhension de l’évolution seigneuriale ou les familles aristocratiques. Aujourd’hui, la reprise de plusieurs études s’attache à apporter un éclairage nouveau sur la matérialité des édifices en se focalisant sur les « écritures ordinaires » (Paul Bertrand), ou archives de gestion. Récemment, deux édifices ont bénéficié de cette démarche : le château de Granges-le-Bourg (Haute- Saône – 70) et celui de Scey (Chassagne-Saint-Denis – Doubs – 25). L’étude du site de Granges est totalement inédite et présente un corpus documentaire d’une richesse inégalée : plus de 300 de comptabilité presque ininterrompue, des pièces iconographiques, des inventaires, etc. L’analyse s’est concentrée sur les 137 documents comptables recouvrant la période du XVe au XVIIe siècles. Alors que l’édifice castral est peu conservé et l’analyse archéologique à peine amorcée, cette série documentaire apporte plus de 500 mentions sur des éléments constitutifs et constructifs du château. Cet exemple de Granges a pu être mis en résonnance avec d’autres édifices comtois, comme celui de Montbéliard (25) qui est sous la même influence politique, Scey (25) pour lequel une reprise de toutes les données archéologiques et historiques est en cours, Chevreaux (39) pour lequel la reprise archivistique a été d’autant plus encouragée suite à des incohérences perçues pendant les phases de terrain, ou encore Gray (70) sur lequel un projet de réaménagement de charpente à l’ancienne est envisagé. Les résultats obtenus sur ces six sites qui couvrent tous les départements francs-comtois encouragent la poursuite et la systématisation d’une reprise archivistique pour une meilleure compréhension du bâti. Ils démontrent également l’intérêt d’une approche interdisciplinaire dans la connaissance d’un édifice médiéval ainsi que la complémentarité des archives et des études bâties et sédimentaires pouvant, à terme, encourager à repenser la logique d’élaboration des projets scientifiques en milieu préventif.

Franche-Comté, a region with a high density of castles, has benefited from a major scientific program to promote its castles since the 1980s. The implementation of systematic surveys and the creation of a PCR on the subject have led to the production of numerous studies of the building and sedimentary materials, some of which are still being carried out today. The archives were already at the center of the preoccupations, but these initial examinations concentrated primarily on the origins of the buildings, the understanding of the seigneurial evolution or the aristocratic families. Today, the resumption of several studies is intended to shed new light on the materiality of the buildings by focusing on the “ordinary writings” (Paul Bertrand), or management archives. Recently, two buildings have benefited from this approach: the castle of Granges-le-Bourg (Haute-Saône – 70) and that of Scey (Chassagne-Saint-Denis – Doubs – 25). The study of the Granges site is completely new and presents a documentary corpus of unequalled richness: more than 300 almost uninterrupted accounts, iconographic pieces, inventories, etc. The analysis focused on the 137 accounting documents covering the period from the 15th to the 17th centuries. While the castle building is poorly preserved and the archaeological analysis has barely begun, this documentary series provides more than 500 references to the castle’s constituent and constructive elements. This example of Granges could be compared with other buildings in the Comtois region, such as that of Montbéliard (25), which is under the same political influence, Scey (25), for which all the archaeological and historical data is being reexamined, Chevreaux (39), for which archival reexamination has been further encouraged by the inconsistencies perceived during the fieldwork, and Gray (70), for which a project to redevelop the old-style framework is being considered. The results obtained on these six sites, which cover all the departments of the Franche-Comté region, encourage the continuation and systematization of an archival recovery for a better understanding of the building. They also demonstrate the interest of an interdisciplinary approach in the knowledge of a medieval building as well as the complementarity of archives and built and sedimentary studies which can, in the long run, encourage a rethinking of the logic of elaboration of scientific projects in a preventive environment. [Translated with DeepL]


Pour citer cette vidéo

SCHITTLY, Marie-Aude, CHEVALIER, Maëlle (collab.). (2022). Les archives « ordinaires » au service de l’archéologie du bâti : l’exemple de quelques châteaux comtois à l’Époque moderne [Vidéo]. Dans M. Bouiron, C. Carpentier, L. Faivre d’Arcier, S. Gaime, M. Goy & A. Pariente (dir.), Études documentaires et études d’archives en archéologie préventive : actes du 6e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 3-4 nov. 2022, Lyon. <https://sstinrap.hypotheses.org/15730>.


Auteurs

Marie-Aude Schittly – Université de Strasbourg – maschittly@hotmail.fr
Maëlle Chevalier – Arkedoc


Note

Archéologie programmée pour Granges, Chevreaux et Scey (NEA, Amis de Chevreaux Chatel, Communauté de commune du Pays d’Ornans) ; Eveha pour Montbéliard et Gray.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Inrap (19 janvier 2023). Les archives « ordinaires » au service de l’archéologie du bâti : l’exemple de quelques châteaux comtois à l’Époque moderne. Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uk15


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search