Vestiges de guerre et archives militaires : vers une typochronologie des formes de retranchements au cours des conflits contemporains

Par Gwénaël Mercé



Résumé

Une synthèse concernant les vestiges du camp retranché de Paris (CRP) a été l’occasion de compiler les diverses formes de fortifications de campagne mis en œuvre pour la défense de la capitale lors de la Première Guerre mondiale. Les données issues d’opérations archéologiques préventives ont pu être croisées avec les archives militaires conservées par le Service historique de la Défense ; ces dernières, pléthoriques mais rendues abordables par divers inventaires, contiennent notamment des informations relatives à la chronologie d’édification des ouvrages défensifs (parfois au jour près) ou aux modèles théoriques présidant à leur construction. Ainsi, une évolution rapide des formes des tranchées d’infanterie a pu être perçue dans les premiers mois de la guerre avec une harmonisation progressive vers un modèle unique, la tranchée à traverses. Ce type de tranchée est bien caractéristique de la Première Guerre mondiale et souvent reconnu par l’archéologie au-delà de l’Île-de-France dans les zones de front. Un approfondissement des recherches en archives a par ailleurs permis de montrer que ce modèle avait été emprunté aux Allemands par les militaires français. L’extension des recherches aux autres conflits contemporains (guerre de 1870-1871 et Deuxième Guerre mondiale), reposant toujours sur un dialogue constant entre vestiges et archives, tend à montrer que les formes de retranchement diffèrent selon les guerres. Ce constat, n’ayant a priori rien d’inédit pour les historiens militaires, rend toutefois possible l’établissement d’une première typochronologie restant à éprouver. Elle est à considérer non comme une fin en soi, mais comme un outil permettant d’affiner nos interprétations des vestiges martiaux, particulièrement dans les cas où ceux-ci restent peu documentés par d’autres sources. Un exemple choisi concernant la Première Guerre mondiale et le CRP s’attachera à montrer, en réunissant un faisceau d’indices archéologiques et archivistiques, que la mise au jour de vestiges peut parfois venir nuancer, voire infirmer, des discours historiques reposant uniquement sur des données d’archives.

A summary of the remains of the entrenched camp of Paris (CRP) provided an opportunity to compile the various forms of field fortifications used to defend the capital during the First World War. The data from preventive archaeological operations was cross-referenced with the military archives kept by the Service historique de la Défense; the latter, which are plethoric but made accessible by various inventories, contain in particular information relating to the chronology of the construction of the defensive works (sometimes to the day) or the theoretical models presiding over their construction. Thus, a rapid evolution in the forms of infantry trenches could be seen in the first months of the war with a gradual harmonisation towards a single model, the cross-bench. This type of trench is characteristic of the First World War and is often recognised by archaeologists beyond the Île-de-France in the front line zones. Further research in the archives has also shown that this model was borrowed from the Germans by the French military. The extension of the research to other contemporary conflicts (the 1870-1871 war and the Second World War), always based on a constant dialogue between remains and archives, tends to show that the forms of entrenchment differ according to the war. This observation, which in principle is nothing new for military historians, nevertheless makes it possible to establish an initial typochronology that remains to be tested. It should be considered not as an end in itself, but as a tool for refining our interpretations of martial remains, particularly in cases where these remain poorly documented by other sources. A selected example concerning the First World War and the CRP will endeavour to show, by bringing together a range of archaeological and archival evidence, that the discovery of remains can sometimes qualify, or even invalidate, historical accounts based solely on archival data. [Translated with DeepL]


Pour citer cette vidéo

MERCÉ, Gwénaël. (2022). Vestiges de guerre et archives militaires : vers une typochronologie des formes de retranchements au cours des conflits contemporains [Vidéo]. Dans M. Bouiron, C. Carpentier, L. Faivre d’Arcier, S. Gaime, M. Goy & A. Pariente (dir.), Études documentaires et études d’archives en archéologie préventive : actes du 6e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 3-4 nov. 2022, Lyon. <https://sstinrap.hypotheses.org/16256>.


Auteur

Gwénaël Mercé – Inrap – gwenael.merce@inrap.fr


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Inrap (26 janvier 2023). Vestiges de guerre et archives militaires : vers une typochronologie des formes de retranchements au cours des conflits contemporains. Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uk1k


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search