Issoudun, la fouille du grand cimetière et ses sépultures de catastrophe : l’étude des registres paroissiaux

Par Pascal Poulle



Résumé

En 2002, la fouille dirigée par Philippe Blanchard avec Isabelle Souquet-Leroy et Dominique Castex sur le site du futur centre de l’image à Issoudun a conduit à la découverte dans ce qui était le grand cimetière de la ville, de fosses à inhumations multiples dites de catastrophes. À deux périodes distinctes, postérieures au grand incendie de la ville en 1651, on a eu recours à de telles pratiques funéraires. La première était représentée par douze fosses, la seconde par deux fosses. Certaines contenaient jusqu’à 23 individus. Le terrain achevé, d’importants moyens sont débloqués pour des recherches en archives avec deux objectifs : comprendre quand et comment le grand cimetière d’Issoudun a été établi et a évolué, et trouver les épisodes de mortalité susceptibles d’expliquer la présence de ces fosses. Répondre à cette dernière question impliquait un travail sur les registres paroissiaux de la plus grosse paroisse de la ville, Saint-Cyr qui représentait près de 80 % de la population. Les travaux de Jean Gerbier un historien issoldunois qui avait abordé les épidémies de peste de 1636-1637, la Fronde, une épidémie de variole en 1658 et le début de la crise de 1661 nous ont permis de nous concentrer sur les épisodes de mortalité de la fin du règne de Louis XIV, 1693 et 1709. L’étude a pris en compte aussi bien les décès que les mariages et les naissances selon une méthode établie en concertation avec les anthropologues ; un dénombrement mensuel pour chaque année en distinguant les hommes des femmes et les adultes des immatures, en vue d’établir des comparaisons entre la population des registres et celle des fosses. Pour mois où les décès étaient particulièrement nombreux, le dénombrement devenait quotidien avec la constitution de listes nominales des défunts. Les résultats obtenus ont permis d’écarter la variole de 1658 et se sont révélés particulièrement significatifs pour les années 1693 et 1709. Une fois les crises bien établies, le travail s’est poursuivi jusqu’à obtenir une courbe complète de 1685 à 1720 avec quelques sondages pour la période qui précède. Des dénombrements ont été aussi entrepris dans les registres des trois autres paroisses de la ville. Les délibérations municipales et des sources fiscales – les rôles de la capitation de 1701 et 1709 – ont également été exploitées. Le rapport final d’opération achevé en 2011 posait de nombreuses questions et ouvrait de belles perspectives de recherches en archéologie et anthropologie funéraire comme en archives.

In 2002, the excavation directed by Philippe Blanchard with Isabelle Souquet-Leroy and Dominique Castex on the site of the future image centre in Issoudun led to the discovery of multiple burial pits, known as catastrophe pits, in what used to be the town’s large cemetery. In two distinct periods, after the great fire of the town in 1651, such burial practices were used. The first was represented by twelve pits, the second by two pits. Some of them contained up to 23 individuals. Once the site was completed, significant resources were made available for archival research with two objectives: to understand when and how the great cemetery of Issoudun was established and evolved, and to find the episodes of mortality likely to explain the presence of these pits. Answering this last question involved working on the parish registers of the town’s largest parish, Saint-Cyr, which represented nearly 80% of the population. The work of Jean Gerbier, a historian from Issold, who had dealt with the plague epidemics of 1636-1637, the Fronde, a smallpox epidemic in 1658 and the beginning of the crisis in 1661, enabled us to focus on the mortality episodes at the end of the reign of Louis XIV, 1693 and 1709. The study took into account deaths as well as marriages and births according to a method established in consultation with anthropologists; a monthly count for each year distinguishing between males and females and adults and immatures, in order to establish comparisons between the population in the registers and that in the pits. For months when deaths were particularly numerous, the enumeration became daily with the constitution of nominal lists of the deceased. The results obtained made it possible to rule out the smallpox of 1658 and proved particularly significant for the years 1693 and 1709. Once the crises were well established, the work continued until a complete curve was obtained from 1685 to 1720 with some surveys for the preceding period. Counts were also undertaken in the registers of the other three parishes in the town. Municipal deliberations and tax sources – the capitation rolls of 1701 and 1709 – were also exploited. The final report of the operation, completed in 2011, raised many questions and opened up promising research prospects in archaeology and funerary anthropology as well as in archives. [Translated with DeepL]


Pour citer cette vidéo et ce poster

POULLE, Pascal. (2022). Issoudun, la fouille du grand cimetière et ses sépultures de catastrophe : l’étude des registres paroissiaux [Vidéo]. Dans M. Bouiron, C. Carpentier, L. Faivre d’Arcier, S. Gaime, M. Goy & A. Pariente (dir.), Études documentaires et études d’archives en archéologie préventive : actes du 6e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 3-4 nov. 2022, Lyon. <https://sstinrap.hypotheses.org/16109>.

POULLE, Pascal. (2023). Le grand cimetière d’Issoudun et ses sépultures de catastrophe : l’apport de l’étude des registres paroissiaux [Poster]. Dans M. Bouiron, C. Carpentier, L. Faivre d’Arcier, S. Gaime, M. Goy & A. Pariente (dir.), Études documentaires et études d’archives en archéologie préventive : actes du 6e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 3-4 nov. 2022, Lyon. <https://sstinrap.hypotheses.org/16109>. <hal-03982741>.


Auteur

Pascal Poulle – Inrap – pascal.poulle@inrap.fr



Citer ce billet
Inrap (2023, 24 janvier). Issoudun, la fouille du grand cimetière et ses sépultures de catastrophe : l’étude des registres paroissiaux. Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uk1d

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search