Regard croisé sur la citadelle de Belle-Île : archéologie, plans et textes

Par Olivier Maris-Roy



Résumé

La citadelle de Belle-Île est un archétype de fortification littorale construit par l’État moderne, marquée par Vauban. Néanmoins, le maréchal intervient sur un site fortifié de longue date, résultat de la mise en défense progressive des frontières maritimes. On y observe notamment l’introduction du canon et du système bastionné. Cette stratigraphie connue par les textes et les plans révèle trois temps. Le premier acte, particulièrement mal connu, s’attache au château des moines de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé (tournant des XIVe-XVe siècles). Le second cycle fondamental s’inscrit entre 1559 et 1661 avec l’introduction du bastionnage menée respectivement par le gouverneur de Bretagne François de Rohan, par les Gondi, marquis de Belle-Île entre 1572 et 1658, puis Fouquet (1658-1661). Ils aménagent tous le site selon une feuille de mission de l’État. Le troisième moment inaugure l’accaparement définitif de la citadelle par le roi et l’arrivée de Vauban. Doté de moyens limités et confronté à des conceptions antérieures, le maréchal s’attache essentiellement à rationaliser le tracé et les flanquements des enceintes. Néanmoins, le maintien et l’exploitation de ces lignes fortes laissent dans l’ombre défenses et volumes intérieurs. Le diagnostic archéologique de 2022 visait donc à mettre en évidence, à dater et à caractériser l’ensemble des vestiges conservés dans l’emprise du projet de réhabilitation de l’espace hôtelier. Des sondages, restreints mais concentrés dans le secteur du logis et du bastion du Gouverneur, ont mis au jour des éléments significatifs des aménagements anciens. En dépit du peu de vestiges et de mobilier datant, dans une stratigraphie restreinte, il est apparu intéressant de croiser les lectures des élévations, des plans et des textes. Cette approche autorise une interprétation et une chronologie plus précise de ces cycles. Des concordances et des discordances apparaissent alors, donnant un nouvel éclairage à la compréhension du site.

The citadel of Belle-Île is an archetype of coastal fortification built by the modern state, marked by Vauban. Nevertheless, the marshal intervened on a long-standing fortified site, the result of the progressive defense of maritime borders. The introduction of the cannon and the bastioned system can be observed. This stratigraphy, known from texts and plans, reveals three stages. The first act, particularly poorly known, is attached to the castle of the monks of the abbey of Sainte-Croix de Quimperlé (turn of the XIVth-XVth centuries). The second fundamental cycle takes place between 1559 and 1661 with the introduction of the bastioning led respectively by the governor of Brittany François de Rohan, by the Gondi, marquis of Belle-Île between 1572 and 1658, then Fouquet (1658-1661). They all developed the site according to a mission statement from the State. The third moment inaugurated the definitive takeover of the citadel by the king and the arrival of Vauban. With limited means and confronted with previous conceptions, the marshal essentially focused on rationalizing the layout and flanking of the walls. Nevertheless, the maintenance and the exploitation of these strong lines leave in the shade defenses and interior volumes. The archaeological diagnostic of 2022 therefore aimed to highlight, date and characterize all the remains preserved in the right-of-way of the hotel space rehabilitation project. Limited surveys, concentrated in the sector of the loggia and the Governor’s bastion, have brought to light significant elements of the ancient installations. In spite of the few remains and furniture dating, in a restricted stratigraphy, it appeared interesting to cross the readings of the elevations, plans and texts. This approach allows a more precise interpretation and chronology of these cycles. Concordances and discordances then appear, giving a new light to the understanding of the site. [Translated with DeepL]


Pour citer cette vidéo

MARIS-ROY, Olivier. (2022). Regard croisé sur la citadelle de Belle-Île : archéologie, plans et textes [Vidéo]. Dans M. Bouiron, C. Carpentier, L. Faivre d’Arcier, S. Gaime, M. Goy & A. Pariente (dir.), Études documentaires et études d’archives en archéologie préventive : actes du 6e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, 3-4 nov. 2022, Lyon. <https://sstinrap.hypotheses.org/16371>.


Auteur

Olivier Maris-Roy – Inrap – olivier.maris-roy@inrap.fr


Note

Le diagnostic archéologique mené 2022 visait à mettre en évidence, dater et caractériser l’ensemble des vestiges conservés dans l’emprise du projet de réhabilitation de l’espace hôtelier.



Citer ce billet
Inrap (2023, 27 janvier). Regard croisé sur la citadelle de Belle-Île : archéologie, plans et textes. Rencontres scientifiques et techniques de l'Inrap. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uk1p

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search